Semaine du 2 au 8 octobre 2013 - Numéro 994
Israël : les mains liées
Maha Al-Cherbini avec agences02-10-2013
 
  Après l'offensive de charme iranienne à l'Onu, Israël, exaspéré, tente de mobiliser l'Occident contre le président iranien, Hassan Rohani. Sans succès.

Non convaincu par l’ouverture ira­nienne, Tel-Aviv a cherché à mobiliser le monde contre le régime iranien, mais sans succès. En fait, Rohani a réussi — dans une certaine mesure —« son offensive de charme » à séduire le monde. Son dis­cours devant l’Assemblée générale a provoqué la colère d’Israël, qu’il a appelé à signer le Traité de non-prolifé­ration nucléaire, affirmant qu’« aucune nation » ne devrait posséder d’armes atomiques. « Israël est le seul pays dans la région à ne pas avoir signé le Traité de non-prolifération et elle devrait le faire sans délai supplémentaire », a déclaré Rohani. Exacerbé, le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a accusé Téhéran de vouloir détourner l’attention de son dossier nucléaire, qualifiant ce discours d’« hypocrite » et de « cynique ». « Cette intervention traduit exactement la stra­tégie iranienne qui consiste à gagner du temps pour faire progresser ses capaci­tés nucléaires », a affirmé Netanyahu.

Selon les experts, la diplomatie de Rohani pourrait bien atteindre son but et Israël pourrait désormais être menacé d’isolement ou au moins de « mésen­tente » avec son allié américain. Dimanche, des voix israéliennes ont adopté un ton « méprisant » contre les Etats-Unis, accusés de se laisser tromper par Rohani sur la question nucléaire. De peur que la crise ne dégénère, le prési­dent israélien, Shimon Pérès, a critiqué ce ton «». « On peut être d’accord ou ne pas être d’accord avec les Américains, mais on doit parler et tenter de les convaincre », a ajouté Pérès, qui tente d’éviter une répétition du coup de froid qui a déjà frappé les relations entre les deux pays à cause du nucléaire iranien. En 2012, un air de rancoeur avait soufflé sur les deux alliés quand Obama a refusé de fixer une ligne rouge au programme nucléaire iranien, amenant Netanyahu à soutenir son adversaire, Mitt Romney, lors des prési­dentielles.

Désormais, la tâche de Netanyahu ne sera pas facile — comme l’a reconnue dimanche la radio publique israé­lienne — car Rohani est beaucoup plus expérimenté que son prédécesseur. Les fois passées, à l’Onu, il était beaucoup plus facile d’argumenter contre l’Iran. Or, cette année, l’Occident n’a pas prêté oreille aux cris de la délégation israé­lienne et l’amertume des responsables israéliens était « indescriptible » à l’an­nonce d’une réunion en présence des chefs de la diplomatie américaine et ira­nienne pour la première fois depuis 1980.

Ce qui affaiblit de plus la situation de Tel-Aviv aux yeux du monde c’est son obstination et sa réticence farouche face à toute ouverture iranienne. Netanyahu n’a même pas apprécié que Rohani a pris le contrepied de son prédécesseur en condamnant les crimes que les nazis ont commis envers les juifs. Au lieu de saluer ces déclarations, l’ambassade d’Israël à Washington s’est moqué de Rohani le dépeignant en « vendeur à l’international ». Cette main tendue par Téhéran et refusée par Tel-Aviv creuse­ra-t-elle un nouveau fossé entre Washington et son « enfant gâté » ?



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire