Semaine du 9 au 15 octobre 2013 - Numéro 995
Diaa Al-Sayed : La qualification se jouera jusqu’à la dernière minute
  L’entraîneur adjoint de la sélection, Diaa Al-Sayed, affirme faire confiance en ses joueurs pour la rencontre avec le Ghana, mais refuse l’excès d’optimisme.
Diaa Al-Sayed
Diaa Al-Sayed.
Karim Farouk09-10-2013

Al-Ahram Hebdo : Contrairement à l’optimisme qui a régné après le tirage au sort contre le Ghana, vous avez dit que la confrontation sera très difficile, pourquoi ?

Diaa Al-Sayed : Le Ghana est l’une des plus puissantes équipes d’Afrique actuellement. Beaucoup craignaient la rencontre de l’Algérie. Nous sommes soulagés de ne pas rencontrer des équipes nord-africaines, mais je ne veux pas être trop optimiste. Cela peut nuire aux joueurs. On ne peut pas se permettre de sous-estimer une équipe comme le Ghana qui possède de nombreuses vedettes et qui est très organisée.

— Le fait de jouer contre une équipe composée de vedettes telles Asamoah Gyan, Kevin-Prince Boateng, Suley Muntari et Michael Essien, accentue-t-il la pression sur les joueurs ?

— Nous avons une équipe expérimentée. Des joueurs tels que Mohamad Abou-Treika, Waël Gomaa, Ahmad Fathi et Hosni Abd-Rabbou ont déjà affronté et battu toutes ces vedettes. N’oubliez pas que nous avons remporté 3 titres de Champion d’Afrique avec des équipes composées en grande partie de joueurs locaux et de vedettes qui évoluent dans les plus grands championnats européens.

— Pensez-vous que les 2 matchs de préparation contre l’Ouganda soient suffisants pour une telle confrontation ?

— Nous devions jouer contre la Sierra Leone, mais le match a été annulé. Ensuite, nous avons eu l’accord avec l’Ouganda. On a dû se contenter de ces matchs. Bien sûr ce n’est pas la préparation idéale, surtout qu’une grande partie des joueurs n’était pas présente (ndlr : 11 joueurs d’Ahli ont rejoint leur équipe en prévision du match de Coton Sport en demi-finales de la Ligue d’Afrique et les 10 joueurs évoluant à l’étranger n’étaient pas encore arrivés), mais ces 2 rencontres nous ont permis de tester certains joueurs et certaines méthodes avant le match. Notez que les compétitions locales sont suspendues. Grâce à ces matchs, les joueurs ont pu faire de l’exercice.

— Entre une victoire 1-0 en 2010 et une défaite 3-0 en 2013, comment percevez-vous la confrontation face au Ghana ?

— Les 2 équipes ont beaucoup changé et ont évolué depuis 2010. L’équipe ghanéenne a atteint une grande maturité et nous avons reconstruit le groupe. Mais nous ne pouvons pas nous appuyer sur notre victoire en finale de la CAN en 2010. Notre défaite en début d’année était en match amical et on l’avait disputé en l’absence de nombreux joueurs. L’essentiel dans ce genre de matchs c’est d’essayer différentes techniques. Le résultat n’est pas très important. Mais pour le match de qualification en Coupe du monde, la motivation est à son maximum dans les 2 camps. On ne peut rien prévoir dans ce genre de rencontres et je pense que la qualification se jouera jusqu’à la dernière minute du deuxième match ici au Caire.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire