Semaine du 24 au 30 juillet 2013 - Numéro 984
Nasr Hamed Abou-Zeid: Une figure de résistance
 
Une figure
Nasr Hamed Abou-Zeid
24-07-2013

Le mois de juillet témoigne de la naissance et de la mort d’un intellectuel égyptien qui a mené combat pour renouveler le discours religieux. Nasr Hamed Abou-Zeid est né en Egypte le 10 juillet 1943 et est décédé le 5 juillet 2010. Professeur de littérature arabe à l’Université du Caire, il a défendu des positions et des méthodes critiques d’étude des textes fondamentaux de l’islam qui l’ont conduit à un affrontement avec les religieux. En 1993, il présente deux études pour son admission au titre de professeur, l’une sur l’imam Chaféï et une « Critique du discours religieux » pour lesquelles il est accusé de trahir l’islam. Des avocats islamistes demandent la rupture de son mariage avec une musulmane, pour « apostasie ». Abou-Zeid a eu recours à l’exil où il a enseigné la philosophie islamique à l’Université de Leyden aux Pays-Bas. Il a publié la plupart de ses ouvrages en arabe, au Caire et à Beyrouth. En 2002, la médaille de la Liberté de croyance de la Fondation Franklin-Roosevelt lui a été décernée. Parmi ses ouvrages, citons Le Discours religieux contemporain : Mécanismes et fondements intellectuels, Critique du discours religieux et Le Discours et l’interprétation. « Abou-Zeid oeuvrait pour le retour de la religion, de la raison, de la tolérance et de l’amour. Il rêvait d’une Egypte, où sont instaurés les droits de tous les citoyens sur un pied d’égalité. Abou-Zeid appelait à ce que les gens vivent l’expérience d’un régime prétendant être islamique pour qu’ils le rejettent eux-mêmes, et pas seulement les intellectuels », explique Ebtihal Younès, professeur de littérature française à l’Université du Caire et épouse d’Abou-Zeid.


De son côté, le poète Zin Al-Abédin Fouad a affirmé que Hamed Abou-Zeid était un intellectuel islamique libre dont les idées nous invitent à utiliser notre patrimoine de façon moderne. Le discours adopté par Abou-Zeid était celui de la liberté, des lumières et des droits de la femme contre celui de l’interdiction et de l’obscurité, comme Rifaa Al-Tahtawi, Mohamad Abdou et Farag Fouda. « L’importance des ouvrages d’Abou-Zeid vient du fait qu’ils valorisent la diligence en matière de religion. Il faut relire ces ouvrages qui ont jeté la lumière sur l’alliance de la corruption, du despotisme et des groupes extrémistes. Abou-Zeid les a affrontés et a dévoilé cette alliance dangereuse entre les Frères musulmans, les extrémistes et le Parti national démocrate », assure Helmi Al-Namnam, écrivain et membre au Conseil suprême de la culture et ancien rédacteur en chef de la revue Al-Mossawar. Les intellectuels ont appelé à rendre hommage à tous ceux qui ont résisté aux groupes terroristes qui cherchent à terrifier les Egyptiens depuis 4 décennies.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire