Semaine du 9 au 15 octobre 2013 - Numéro 995
HRW dénonce les violences policières
  Human Rights Watch vient de publier un rapport qui dénonce le recours excessif à la violence de la part des forces de l'ordre.
HW
09-10-2013

L’organisation Human Rights Watch (HRW) vient d’achever une enquête concer­nant les infractions commises contre les droits de l’homme en Egypte lors des der­nières confrontations qui ont eu lieu entre les partisans et les opposants du président Mohamad Morsi.

Cette enquête a dénoncé le recours à la violence lors des derniers incidents qui se sont déroulés dans le pays et durant les­quels des centaines de citoyens ont trouvé la mort et d’autres ont été blessés.

En effet, l’équipe de travail a effectué un travail sur le terrain, et ce, pour dévoiler les infractions qui ont été commises. Certaines personnes se sont dirigées vers les gouver­norats pour rapporter les faits.

Selon les chiffres de HRW, 50 personnes (partisans du président Morsi) ont trouvé la mort lors de leur transfert en prison.

D’après Joe Storck, vice-directeur de l’organisation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l’organisation est en train de collecter les preuves d’infractions concernant les droits à la vie, au rassemble­ment, à la formation des associations et la liberté d’expression.

L’association a déclaré que les institu­tions chargées d’instaurer la sécurité en Egypte doivent respecter les droits de l’homme et ne pas recourir à la force exces­sive et meurtrière qu’en cas de nécessité. Et ce, pour protéger la vie des citoyens.

D’après HRW, c’est à la police de faire face aux actes criminels, mais le fait de tirer le feu sur les foules est une procédure inad­missible.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire