Semaine du 1 au 7 mai 2013 - Numéro 972
Yasmine Attiya: Une étoile prometteuse
  Seule Egyptienne à remporter une médaille d’or en kumité du Premier League de Tyumen, Yasmine Attiya (20 ans) est une star montante.
Yasmine Attiya
Yasmine Attiya
Doaa Badr01-05-2013

A l’âge de 20 ans, Yasmine Attiya com­mence à faire déjà parler d’elle. Sur le site Internet de la Fédération internationale du karaté, une très belle photo d’elle est affichée sur sa page d’accueil avec un article parlant de sa victoire au Premier League de Tyumen (Russie). Lors de cette compétition, elle a remporté la médaille d’or de la catégorie -55 kg après avoir battu en finale Jenny Warling (Luxembourg). Dès le début de la compétition, la jeune Egyptienne a attiré les regards grâce à son style de jeu, son talent et sa force de frappe. Durant toutes ses ren­contres, elle commence avec faiblesse, mais à la fin des matchs, elle compense son retard et remporte la partie. C’est cette âme de fer qui distingue cette championne égyptienne. « J’ai disputé cette compétition alors que j’étais très fatiguée. Pour atteindre la ville de Tyumen, nous sommes partis tout d’abord à Moscou en 5 heures. Puis nous avons voyagé en autobus pendant 6 heures pour aller à un autre aéroport, afin de prendre l’avion pour Tyumen. Cela nous a pris 24 heures pour atteindre enfin la ville qui devait abriter la compétition. Nous étions très épuisés. La compétition était programmée pour le lende­main. En plus, il faisait très froid », confie la jeune fille, qui aime les défis et les difficultés, avant d’ajouter : « Malgré toutes les difficul­tés, j’ai remporté la médaille d’or. Les cham­pions sont tout le temps en défi. Je voulais confirmer que j’étais une championne ». Malgré son jeune âge, elle parle comme une star pleine de confiance. Elle connaît tout : ses points faibles, ses points forts, ses objec­tifs et le parcours qu’elle veut suivre. « Après chaque compétition, j’effectue une évaluation totale de mon niveau. Je révise tous mes matchs en me demandant : pourquoi j’ai perdu ce point ? Et qu’est-ce que je dois faire pour améliorer mes points faibles ? », dit Attiya. Selon les observateurs, les points faibles de cette belle jeune fille sont son corps menu et l’utilisation des pieds plus que les mains.

Une championne en herbe

Cette grande championne a dû travailler durement pour atteindre ce niveau. Ses débuts remontent à l’année 2003, lorsqu’elle a com­mencé à pratiquer le karaté au Centre de jeu­nesse de Rod Al-Farag. A 10 ans, la petite fille réservée et qui n’aime pas les sports de combat pratique le karaté, pensant que c’est un sport de démonstration et qu’elle doit pratiquer le kata seulement. Mais avec le temps, elle a découvert qu’il existe en karaté une épreuve kumité qui est un sport de combat. En com­mençant à pratiquer le kumité, elle tombe amoureuse de cette discipline. « Il faut savoir que le karaté ne dépend pas de la force, mais plutôt d’intelligence », dit-elle. En 2007, elle a pris son élan en remportant la première place aux Championnats d’Egypte. Depuis, elle l’a toujours gardée. C’est en 2009 qu’elle a inté­gré la sélection nationale pour la première fois. Elle a commencé son parcours juniors en rem­portant quelques médailles aux Championnats internationaux.

L’année 2011 est la date de naissance de cette championne en remportant la médaille d’or des Championnats du monde juniors et de la Coupe du monde juniors. L’année suivante, elle a commencé son parcours seniors. Et à ses premiers Championnats du monde seniors, elle s’est bien distinguée en remportant la médaille de bronze. « C’est la médaille la plus pré­cieuse de ma vie. Je suis la plus jeune karatéka égyptienne qui remporte une médaille aux Mondiaux, car j’avais 19 ans seulement. Je me souviens de tous les détails de cette compéti­tion. J’ai beaucoup appris en disputant les Mondiaux et j’ai acquis beaucoup d’expé­riences », souligne Attiya.

Fière de sa médaille aux Mondiaux, elle a débuté cette saison pleine d’assurance. Elle considère le Premier League de Tyumen comme une occasion de confirmer son niveau et d’acquérir plus d’expériences nécessaires à son âge. « Je considère cette compétition comme une étape de préparation très impor­tante avant les JM », confirme-t-elle.

Aux JM, elle vise le podium, mais elle doit affronter des championnes d’un très haut niveau, telles que la Française Lucie Ignace (1re mondiale), la Croate Jelena Kovacevic (2e mondiale) et l’Italienne Sara Cardin (3e mon­diale). Actuellement, Yasmine Attiya occupe la 7e place mondiale, mais elle est capable de l’améliorer.

Focus

Yasmine Hamdi Attiya

Née : Le 4/11/1993.

Poids : 55 kg pour 163 cm.

Club : Al-Gueich.

Etudes : Première année à la faculté polytech­nique, section de télécommunication à l’Université Misr des sciences et de la technologie.

Palmarès :

2013 : Médaille d’or au Premier League de Russie, médaille d’or au Premier League des Pays-Bas.

2012 : Médaille de bronze aux Championnats du monde seniors, médaille de bronze aux Championnats du monde universitaires, médaille de bronze à la Coupe du monde de Grèce.

2011 : Médailles d’or aux Championnats du monde juniors, à la Coupe du monde junior de Grèce, à l’Open d’Italie et à l’Open d’Istambul, médaille d’argent à l’Open d’Ecosse.

2010 : Médaille d’or à l’Open de Hongrie juniors.

2009 : Médaille d’argent à l’Open d’Istambul juniors, première sélection juniors.

De 2006 à 2013 : Championne d’Egypte.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire