Semaine du 12 au 18 décembre 2012 - Numéro 952
Egyptologie: Dans l’intimité d’un riche notable de la XVIIIe dynastie
Amira Samir12-12-2012
 
  La maison du vizir Nakht à Tel Al-Amarna était un véritable palais de 20 pièces entouré d’un jardin, d’étables et d’habitations pour les domestiques. Visite.

Les traces archéologiques des maisons et palais de l’Egypte Ancienne sont peu nombreuses. Aujourd’hui, la 3D permet de se faire une idée précise de ce à quoi ils ressemblaient.Le site personnel de Michel Guay, du département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal, propose de nombreuses restitutions en images de synthèse de sites archéologiques de l’Egypte Ancienne. La plus impressionnante est celle de la villa du vizir Nakht. La reconstruction en image nous fait pénétrer dans un monde inconnu, à la frontière du rêve et de la réalité.

Nakht était vizir sous Akhénaton (XVIIIe dynastie). Sa maison est un exemple de la qualité et du confort de l’habitat prévalant à l’époque, du moins pour les privilégiés de la société pharaonique.Construite vers 1345 av. J.-C. dans la nouvelle capitale d’Akhetaton (Amarna), la villa du vizir Nakht était un témoignage splendide du luxe de l’époque. Elle faisait 880 m2 et comprenait près de 20 pièces. Domaine autosuffisant, la villa avait ses étables, ses cuisines, son puits, ses habitations pour les domestiques, ainsi qu’un petit temple privé.Une fois la porte d’entrée du domaine franchie, on aperçoit le petit temple dédié à Aton. La structure était couverte de stuc. Du temple, l’on passe au jardin puis à la maison. La salle de réception qui s’élève sur deux niveaux est entourée d’une frise colorée décorant les hauts murs de la pièce.Tous les détails, restitués avec soin, permettent de se plonger dans l’univers de ce riche notable que fut le vizir Nakht .

Plus d’infos sur le site de l’UQAM



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire