L'invité > L'invité >

Chawqi Gharib : Notre victoire contre Zamalek marque le vrai début de saison pour Al-Entag Al-Harbi

Amr Moheb, Mardi, 21 février 2017

Suite à sa victoire contre Zamalek et le match nul contre Ismaïli, Chawqi Gharib, directeur technique d’Al-Entag Al-Harbi, assure que son club, actuellement 13e du classement, va réaliser le même exploit de la saison dernière et terminera parmi les premiers. Entretien.

Chawqi Gharib
Chawqi Gharib, directeur technique d’Al-Entag Al-Harbi.

Al-Ahram Hebdo : C’est la deuxième saison consécutive qu’Al-Entag Al-Harbi fait un début de saison décevant et termine le premier tour du Championnat au bas du tableau, ensuite il est parvenu à réaliser de bonne performance au deuxième tour du Championnat. Comment expliquez-vous cela ?

Chawqi Gharib : Nous étions victimes du manque de moyens fournis par l’ancienne administration du club au début de la saison. Sa politique était de réduire le budget du sec­teur de football du club. Elle a excessivement réduit le budget du club au point que la plu­part des joueurs que l’équipe a recrutés au début de la saison sont venus gratuitement. Le plus grand montant déboursé par le club au Mercato était de 100 000 L.E., au moment où nos rivaux achetaient des joueurs avec des millions de L.E. En début de saison, nous avons recruté les trois défenseurs de Masr Lil-Maqassa, Ahmad Khaïri (28 ans), Saleh Morsi (30 ans) et Ahmad Saïd Ouka (32 ans) ainsi que les deux joueurs de Moqaouloun, le milieu de terrain Ahmad Zika (28 ans) et l’ai­lier droit Mohamad Abou-Chicha (29 ans). En nous préparant pour la nouvelle saison, nous avons participé à un tournoi amical en Arabie saoudite, mais les moyens ne nous permet­taient pas de faire des camps de préparation comme les autres clubs.

Normalement, les autres clubs font entre 3 et 4 camps de préparation avant le début de la saison. Ce qui veut dire que je n’ai pas eu la possibilité de faire le travail technique avec les joueurs afin de bien les préparer avant le début de la saison, et les nouvelles recrues n’ont pas eu l’occasion de bien s’intégrer au sein de l’équipe.

— Et pourquoi n’avez-vous pas laissé l’équipe, puisque vous jugez que l’atmos­phère vous permettant de bien travailler n’existe pas ?

— En effet, j’allais partir. Mais je respecte mes engagements contractuels et j’ai prévenu l’administration du club que je partirais à la fin de mon contrat qui se termine avec la fin de la saison car je me sentais incapable de faire de bons résultats avec l’équipe vu le manque de moyens fournis. Mais heureuse­ment, la nouvelle administration qui est arri­vée à la tête du club accorde une grande importance au secteur de football et surtout à la première équipe. A l’arrivée du nouveau conseil d’administration du club, je me suis réuni avec lui et le président m’a promis de soutenir financièrement l’équipe. Il a promis de mettre tout en ordre et de faire de son mieux pour que l’équipe puisse faire de bons résultats au deuxième tour du Championnat après que nous avions terminé les matchs allers à la 13e place du tableau.

— Après les matchs allers, il y avait une longue période de repos à cause de la par­ticipation de l’équipe nationale à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) au Gabon. Comment l’avez-vous exploitée ?

— C’était une période idéale pour nous afin de faire une bonne préparation avant la reprise des matchs retours du Championnat. En effet, le nouveau conseil d’administration du club a tenu ses promesses. Il a fourni à l’équipe tout ce dont elle avait besoin, soit de nouvelles tenues des joueurs et des équipe­ments sportifs, soit des camps de préparation et aussi de nouveaux recrutements de joueurs. Alors, durant les 45 jours qui ont séparé le premier et le deuxième tour du Championnat, nous avons fait une vraie préparation. J’ai tout d’abord donné à tous les joueurs une semaine de repos afin de mieux récupérer à cause de la fatigue des matchs allers du pre­mier tour. Puis nous avons fait un bon camp de préparation à Aïn Sokhna. Nous avons bien suivi les matchs de la CAN 2017 durant notre camp de préparation. J’ai pris soin de regarder des matchs avec les joueurs et puis de les entretenir sur des tactiques adoptées par des équipes africaines à la CAN et des nouveautés techniques de l’épreuve. Ainsi, pendant 5 semaines, j’ai réussi à bien prépa­rer l’équipe. La nouvelle administration nous a aussi permis de recruter de nouveaux joueurs au Mercato pour fortifier l’équipe, alors nous avons recruté d’excellents joueurs comme les deux attaquants Hani Al-Eguézi et Chérif Achraf, surtout que nous n’avons pas fait de grands recrutements au début de la saison, bien que nous ayons laissé partir les bons joueurs de l’équipe avant le début de la saison comme Ali Fathi qui est parti à Zamalek, Mohamad Nagui Geddo à Ismaïli, Ali Eid à Enppi et Ahmad Magdi à Al-Wehda de l’Arabie saoudite. De même, durant cette période de 5 semaines, j’ai réussi à résoudre les problèmes financiers de quelques joueurs avec l’administration du club. J’ai également réussi à bien préparer les joueurs pour le retour du Championnat.

— Et cela était-il facile pour vous, sur­tout que le club était très mal placé au tableau du Championnat ?

— Oui. Je sais bien le faire. Je sais bien aider les joueurs en difficulté ou qui sont loin de leur performance afin qu’ils puissent reve­nir à leur top niveau. Je suis connu pour cela. Je sais aussi dénicher des talents pour ensuite les mettre au service de l’équipe et c’est ce que j’ai fait en faisant monter le défenseur Chérif Ali de l’équipe junior du club à l’équipe A. J’ai commis alors un amalgame entre les anciens joueurs de l’équipe, les nou­velles recrues et les juniors. J’ai réussi ainsi à avoir de bons remplaçants. Les joueurs qui étaient feignants au premier tour et qui savaient qu’ils sont titulaires parce qu’il n’y avait pas de bons remplaçants à leurs postes ont commencé à se donner jusqu’au bout, de peur de perdre leurs places de titulaire et les laisser à un remplaçant. Le premier match de mon équipe après les préparations de la mi-saison était à la Coupe d’Egypte contre Masri. Malgré notre défaite 0-2 et notre éli­mination de l’épreuve, j’étais content car je sentais que mes joueurs ont changé, dévelop­pent un nouveau style de jeu très positif et évoluent techniquement de la manière que je souhaite et que nous avons apprise durant notre dernière préparation. Le résultat du match était satisfaisant d’autant plus qu’un de nos joueurs a été expulsé à la 10e minute du match et nous avons dû continuer le match réduit à 10. Notre victoire contre Zamalek atteste le vrai début de saison pour Al-Entag Al-Harbi, pas seulement parce que nous avons gagné mais parce que c’est le premier match en Championnat après notre dernière préparation. Contre Zamalek et Ismaïli, les joueurs ont appliqué ce que je leur ai appris de plan et de système de jeu. Nous avons battu Zamalek, nous avons fait un match nul contre Ismaïli et nous méritions de gagner, mais la malchance nous a privés de marquer plusieurs buts surtout en deuxième mi-temps. A l’issue de la rencontre entre Zamalek et Ismaïli, j’ai demandé à mes joueurs de jouer de cette manière face au reste des équipes lors des prochains matchs. Les joueurs sont bien préparés techniquement et moralement pour faire de bons résultats dans des pro­chaines rencontres. Nous nous sommes mis d’accord sur le fait de déployer tous les efforts possibles afin que nous puissions améliorer le classement actuel de l’équipe et terminer parmi les premiers.

— Est-ce faisable alors que vous êtes à la 13e place sur une totalité de 18 clubs ?

— Oui c’est faisable. C’est notre objectif et ce n’est pas très difficile, surtout que la diffé­rence entre les clubs de la 7e à la 11e place du classement est de 4 points seulement. La sai­son dernière, nous avons fait la même chose, nous étions parmi les derniers du classement et au deuxième tour nous sommes revenus dans la compétition et nous avions terminé à la 5e place, tout en soulignant que nous étions à deux doigts de la quatrième place et de la participation à la Coupe de la confédération africaine. Nous sommes bien concentrés et notre objectif est de réaliser ce même exploit.

— A l’issue des déclarations de votre attaquant Hani Al-Eguézi critiquant les joueurs de Zamalek sur Facebook, vous avez décidé de sanctionner tous les joueurs qui agissent de la sorte. Qu’en est-il ?

— Oui tout à fait. Pas seulement sur Facebook, mais sur l’ensemble des réseaux sociaux comme Twitter, Instagram et Snapchat. Et la prochaine fois, les sanctions seront durcies jusqu’à la suspension. Le foot­balleur professionnel doit se concentrer dans le football et le terrain et ne pas taquiner et énerver les supporters d’autres clubs. Les déclarations pareilles de certains joueurs impliquent le club dans des problèmes avec les supporters et l’administration des autres clubs. S’il veut utiliser son compte Facebook qu’il l’utilise pour parler de sa vie ou de sa famille et non pas de son club, ni pour susci­ter la colère des supporters d’autres clubs. Nous ne voulons pas avoir de problèmes avec les autres clubs. Nous devons être plus res­ponsables dans nos actes. Moi-même je n’ai pas de compte sur Facebook.

— Finalement, quels sont vos objectifs sur le plan personnel ?

— Mon contrat avec le club Al-Entag Al-Harbi s’achève à la fin de cette saison. J’ai déjà en main plusieurs propositions de grands clubs en Egypte et en dehors d’Egypte. Mon objectif est que la saison prochaine j’entraîne un club en dehors de l’Egypte. Il est temps pour moi de revivre l’expérience à l’étranger, le défi de réussir dans un autre Championnat autre que celui de l’Egypte.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique
Share your latest travel adventures on aotravel@ahram.org.eg