Economie > Economie >

Nouveaux investissements étrangers

Gilane Magdi , Mercredi, 16 novembre 2022

Le Fonds souverain du Qatar a déposé un milliard de dollars auprès de la Banque Centrale en vue d’acquisitions en Egypte.

Nouveaux investissements étrangers
L’Egypte devrait recevoir plus d’investissements directs étrangers au cours de la prochaine période. (Photo : Reuters)

Le ministre des Finances, Mohamad Maeit, a exprimé son optimisme envers l’arrivée d’Investissements Directs Etrangers (IDE) au cours de la prochaine période. « L’Egypte s’attend à voir plus d’IDE et plus d’afflux de financement, y compris du Golfe et d’autres sources, après avoir conclu un accord avec le Fonds Monétaire International (FMI) pour un prêt de 3 milliards de dollars sur 46 mois. Ces sources de financement devraient arriver dans les prochains jours, semaines et mois », a-t-il déclaré à l’agence Bloomberg le 10 novembre sans fournir plus de détails sur la taille ou le calendrier de ces entrées anticipées.

Cette déclaration intervient au lendemain de la publication de deux nouvelles importantes : la première est la conclusion d’un accord de crédit de 1,2 milliard de dollars entre la Banque de développement chinoise et la Banque Centrale d’Egypte (BCE). La deuxième nouvelle concerne le Fonds souverain du Qatar (Qatar Investment Authority) qui a déposé un milliard de dollars auprès de la BCE. « Le Qatar a déposé ce montant pour l’investir ensuite dans l’achat de la part de Vodafone Egypt (de 20 à 45 %) dans l’opérateur gouvernemental Telecom Egypt. Le Qatar devient ainsi le troisième pays arabe à investir dans les entreprises égyptiennes après l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis qui ont dominé le marché des acquisitions en Egypte pendant la première moitié de 2022 », explique à l’Hebdo Hani Guéneina, ancien sous-gouverneur adjoint pour le développement bancaire au sein de la BCE et professeur à l’Université américaine.

Amr Al Alfy, directeur du département des recherches au sein de la banque d’investissement Prime Holding a noté à l’Hebdo que le Fonds souverain du Qatar viserait également à acquérir des participations dans des entreprises publiques dans les secteurs de la communication, de la logistique et de l’immobilier. « Le dépôt qatari représente un soutien au budget général de l’Etat. Sa taille est insuffisante pour avoir un impact significatif sur les prix du dollar à l’heure actuelle », souligne-t-il.

Avec le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne en février dernier, l’économie égyptienne a subi la sortie de 20 milliards de dollars d’investissements étrangers dans les titres gouvernementaux et la chute de ses réserves en devises. Pour surmonter ces conditions difficiles, le gouvernement a cherché à attirer des IDE des pays du Golfe et a conclu, le 3 novembre, un accord de crédit avec le FMI. Au premier trimestre 2022, la Banque Centrale a obtenu 13 milliards de dollars des Etats du Golfe, sous forme de dépôts à court terme, dont 10 milliards paritairement répartis entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, et 3 milliards de dollars du Qatar.

L’agence de notation internationale FitchRating a indiqué dans son rapport publié cette semaine que sa décision de fixer la note de l’Egypte à « B+ » reflète le soutien des partenaires bilatéraux et multilatéraux. « Outre les 13 milliards de dollars de dépôts du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) reçus en mars, qui pourraient être convertis en investissements à plus long terme, l’Egypte s’attend à de nouveaux investissements de la part du CCG, avec un total de 3,6 milliards de dollars d’acquisitions d’actions finalisées jusqu’à présent en 2022 », selon le communiqué publié sur le site de l’agence, prévoyant un certain retour des flux de portefeuille des non-résidents au cours de l’année prochaine et 10 milliards de dollars d’IDE — principalement du CCG — soutenus par le plan de privatisations du gouvernement.

Mots clés:
Lien court: