Semaine du 1 au 7 mai 2013 - Numéro 972
Football: Ibrahim, le nouveau magicien des Blancs
  Zamalek disputera le match retour des 8es de finale de la Ligue des champions d’Afrique contre les Ethiopiens de Saint-George samedi à Addis-Abeba. Son milieu, Mohamad Ibrahim, est le grand atout de l’équipe pour surmonter cet obstacle.
Mohamad Ibrahim
Mohamad Ibrahim (Photo: Bassem Al-Zoghby)
Mohamad Mosselhi01-05-2013

Auteur d’une perfor­mance exceptionnelle cette saison, le milieu international de Zamalek, Mohamad Ibrahim est en passe de devenir une star. Il était à l’origine des nombreuses victoires de Zamalek cette saison avec 4 buts et ses nombreuses passes décisives qui ont permis à l’équipe de s’installer, seule, à la tête du groupe B du Championnat national suite à 10 vic­toires successives, récoltant 30 points.

Le jeune milieu de 21 ans a réussi à combler le vide laissé par le milieu hyperdoué de Zamalek, Mahmoud Abdel-Razeq « Chikabala », qui a quitté le club l’été dernier.

Ibrahim a joué le même rôle de son prédécesseur comme excellent meneur de jeu capable de maîtriser le jeu en offrant des passes décisives à ses coéquipiers ou d’intervenir per­sonnellement en marquant dans les moments critiques.

Les exemples sont nombreux. Lors de la rencontre contre Ismaïli et Ittihad Al-Chorta, Mohamad Ibrahim a marqué 2 buts décisifs qui ont permis à l’équipe de réali­ser des victoires lors de ces deux tests difficiles.

« Je suis très satisfait de ma per­formance cette saison. C’est le fruit d’un grand travail lors de la période de préparation », explique Mohamad Ibrahim, milieu interna­tional de Zamalek. « Il faut aussi mentionner le grand rôle du direc­teur technique de l’équipe, Jorvan Vieira, qui m’a beaucoup aidé grâce à ses consignes », ajoute-t-il.

Un match difficile

Ce samedi, Zamalek aura un ren­dez-vous assez difficile qui exigera l’intervention d’Ibrahim contre les Ethiopiens de Saint-George à Addis-Abeba à l’occasion du match retour des 8es de finale de la Ligue des champions d’Afrique.

A cause du mauvais résultat rem­porté lors du match aller 1-1, il y a environ deux semaines au Caire, Zamalek est tenu à réaliser un résultat positif à Addis-Abeba. Une mission qui ne sera pas aisée pour les Blancs vu le niveau élevé de l’équipe éthio­pienne.

Les Blancs ont présenté un niveau médiocre lors de cette rencontre. Résultat : ils ont été menés 1-0 au Caire. Mais Ibrahim, qui était sur le banc de touche lors de cette rencontre à cause de douleurs au dos, a complè­tement bouleversé la rencontre pen­dant les dernières 20 minutes. Il a fait une entrée fracassante sur le terrain, ce qui a permis à son club de marquer l’unique but grâce à ses nombreuses passes décisives à ses coéquipiers.

« C’est vrai que Saint-George nous a surpris par sa performance lors du match aller, mais je suis optimiste quant à la capacité de Zamalek de trancher la qualification à Addis-Abeba », confie Ibrahim.

« Une équipe comprenant des joueurs de grand calibre tels qu’Ah­mad Hassan et Abdel-Wahed Al-Sayed ne doit pas craindre Saint-George », ajoute le milieu de Zamalek.

Ibrahim a fait parler de lui-même comme un joueur prometteur dès ses débuts avec l’équipe en 2010, alors qu’il avait 18 ans. Conscient de son grand talent, Hossam Hassan, direc­teur technique de l’équipe à l’époque, lui a donné l’occasion de jouer avec les seniors.

Un joueur exceptionnel

Tous les Zamalkawis se souvien­nent de son but fulgurant contre Masri lors du Championnat national lorsqu’il a marqué le but de la vic­toire. Le milieu prometteur a conti­nué sur la même lancée lors du Championnat d’Afrique des juniors quand il a mené son équipe vers la 3e place qui a conduit les juniors égyptiens vers la Coupe du monde des -20 ans en Colombie. Lors de cette compétition mondiale, Ibrahim a réalisé un grand exploit en réali­sant un triplé contre l’Autriche, devenant ainsi le premier joueur africain à avoir réalisé un triplé dans l’histoire de cette compétition mon­diale.

Il était normal que le joueur de Zamalek se réserve une place dans les rangs des Pharaons.

Le directeur technique américain, Bob Bradley, l’a titularisé contre le Zimbabwe lors des qualifications de la Coupe du monde le mois dernier, disputant ainsi sa première ren­contre officielle avec les Pharaons. Certes alors loin de sa forme habi­tuelle, personne ne peut nier les talents de ce joueur qui assure avec ses coéquipiers de la même généra­tion, comme Mohamad Salah, Mohamad Al-Nenni et Ahmad Hégazi, tous partis en Europe, un bon avenir pour le football égyptien.

« Mes débuts avec les Pharaons n’étaient pas à la hauteur, mais je pense que je suis prêt à acquérir une plus grande expérience. A mon avis, l’avenir sera meilleur pour moi », explique Ibrahim.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire