Semaine du 1 au 7 mai 2013 - Numéro 972
Monde Arabe en bref
01-05-2013
 
 

Libye

Violence

Le ministère des Affaires étrangères était cerné par des hommes armés dimanche 28 avril et le ministère de l’Intérieur et la télévision nationale à Tripoli ont été la cible d’actes de sabotage. Des hommes armés cernaient le bâtiment du ministère des Affaires étrangères, empêchant les fonctionnaires d’accéder à leurs bureaux. Les protestataires réclament « l’épuration du ministère » des responsables et des ambassadeurs ayant servi l’ancien régime de Mouammar Kadhafi. Les protestataires ont affirmé qu’ils allaient poursuivre leur action jusqu’à ce qu’ils obtiennent satisfaction à leurs revendications, menaçant d’étendre leur mouvement à d’autres ministères.

Bahreïn

Arrestation

22 personnes, soupçonnées d’avoir attaqué les forces de l’ordre ou coupé des routes durant les manifestations de chiites à Bahreïn, ont été arrêtées. Le principal parti de l’opposition chiite, Al-Wefaq, a annoncé 14 arrestations pendant des opérations de police au cours de cette semaine. Les jeunes manifestants chiites se heurtent fréquemment aux forces de police lors des manifestations dans les villages proches de Manama. Le pays est secoué depuis 2 ans par une contestation animée par des chiites, majoritaires, contre la dynastie sunnite des Al-Khalifa.

Arabie saoudite

Terrorisme

Un tribunal saoudien, spécialisé dans les affaires de terrorisme, a condamné 7 personnes à des peines de prison allant de 2 à 8 ans pour soutien à Al-Qaëda et détention d’une documentation sur la fabrication d’explosifs. Elles sont également accusées de n’avoir pas informé les autorités d’un plan d’attaque contre une raffinerie.

Le Royaume avait lancé à cette période un combat sans merci contre Al-Qaëda menant notamment une campagne d’arrestations pour éradiquer sa branche locale. Selon les autorités, environ 3 000 suspects sont jugés ou en instance de jugement.

Tunisie

Chômage

Un jeune chômeur a été grièvement blessé en s’immolant dimanche devant la mairie de Sidi Bouzid, ville emblème de la révolution de 2011. Ibrahim Slimani, 23 ans, n’a prononcé aucun mot avant de s’immoler, mais un de ses proches a déclaré à l’AFP qu’il était « excédé par le chômage et la misère ». De nombreux cas de suicide par immolation ont eu lieu en Tunisie pendant et après la révolution de janvier 2011 qui avait été déclenchée le 17 décembre 2010 lorsque le vendeur ambulant Mohamed Bouazizi s’était immolé à Sidi Bouzid pour protester contre les brimades policières et la précarité. Le chômage et la pauvreté étaient au coeur du soulèvement qui a renversé le régime de Zine Al-Abidine Ben Ali et continuent de miner la Tunisie, où les conflits sociaux sont fréquents et tournent parfois à la violence. Le chômage touche quelque 700 000 jeunes, dont 170 000 diplômés, alors que 2 des 10 millions d’habitants sont frappés par la pauvreté extrême.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire