Semaine du 6 au 12 février 2013 - Numéro 960
200 ans d’histoire et de recherches
 
200 ans
Certains livres brûlés resteront témoins de l'incendie de 2011.
Nasma réda06-02-2013

Arrivé en Egypte à la tête de l’Expédition française (1798-1801), le jeune général Bonaparte s’est entouré d’une équipe d’experts et de chercheurs en tous genres chargés d’étudier le pays. En septembre 1798, les scientifiques s’installent dans le palais du quartier de Nasrieh, au Caire, un quartier vite désigné comme l’Institut d’Egypte : une académie savante fonctionnant sur le modèle de l’Institut de France.

C’est de ce foyer d’études que partent les missions savantes. S’y tiennent aussi les séances des membres de l’Institut. Le bâtiment est une maison de notables mamelouks abandonnée par ses occupants après la victoire de Bonaparte au Caire. D’autres savants résident dans des demeures similaires.

L’Institut d’Egypte se réunit la première fois sous la présidence de Gaspard Monge le 24 août 1798. Sa 47e et dernière réunion a eu lieu le 21 mars 1801, juste avant le départ des Français.

En dépit des difficultés rencontrées, les savants ont pu récolter, en 3 ans, une somme considérable d’informations, de notes, de dessins, de plans ainsi que de précieux relevés topographiques. Le volet scientifique de l’Expédition d’Egypte comprend différentes sections, à l’instar de l’Institut de France : mathématiques, physique et histoire naturelle, économie, politique, littérature et arts. Il est composé de l’élite des chercheurs français de l’époque.

Monge en était le président, Bonaparte le vice-président, membre de l’Institut dans la section des arts mécaniques. L’Institut comptait 48 membres (12 pour chacune des 4 sections) et avait déterminé clairement sa mission : réaliser sur place différentes études et diffuser les connaissances acquises.

Le 22 novembre 1799, Bonaparte prend la décision de regrouper tous les travaux des savants de la commission dans un seul ouvrage : La Description de l’Egypte. Arrêtées en 1801, les activités de l’Institut d’Egypte reprennent en 1836 sous le nom de la Société égyptienne, grâce au travail de savants français, anglais et allemands.

Son siège est transféré à Alexandrie en 1859 et son nom est de nouveau changé en Institut égyptien. Le nouvel institut fonctionne sous les auspices du vice-roi d’Egypte, Saïd pacha. En feront partie Ahmad Kamal, premier égyptologue égyptien, et le philologue Ahmad Zaki pacha.

L’Institut revient au Caire en 1880, tout près de la place Tahrir au centre-ville, où se trouve le siège actuel. Il reprend son ancien nom selon un décret royal en 1918 et est directement placé sous la protection du palais. Son bâtiment actuel, qui date du début du XXe siècle, abritait quelque 200 000 ouvrages, certains rarissimes, relatifs notamment à l’histoire et à la géographie de l’Egypte. Parmi ses pièces les plus précieuses, des volumes d’une édition originale de la monumentale Description de l’Egypte, somme des connaissances sur ce pays faite par les savants de l’Expédition de Bonaparte .




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire