L'invité > L'invité >

Gaber Asfour : Nous allons construire des palais de la culture à coûts réduits 

Ibrahim Daoud et Khaled Al-Sergany, Lundi, 01 septembre 2014

A 70 ans, le ministre de la Culture, Gaber Asfour, souhaite développer une nouvelle stratégie culturelle. Pourtant, ses premières actions ont été de nommer d’anciennes figures du milieu sans chercher à faire évoluer les structures désuètes du ministère.

Gaber Asfour
Gaber Asfour

Al-Ahram Hebdo : Dans quelles conditions avez-vous été à nou­veau choisi pour tenir le poste de ministre de la Culture ?

Gaber Asfour : Lorsqu’on m’a appelé, j’ai demandé qu’on me garantisse une liberté de mouve­ment, et on l’a accepté. Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que je travaillerais d’un côté avec 7 ou 8 ministères, et de l’autre avec la société civile. Les deux ensemble peuvent réaliser les objectifs dési­rés d’un Etat civil, d’ouverture d’esprit, de justice et de respect des différences. Ce sont des principes que je partage avec le gouverne­ment actuel et pour lesquels j’ai accepté ce poste de ministre.

— Vous avez demandé à Sayed Yassin d’élaborer une stratégie pour l’avenir de la culture en Egypte. Cela donne l’impression que vous voulez garder la main­mise sur la culture en Egypte. Pourquoi n’avez-vous pas chargé de groupe d’intellectuels pour cette mission plutôt que de la donner à un seul individu ?

— J’envisage d’organiser le tra­vail au ministère de la Culture selon une manière à la fois horizontale et verticale. Horizontale car ce minis­tère n’est pas le seul à être préoc­cupé par la culture, j’ai insisté sur le fait d'instaurer une coordination avec les autres ministères concernés par la culture comme l’Enseigne­ment, la Communication, la Jeunesse... Je m’attelle en ce moment au côté vertical en chan­geant la direction de certains postes du ministère, tout en ayant comme source d’inspiration les slogans levés par les jeunes lors du 25 jan­vier et du 30 juin, et qui ont rapport avec la justice sociale, que j’appelle moi la justice cognitive. Cela signi­fie que Le Caire ne monopolise pas tout: que l’habitant de Louqsor puisse recevoir le même service culturel que celui du Caire. Je tra­vaille actuellement avec le minis­tère de la Planification, pour res­tructurer le ministère de la Culture en garantissant plus de souplesse.

— Pourquoi avez-vous annulé la création des branches du Conseil Suprême de la Culture (CSC) dans les provinces? Cela a d’ailleurs déjà commencé à Alexandrie...

— Il n’y a rien qui s’appelle le CSC dans les provinces! Parce que le décret présidentiel, qui a pouvoir de loi, n’inclut pas cela. Mais si les intellectuels d’Alexandrie y créent une instance, et qu’ils l’appellent le Conseil suprême de la culture, alors qu’ils soient les bienvenus !

— Faut-il changer les lois qui régissent le Conseil ?

— Saïd Tewfiq, ex-secrétaire général du CSC, avait fait des amendements aux règlements qui régissent l’organisation des prix de l’Etat. Mais le problème est que ça n’a pas été approuvé par le comité de législation au Conseil de l’Etat. A mon avis, le problème du CSC ne réside pas dans la loi, mais dans une question de morale.

— Vous vous êtes engagé à réa­liser « une justice culturelle ». Quel en est votre plan, notam­ment dans les provinces, où les palais de la culture sont déla­brés ?

— Je considère que les palais de la culture sont au centre du minis­tère de la Culture. C’est l’une des priorités. Nous sommes en train de répertorier tous les palais de la culture au niveau national, et nous avons découvert des palais dans un état lamentable! C’est souvent un appartement dont le responsable est un fonctionnaire qui ferme la porte et s’en va. Tout cela va changer.

— Comment ?

— Nous avons consacré un bud­get pour construire des palais de la culture à coût réduit. Je suis en train de bâtir un grand palais de la culture à Halayeb et Chalatine. Nous allons, avec le premier ministre, l’inaugu­rer prochainement.

— A l’époque du gouvernement Beblawy, il y existait un comité réunissant 9 ministères et chargé d’établir une stratégie cultu­relle...

— Cette idée de comité était la mienne.

— Ce comité est-il actif ?

— Non, pas encore. Mais les ministères participants ont augmen­té. Quand il y a une crise dans tel ou tel projet culturel, ce comité permet d’appeler à l’aide d’autres minis­tères, comme celui de la Planification. On arrive à obtenir plus de fonds.

— Par exemple ?

— Cette année, le budget du Gebo, l’Organisme du livre, était très limi­té : 2 millions de L.E. seulement. Grâce au comité, il a atteint 20 mil­lions avec la possibilité de l’augmen­ter. C’est le premier fruit de cette collaboration entre les ministères, il reste encore beaucoup à faire. Par exemple, nous nous sommes mis d’accord avec le ministre de l’Ensei­gnement supérieur pour organiser un salon de livre dans toutes les univer­sités d’Egypte, au nom de Iqrä (lisez). Il s’agira d’un grand kiosque qui vendra les livres et les produc­tions du ministère de la Culture à des prix réduits. De même, avec le ministre de l’Enseignement, nous organisons des visites dans les musées. Il s’agit de formules nou­velles dont tout le monde profite.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique
Share your latest travel adventures on aotravel@ahram.org.eg