Semaine du 7 au 13 novembre 2012 - Numéro 947
En course vers un nouveau titre
Squash   La sélection égyptienne dames disputera du 12 au 17 novembre à Nîmes, en France, les Championnats du monde par équipes. Les joueuses, qui possèdent l’expérience, la jeunesse et le talent, espèrent rééditer l’exploit de 2008 et arracher le titre mondial.
Squash
L'Egypte de Welili et la Malaisie de David, deux grands pays favoris pour le titre.
Chourouq Chimy07-11-2012

« La compétition cette année sera vraiment rude. Toutes les équipes ont amélioré leur niveau et pour la première fois de l’histoire 26 pays participent à ce Championnat du monde par équipes dames », note Amir Waguih, directeur technique des sélections égyptiennes. Selon lui, ce Championnat, qui se tient du 12 au 17 novembre à Nîmes en France, verra « quelques surprises ». En fait, l’équipe égyptienne comprend 4 joueuses, à savoir Omneya Abdel-Qawi, capitaine de l’équipe et 22e joueuse mondiale au classement WISPA (Association internationale des joueuses professionnelles de squash), Ranim Al-Welili, nº2 mondiale, Nour Al-Cherbini, nº8 mondiale, et Nour Al-Tayeb, nº24 mondiale. Inji Khairallah ne participera pas à ce Championnat et son absence se fera certainement sentir au niveau de l’expérience. Un handicap qu’Omneya Abdel-Qawi tentera de combler. « Pendant très longtemps, mon classement a oscillé entre les 7e et 10e places mondiales. Actuellement, je suis 22e et théoriquement, je jouerai les matchs les plus faciles. Mais je crois que je serai la carte gagnante de mon équipe », souligne Omneya Abdel-Qawi, qui apportera un grand soutien moral et technique à ses jeunes coéquipières. Ranim Al-Welili, meilleure joueuse de l’équipe, est actuellement en pleine forme. Elle a gagné plusieurs tournois récemment et sa condition physique est excellente. « On aimerait rééditer notre exploit de 2008 et arracher le titre détenu par l’Australie. Je crois que nous sommes prêtes toutes les quatre », souligne-t-elle. Quant à Nour Al-Cherbini, qui vient de battre un record en circuit féminin avec une 5e place mondiale réalisée le mois dernier à l’âge de 15 ans seulement, c’est une joueuse parfaite. Elle associe talent exceptionnel et excellente condition physique. « Nour Al-Cherbini est pour moi une véritable sorcière. Elle aura l’avantage de l’âge puisque toutes les joueuses qui joueront contre elle sont plus âgées. En plus de jeune âge, elle possède une très bonne condition physique. C’est pourquoi les autres joueuses paniquent à l’idée de jouer contre elle », note Amir Waguih. Quant à Nour Al-Tayeb, qui dispute son premier Championnat du monde par équipes, c’est une joueuse typiquement égyptienne qui s’appuie plus sur son talent et son squash exceptionnel que sur son expérience limitée. « Elle peut battre n’importe qui et son point fort réside dans son jeu très calme qui fatigue son adversaire », note Waguih. Il pense que malgré la forme actuelle de son équipe, la compétition ne sera pas facile. « Il n’est pas facile de faire des pronostics sur le vainqueur. Nous pourrions avoir affaire à de très grandes surprises », ajoute Waguih. En fait, le niveau des joueuses de top niveau est très proche et cela explique pourquoi le classement mondial du top 20 change en permanence et il n’y a que la Malaisienne Nicol David, nº1 mondiale, qui ne change pas de place.

Des adversaires difficiles

Habituellement, les grandes équipes dames comprennent une seule joueuse du top 20. Cette fois-ci, la plupart des équipes comptent 2 ou 3 très solides joueuses. En outre, certaines équipes se sont beaucoup améliorées et entreront en compétition pour le titre comme la Nouvelle-Zélande, l’Inde et Hong Kong. « A part l’Australie, tenante du titre, et l’Angleterre, qui fait office de favori, 6 autres pays sont à craindre. Cela n’était jamais arrivé auparavant », dit Waguih. En fait, le tirage au sort a placé l’Egypte dans la poule B avec le Pays de Galles et le Mexique. Un groupe facile, mais l’Egypte jouera probablement en quarts de finale contre des équipes plus fortes comme la Nouvelle-Zélande, la France, les Etats-Unis, l’Inde et l’Australie. Si l’Egypte dépasse ce stade de la compétition, elle affrontera des équipes comme l’Angleterre qui possèdent des techniques de jeu très développées et difficiles. «faut beaucoup de concentration pour jouer contre les Anglaises, sinon on perd. Leur tactique sur le court est très difficile », note Ranim Al-Welili. Il reste 2 grands adversaires pour l’Egypte : La Nouvelle-Zélande et la Malaisie. « La Nouvelle-Zélande possède une équipe très forte. Les joueuses de cette équipe sont toutes rapides et possèdent une bonne condition physique. Quant à l’équipe de Malaisie, elle vient de changer de peau. Outre la légende du squash Nicol David nº1 mondiale, la Malaisie possède de très forts éléments du top 20 », ajoute-t-elle. Selon elle, bien que les joueuses de la sélection égyptienne ne se soient pas réunies à cause de l’agenda surchargé de chacune d’elles et les différents tournois, elles sont bien préparées et en super-forme. « Lors de la dernière édition, nous avons été éliminées des premiers tours, mais cette fois-ci la seule chose à laquelle nous pensons c’est la victoire », conclut Ranim Al-Welili.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire