Egypte > Egypte >

Abou-Seifeine : Les failles du système anti-incendie

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 17 août 2022

L’incendie de l’église d’Abou-Seifeine dans le quartier d’Imbaba a fait 41 morts et 14 blessés. L’incident est dû à un court-circuit, affirme le ministère de l’Intérieur. Explications.

Abou-Seifeine : Les failles du système anti-incendie
L’église fait ses adieux à ses fidèles.

Dimanche, dans le quartier d’Imbaba au Caire, il était encore 8h quand les habitants du quartier ont commencé à affluer comme chaque semaine à leur église copte d’Abou-Seifeine, afin de participer à la messe hebdomadaire et accompagner leurs enfants qui suivent des cours de religion et de morale à l’église. En moins d’une heure, un incendie se déclenche. Des fumées noires couvrent le ciel de la ruelle où se trouve l’église. Le bilan est lourd. 41 morts et 14 blessés dont une grande majorité d’enfants. Le père Abdel-Massih Bakhit, prêtre de l’église, est décédé dans l’incendie. Cinq membres de la protection civile, dont deux officiers, ont été aussi blessés alors qu’ils tentaient de contrôler l’incendie. En quelques heures, le bâtiment était presque entièrement couvert de cendres.

Alertées, les forces de la défense civile se sont précipitées sur les lieux. 30 ambulances sont envoyées sur les lieux, et les victimes sont rapidement transférées à l’hôpital général d’Imbaba et à l’hôpital d’Al-Agouza. La première ambulance arrive sur les lieux à 8h59, deux minutes seulement après avoir reçu l’alerte. Le Croissant-Rouge égyptien a également dépêché deux équipes de soutien psychologique dans les deux hôpitaux où les victimes de l’incendie recevaient des soins pour les aider à surmonter cet événement tragique.

« Les premières investigations ont montré que l’incendie s’est déclaré en raison d’un court-circuit provoqué par un climatiseur au deuxième étage de l’église, où se trouvent des salles de classes pour les enfants », a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Et d’ajouter que l’épaisse fumée qui s’est dégagée de l’incendie a provoqué l’asphyxie des victimes. Le Parquet a également confirmé, dans un communiqué séparé, que les enquêtes préliminaires indiquaient que la cause de l’incendie était un court-circuit.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a présenté ses condoléances au pape Tawadros, chef de l’Eglise copte et patriarche de la prédication de Saint-Marc. Il a ordonné au génie des forces armées de se charger des travaux de réaménagement de l’église incendiée. Le premier ministre, Moustapha Madbouli, a, pour sa part, annoncé le plein soutien du gouvernement aux familles des victimes, affirmant qu’une indemnisation immédiate d’un montant de 100000 L.E. sera accordée à chacune des familles des personnes décédées. Pour les familles des blessés, l’indemnisation va jusqu’à 20000 L.E. en fonction de la gravité de la blessure. Al-Azhar et les organisations de la société civile ont versé une indemnisation supplémentaire de 50000 L.E. aux familles des victimes, a déclaré Névine Al-Kabbaj, la ministre de la Solidarité sociale.

Les incendies qui se déclenchent en raison des courts-circuits ne sont pas rares, surtout en été. L’Egypte a témoigné de plusieurs accidents semblables. En juillet 2020, le marché de Tochka, dans le gouvernorat de Hélouan, a été incendié en raison d’un court-circuit, et un grand nombre de magasins a pris feu. En juin 2020, 7 patients atteints du Covid-19 sont morts en raison de l’incendie d’un hôpital à Alexandrie. En mai 2020, un ouvrier a également perdu sa vie dans l’incendie d’une usine de textile à Aboul-Nomros, au gouvernorat de Guiza.

Ni extincteurs, ni sortie de secours

Le général Alaa Abdel-Zaher, ancien vice-ministre de l’Intérieur, chargé de la protection civile, salue l’intervention rapide des pompiers qui, selon lui, ont contribué à la maîtrise des  flammes  avant  qu’elles  ne  se  propagent  dans  le  reste  du  bâtiment ou même dans les bâtiments voisins. Cependant, il déplore le grand nombre de victimes. Revenant sur les raisons de cette tragédie, Abdel-Zaher explique que, malheureusement, la majorité des bâtiments anciennement construits ne répondent pas aux exigences de la protection civile. « L’église ne possède pas de sortie de secours. La porte d’entrée était le seul moyen d’échapper aux flammes, d’où le grand nombre de victimes. L’église ne possède pas non plus de système automatique pour éteindre les incendies, ni même des extincteurs à poudre », explique-t-il. Et  d’ajouter :  « Pendant l’été et en raison de la température élevée, le nombre d’incendies augmente. Le problème se pose surtout dans les lieux encombrés ou fréquentés par un grand nombre de personnes comme les usines, les écoles, les crèches, les magasins, les marchés, les mosquées, les églises et autres. Il arrive souvent que des appareils à forte consommation d’électricité, notamment les climatiseurs et les générateurs électriques, soient utilisés sans tenir compte de la capacité du réseau électrique et sans vérifier la résistance des câbles ».

Le général Abdel-Zaher souligne également l’importance de la sensibilisation contre les incendies et de l’entretien périodique des câbles électriques. « Des vidéos explicatives se trouvent sur les pages officielles du Centre de protection civile », conclut-t-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique