Société > Au quotidien >

Ecriture et créativité

Dina Bakr, Lundi, 27 août 2018

Des ateliers pour enfants ouvrent leurs portes durant les vacances d’été. Ils proposent toute une gamme de travaux avec un objectif ultime : faire réfléchir les enfants autrement. Reportage dans trois ateliers qui proposent des activités différentes.

Par des moyens créatifs, Najet apprend aux enfants la langue française.
Par des moyens créatifs, Najet apprend aux enfants la langue française.

Il est 16h30, la maison d’édition Elles, située à Al-Qasr Al-Aïni, s’apprête à accueillir les enfants qui participent à l’atelier d’écriture créative. L’animatrice de cet atelier, Najet Belhatem, qui anime les ateliers de ce genre depuis 2013, a choisi comme thème pour cette fois-ci les 5 sens. « C’est un bon thème pour les enfants pour les initier à la découverte de leur corps et du monde autour d’eux », dit l’animatrice. Durant la séance, les enfants s’expriment avec spontanéité. Aujourd’hui, il leur est demandé de faire des phrases absurdes en utilisant les mots nez, langue, etc.

Pour s’inscrire à cet atelier, les enfants doivent être âgés entre 9 et 12 ans et scolarisés dans des écoles francophones. « Un atelier d’écriture créative repose sur la liberté et l’imagination. Les enfants sont libres de s’exprimer même s’ils commettent des erreurs. L’important est de laisser libre cours à leur imagination, mettre fin à tout blocage et provoquer un déclic, celui de se lancer dans l’écriture », poursuit Najet. L’objectif de l’atelier est d’utiliser des méthodes à la fois performantes et distrayantes du français en dehors des institutions éducatives, notamment les cartes mentales et l’audiovisuel.

Les enfants, au fur et à mesure des séances, ont créé un personnage imaginaire. Ils se sont mis d’accord pour le représenter avec les yeux sur les joues, le nez, le menton, la bouche, le front et les oreilles. Ce physique bizarre semble plaire aux enfants. Le look les amuse et les pousse à inventer une personnalité qui convient au physique de monsieur Picasso comme ils ont voulu le nommer. Les yeux des enfants brillent d’intelligence.

Ils n’arrêtent pas de citer des exemples pour montrer qu’ils sont capables, même avec un vocabulaire limité, d’écrire des textes plaisants. Et lorsque les enfants entendent un nouveau mot dont ils ne comprennent pas le sens, l’animatrice s’obstine à le décrire en français, utilisant mille manières pour l’expliquer, sans le traduire en arabe, pour les habituer à interagir et essayer de le comprendre en français. Et ce n’est pas tout. Par exemple, le thème de la vue incite à aborder les différentes couleurs qui existent dans la nature. L’animatrice invite les enfants à réfléchir et leur demande de fermer les yeux pour mieux se concentrer sur les différentes couleurs : chaude, froide ou neutre.

Les enfants lancent, dès qu’elle dit rouge, « chaud, chaud madame ». Ils commentent et donnent des réponses sensées. « On est rouge quand on est en colère », « Les laves des volcans sont rouges », « Quand on a de la fièvre, on a les joues rouges ». Là, la sensation est rattachée à la couleur, et ainsi de suite, ils réfléchissent sur le reste des couleurs. Tout cela éveille la curiosité des enfants, les incite à la réflexion et à écrire leurs textes ensemble. Cette sixième séance de l’atelier a eu un impact positif sur tous les participants.

« J’étais en train de chercher une activité qui aide mon fils à faire travailler son imagination en français. Depuis qu’il participe à cet atelier, Haroun a changé sa façon de jouer. Par exemple, il suit de plus en plus des dessins animés en langue française sur Internet et je le vois motivé pour chercher des jeux dans cette langue », affirme une maman qui fait un long trajet pour accompagner son fils à ce cours. Haroun, qui adore jouer au football, peut rater une rencontre avec son équipe pour se rendre à l’atelier.

Ragaï Moussa, propriétaire de la maison d’édition Elles, adore entendre parler le français. Il espère continuer ces ateliers durant l’année scolaire pour que les enfants enrichissent leur vocabulaire. Par ailleurs, il pense aussi que la mixtion entre deux cultures produit des écritures créatives. Une conception différente et des sentiments variés qui peuvent donner naissance à un chef-d’oeuvre.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique