Semaine du 10 au 16 octobre 2012 - Numéro 943
Nouvelle perle touristique dans le Sinaï
Citadelle de l'île pharaon  Ce joyau architectural qui trône dans les eaux du Golfe de Aqaba vient d'être restauré. Il mérite une visite.
nouvelle perle
Nasma Réda10-10-2012

Le premier ministre Hicham Qandil, accompagné des ministres du Tourisme, Hicham Zaazoue, et des Antiquités, Mohamad Ibrahim, se sont rendus cette semaine sur l’île Pharaon pour inaugurer la citadelle de Saladin, qui vient d’être restaurée. L’île Pharaon, dite aussi « Ile Corail », est située au sud-ouest de Taba, dans la péninsule du Sinaï. C’est un site maritime doté d’un grand charme, connu pour ses éblouissants coraux. Pour s’y rendre, il suffit de prendre le bateau quelques minutes depuis la ville de Taba. La forteresse datant de l’époque ayyubide, vient d’être ré-inaugurée après près de 3 ans de travaux de restauration pour un coût total de 20 millions de L.E. L’île est désormais dotée d’un nouveau système d’éclairage permettant les visites de nuit. C’est sans conteste l’un des atouts touristiques de la région qui vient de rouvrir au public.

La construction de cette citadelle date de l’époque de Saladin (1138-1193), fondateur de la dynastie des Ayyubides (1169-1250). Ayant vaincu les Fatimides qui gouvernaient l’Egypte, Saladin voulait sécuriser les frontières du pays. Il donne ordre en 1171 de construire une citadelle à son sommet. Un emplacement de choix qui permet d’observer quatre frontières : le golfe de Aqaba, l’Arabie saoudite, la Jordanie et la Palestine. Occupant 2 200 m2, cette forteresse servait à surveiller le golfe et la route du pèlerinage à travers le Sinaï. Elle facilitait le commerce maritime de cette région.

Comparée à la citadelle du Caire, celle-ci paraît minuscule. Défendue par de hauts remparts, on y trouve quelques chambres de stockage pour les aliments, une garnison et un réservoir d’eau. Elle est dotée par de nombreuses tours aux hauteurs remarquables, dont 14 servaient à la surveillance et 9 à accueillir les pigeons voyageurs, utilisés à l’époque pour le transfert du courrier. L’aménagement de la garnison est réduit à la plus grande simplicité : une salle de réunion, un atelier de fabrication d’armes et une mosquée. « La Citadelle de Saladin est le témoin d’une époque guerrière. Ces guerres visaient à l’unification de plusieurs pays arabes, de la Syrie au nord, en passant par l’Egypte, jusqu’au Yémen, au sud », explique Abdel-Rahim Rihane, archéologue au Conseil suprême des antiquités. Il insiste aussi sur le fait que le Sinaï est riche par de nombreux sites qui ont été négligés pendant des décennies, alors qu’ils retracent et témoignent de diverses époques de l’histoire. « Avec cette restauration et ces nouveaux aménagements, l’île va contribuer au développement de l’industrie touristique. Une série d’autres grands projets archéologiques stimuleront le tourisme au cours de la saison à venir. Le gouvernorat du Sinaï est totalement engagé dans ce processus de relance du tourisme et prévoit organiser différentes manifestations culturelles en soutien aux parcours habituels du tourisme culturel. Toutes sortes de tourisme : plongée, safari, visites des sites historiques et archéologiques seront permises ». C’est le message constructif et encourageant livré par le ministre des Antiquités lors de la cérémonie d’inauguration .




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire