Semaine du 2 au 8 janvier 2013 - Numéro 955
Campagnes anti-frères: Les islamistes se défendent
  Pour rétorquer aux appels au boycott, les partisans des courants islamistes s’activent sur la toile.
Les islamistes se défendent
02-01-2013

Suite aux multiples campagnes de colère lancées contre les islamistes, ce courant semble profiter du réseau social pour se défendre et lancer ses propres idées.
Les salafistes et les Frères musulmans se sont toujours montrés comme des militants farouches sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, Twitter et sur leurs pages Internet, ils déploient des efforts colossaux pour montrer qu’ils sont influents sur la scène politique. Sur Internet, le Parti Liberté et justice possède de nombreux sites dont les plus importants sont : Réseau Rasd, Oui à la Constitution, Défense de critiquer ou de discuter, outre Islam online, Ekhwan web diffusé en anglais, etc.
En effet, 27 sites portent la signature des Frères musulmans. Et ce n’est pas tout. Dans chaque siège de la confrérie, dans chaque gouvernorat, on trouve un service médias, propre à lui, constitué de trois comités qui s’occupent de faire « la propagande électronique pour les Frères musulmans ».

##Les trois comités ont chacun une page sur Facebook et une autre sur Twitter. L’objectif est de défendre les idées politiques véhiculées par les hauts responsables de la confrérie comme le guide suprême Mohamad Badie, le vice-président Khaïrat Al-Chater, et Essam Al-Eriane. « A chaque fois que je fais n’importe quelle critique contre l’un de leurs responsables sur Facebook ou Twitter, je reçois tout de suite un tweet ou un message comprenant des insultes dégoûtantes. Ils sont très présents sur la toile, très actifs et ne laissent passer aucune remarque », explique Ahmad Abdel-Fattah, journaliste et ex-membre du groupe Ekhwan online, dépendant des Frères musulmans. Abdel-Fattah s’occupait de la formation des jeunes membres de la confrérie dans le domaine de la propagande électronique.
En effet, cette présence accrue et active sur la toile date de la révolution. C’est en fait lors de ces événements qu’ils ont réalisé à quel point les réseaux sociaux avaient mobilisé les masses. A ce moment-là, ils ont décidé d’en profiter au maximum. Ce qui explique pourquoi, aujourd’hui, ils ont créé ce nombre important de sites et de comptes Facebook et Twitter.

##Mais leurs remarques et critiques sur la toile sont souvent violentes. « Ce qui importe pour eux, ce n’est pas de véhiculer des informations mais surtout de défendre leurs positions, leurs symboles et d’attaquer tous leurs opposants », a écrit Waël Ghoneim, sur la page Khaled Saïd, tout en tenant à signaler que les pages consacrées aux Frères musulmans n’ont pas le même poids que les pages créées par les autres forces politiques.
Autre objectif de ces pages Internet : mobiliser les membres de la confrérie quand il s’agit d’un événement important, informer les gens des dates des manifestations et les appeler à descendre dans la rue.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire