Dossier > Dossier >

Gosoor, la porte d’entrée vers l’exportation

Racha Darwich, Lundi, 13 décembre 2021

Le ministère du Secteur public des affaires vient de lancer Gosoor, un catalogue électronique pour promouvoir les exportations égyptiennes vers l’Afrique et le monde.

Le nouveau catalogue électronique devrait faciliter la tâche aux petits exportateurs.
Le nouveau catalogue électronique devrait faciliter la tâche aux petits exportateurs.

« Appel à tous les propriétaires de petites usines ou d’ateliers. Vous pouvez maintenant exporter vos produits via la compagnie Gosoor vers le monde entier. Vous n’avez qu’à enregistrer vos données, ainsi que les photos et données de vos produits pour que nous puissions les commercialiser et les exporter pour votre compte ». C’est en ces termes que s’est adressé le ministre du Secteur public des affaires, Hesham Tawfik, aux propriétaires des petites usines ou des ateliers les invitant à enregistrer gratuitement leurs données sur le catalogue électronique lancé par Gosoor sur le site https://gosoor.com.eg/.

En effet, ce catalogue sera utilisé par la compagnie Al-Nasr pour l’importation et l’exportation sous sa nouvelle forme Gosoor, affiliée à la Holding pour le transport maritime et routier, l’une des compagnies du ministère du Secteur public des affaires, afin de promouvoir les exportations égyptiennes, notamment vers les pays africains.

Tout a commencé il y a deux ans par la restructuration de la compagnie Al-Nasr pour l’importation et l’exportation, qui est devenue Gosoor avec comme slogan : « Nous traversons le monde ». C’est ainsi qu’a été lancé le projet de Gosoor Al-Tégara (les ponts de commerce) entre l’Egypte et l’Afrique pour l’augmentation des exportations via la ligne maritime Al-Sokhna/Mombasa (Kenya). Il s’agit d’une initiative lancée par le ministère du Secteur public des affaires pour ouvrir de nouveaux marchés face aux produits égyptiens dans divers pays du monde, grâce à la diversité des produits industriels et agricoles égyptiens.

La compagnie a commencé à travailler selon un nouveau modèle basé sur la présentation d’un bouquet de services logistiques aux exportateurs : le transport routier des exportations de la porte de l’usine ou de l’atelier jusqu’au port; le fret maritime et aérien, y compris les formalités douanières ; la collecte et le stockage en plus des services financiers, comme le financement par partenariat avec les différentes institutions financières. Dans ce contexte, de nombreux ateliers de travail ont été organisés auprès des conseils d’exportation, des Chambres de commerce, de l’Union des industries et des organismes concernés pour faire connaître les services du catalogue électronique.

16 centres de commercialisation

Les produits enregistrés dans le catalogue électronique seront commercialisés via 16 centres de commercialisation qui seront inaugurés mi-2022 pour faire parvenir les exportations égyptiennes vers les plus grands marchés d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique. 14 centres sous la direction directe de Gosoor seront implantés au Brésil, aux Etats-Unis, en Allemagne, en France, en Russie, à Dubaï, en Malaisie, en Inde, en Chine, au Maroc, au Soudan, au Ghana, au Cameron et en Afrique du Sud, en plus de deux autres centres affiliés à la compagnie Afrigate, qui devra être fondée pour travailler en Afrique de l’Est en partenariat avec Gosoor, avec la Holding Al-Nile pour le développement et l’investissement (représentée par 3 banques publiques), la Compagnie égyptienne pour la garantie des exportations, ainsi que plusieurs grands hommes d’affaires.

Le rôle de ces centres est de présenter les produits égyptiens aux grands grossistes dans les pays où ils se trouvent, ainsi que dans les pays alentours. De cette manière, les produits égyptiens devraient parvenir à quelques 40 pays du monde. Une équipe de travail professionnelle, composée de spécialistes de vente et de commercialisation, sera employée dans chaque centre et sera originaire du pays de sorte que leurs salaires soient liés aux bénéfices réalisés par le centre.

En fait, il ne s’agit pas seulement d’enregistrer dans le catalogue électronique les produits qui peuvent être exportés, mais aussi les facteurs de production que les producteurs ont besoin d’importer des marchés mondiaux afin de consolider le commerce extérieur de l’Egypte dans les deux directions. Ce qui aura un impact positif sur l’économie nationale, en créant des emplois tout en encourageant les petites et moyennes entreprises à conquérir les marchés mondiaux.

Lien court: