Sports > Sports >

Amr Chabana: « Si je n’étais pas prêt pour remporter le titre, je n’aurais pas participé »

Propos recueillis par Chourouq Chimy , Mardi, 04 décembre 2012

La légende égyptienne de squash Amr Chabana, actuel nº9 mondial PSA, participe à cette édition des Championnats, afin de remporter le titre de champion du monde pour la 5e fois.

Amr Chabana
Amr Chabana

Al-Ahram Hebdo : Quel est votre objectif de la participation à cette édition des Championnats du monde individuel ?

Amr Chabana : Les Championnats du monde individuel sont d’une importance spéciale. Si je n’étais pas prêt pour remporter le titre de champion du monde, je n’aurais pas participé à cette édition. J’y participe pour arracher pour une 5e fois le titre de champion du monde et inscrire mon nom dans le registre du circuit professionnel de squash.

— Comment était votre préparation à ce grand événement annuel ?

— Je travaille doublement lors des entraînements. Je n’arrête pas de jouer et de corriger mes erreurs. Pendant le mois dernier, j’ai participé à l’Open du Mexique et j’ai déclaré forfait lors du premier match, parce que j’étais blessé aux chevilles. Lors de l’Open de Hong Kong qui vient de s’achever la semaine dernière, j’ai eu une contusion. J’ai déclaré forfait lors des quarts de finale. J’essaie d’éviter les blessures pour être prêt à disputer les Championnats du monde.

— A l’âge de 33 ans, comment jugez-vous votre jeu ?

— Mon avantage actuel sur les autres joueurs est mon expérience. Cependant, je fais de mon mieux pour être en bonne condition physique. A cause de l’âge, je souffre de blessures de temps à autre. Mais actuellement, je réussis à éviter les blessures. Je n’arrête pas de m’entraîner pour que mon niveau ne baisse pas.

— Selon vous, quelle est la chance des autres Egyptiens participant à cette édition ?

— Rami Achour est le meilleur. Il n’est pas seulement le meilleur en classement mondial, mais son niveau et son jeu sont les meilleurs actuellement. Je l’aime beaucoup. Et s’il arrive à arracher le titre, je serai très content pour lui car il le mérite.

— Après avoir remporté 4 fois le titre de champion du monde, est-ce que ce titre reste plus important pour vous que le nº1 du classement mondial ?

— Non. Remporter le titre de champion du monde a un goût différent. Il est inscrit dans le registre du squash mondial. Il prouve que l’athlète est le meilleur pendant la semaine du tournoi et pas plus que cela. Tandis que trôner le classement mondial est un effort assidu de 9 mois. Et pour le conserver, on doit beaucoup travailler encore pour 9 mois. Pour moi, le nº1 mondial est le plus important.

— On dit que vous voulez absolument remporter ce 5e titre avant d’arrêter le jeu ...

— Ce n’est pas vrai. Je n’ai jamais pensé à arrêter le jeu. Les seuls moments où je pense à arrêter est quand je suis blessé et je ne peux pas jouer. Mais quand je récupère, je continue.

Vous vous êtes beaucoup intéressé à la révolution égyptienne et à son influence sur le sport. Que pensez-vous de cette affaire ?

— Je crois que le sport égyptien en général régresse. Cette affaire m'attriste beaucoup. J’ai cru qu’enfin après la révolution, il y aura un système précis pour la promotion du sport en Egypte. Le squash est un cas spécial. On est parmi les plus talentueux du monde et c’est un sport individuel. Chaque joueur doit se prendre en charge. Mais pour les autres sports, spécialement le football, c’est la chute.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique