Semaine du 30 janvier au 5 février 2013 - Numéro 959
Contestations: Un calme relatif
  Alexandrie: Des rassemblements étaient organisés vendredi comme partout à travers le pays pour le deuxième anniversaire de la révolution. Des heurts ont éclaté entre la police et des manifestants qui ont brûlé des pneus.
Alexandrie
Les citoyens d'Alexandrie ont manifesté le 25 janvier contre le régime injuste
Samar Zaree30-01-2013

Des milliers de manifestants appartenant à divers mouvements et forces politiques ont fait de la mosquée Al-Qaëd Ibrahim au centre-ville un point de départ pour défiler à travers les rues d’Alexandrie après la prière de midi. Brandissant des drapeaux et des pancartes hostiles aux Frères musulmans, les manifestants ont bloqué la circulation automobile sur la corniche en l’absence totale des forces de sécurité qui se sont contentées de sécuriser les établissements publics.

« A bas le règne du guide (des Frères) ! », « Eux sont des voyous, nous, on cherche la liberté », « Dégage, (Morsi) dégage », scandaient-ils. De même, un nombre de jeunes encagoulés ont coupé la ligne du tramway entre les quartiers d’Al-Chatbi et de Mahattet Al-Raml, d’autres ont encerclé le bâtiment qui abritait le siège de la chaîne Al-Jazeera, accusée de sympathie avec les Frères musulmans.

« Nous nous révoltons de nouveau aujourd’hui contre la nouvelle Constitution rédigée par la confrérie et approuvée par un référendum entaché de fraudes. Nous estimons que les principes de la révolution n’ont pas été concrétisés et nous sommes certains qu’ils ne le seront jamais sous ce régime injuste et hypocrite », accuse Bassem Al-Chamaa, un manifestant.

« Nous voulons retrouver une vie normale que le régime actuel nous a volée », dit Qassem Saqr, un jeune encagoulé qui dit appartenir au Black Block. « Les Frères veulent faire de l’Egypte un nouvel Iran, ils sont incapables d’accepter les différences ou d’écouter un autre avis. Au niveau de la politique étrangère, ils se sont rapprochés du Hamas et ont permis à un petit émirat comme le Qatar de contrôler la décision du Caire en faisant miroiter des donations qui ne changeront en rien la vie de l’Egyptien moyen », poursuit ce jeune homme sur un ton furieux.

Des affrontements sporadiques ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l’ordre, notamment dans l’entourage du siège du gouvernorat. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser ces manifestants qui tentaient de le prendre d’assaut. Les accrochages ont fait plusieurs blessés à cause d’asphyxie. Ils ont été transportés vers l’hôpital universitaire tout proche.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire