Débats > Opinion >

Réflexions sur deux esprits antagonistes

Monday 26 août 2013

Les chaînes d’information ou plutôt de désinformation en France, en arabe comme en français, presque toutes et les plus connues, divisent l’Egypte en deux de façon simpliste : les Frères musulmans et l’armée. Entre les deux, il n’y a rien. Ni peuple qui a exprimé sa volonté trois fois massivement, ni juge ou procureur qui applique le droit pénal, ni police qui arrête terroristes, criminels et leurs dirigeants.

Le monde des médias français est devenu le monde de Walker Texas (série télévisée américaine, ndlr) : les gentils Frères musulmans et la méchante armée. On croirait sortir d’une séance d’un feuilleton Navarro (série télévisée policière française, ndlr). Ils n’ont pas compris ce que tout le monde en Egypte a compris : que la police, en vertu d’un mandat du procureur, enquête et arrête les accusés de crimes et délits dans les opérations terroristes menées en Egypte par des « innocents » djhadistes qui pourraient tous être un « gendre idéal ». Selon leur vision étroite et étriquée, tout ce qui ne revient pas aux Frères musulmans revient à l’armée. Donc, on ne peut qu’être pour l’armée et contre Morsi ou contre l’armée et pour Morsi.

Ainsi, me semble-t-il, le message à faire serait assez simple dans un esprit cartésien binaire : Badie (le guide suprême des Frères musulmans) est arrêté par l’armée, Moubarak est libéré par l’armée. On peut donc demander à l’armée de libérer celui-ci ou faire cela, car ni juge, ni procureur, ni peuple, ni force politique ne s’y oppose … 0Les médias français voire européens et leurs spécialistes de l’Egypte ont réduit leur lecture, et fragmenté l’Egypte en deux par facilité de calcul.

Une offense contre mon cher pays et notre peuple commise par étroitesse et simplification réductrices, j’en conviens. Mais ces Européens ne sont pas des Egyptiens, voilà tout, on n’y est pour rien, personne n’est responsable … même quand tous sont coupables. Descartes y compris : il leur a appris l’esprit binaire. Il aurait dû leur apprendre aussi la logique linaire. Et moi j’ai envie qu’ils apprennent à ne pas sous-estimer les autres, que l’Egypte n’est pas un feuilleton Navarro. Elle n’est pas seulement un pays. L’Egypte est un univers. Elle fut et elle l’est toujours même dans sa faiblesse et en pleine détresse. Elle n’agit pas par ressentiment car elle pense, se pense et se repense pour se reconstruire. Elle ne se contente pas de « réfléchir », de cogiter, d’intellectualiser sans penser comme certains intellectuels français ont du plaisir à le faire …

Lien court: