Sports > Sports >

Le titre de champion très convoité

Mohamed Mosselhi, Mardi, 24 juin 2014

Le mini-tournoi pour désigner le champion d’Egypte commencera ce samedi avec le derby cairote. La concurrence sera très serrée entre les 4 équipes qui aspirent toutes à décrocher le titre.

Le titre
Ahli

Ahli

Le titre2
Petrojet

L’équipe la plus titrée d’Egypte vise à inscrire une autre prouesse à son palmarès. Une mission qui ne sera pas facile pour les Rouges, vu les nombreuses difficultés qu’ils ont confrontées lors de leur parcours dans le premier tour. Du point de vue numérique, les Rouges ont subi 4 défaites et ont concédé 4 matchs nuls. Un bilan décevant pour une équipe du calibre d’Ahli. C’est vrai qu’elle s’est qualifiée à la phase finale en étant à la tête de son groupe A avec 40 points, mais perdre 20 points dans ce groupe facile remet en question la capacité des Rouges à remporter le titre. Les Rouges ont payé cher la facture de la retraite de leurs stars Mohamad Abou-Treika, Mohamad Barakat et Waël Gomaa, qui a annoncé dernièrement sa retraite à la fin de cette saison. Il cédera ainsi sa place au jeune défenseur Saad Samir. Les nombreuses blessures qui ont frappé les joueurs ont beaucoup affecté la performance des Rouges. Cela a commencé avec la blessure de Walid Soliman, absent du terrain depuis décembre dernier, puis Abdallah Al-Saïd, blessé le mois dernier. Ce dernier ne reprendra les entraînements qu’après trois mois. Même chose pour Mohamad Nagui « Gedo », qui est victime d’une déchirure aux ligaments croisés au genou. Pire, le milieu Ahmad Choukri, qui a remplacé Abdallah Al-Saïd, a eu une blessure lui aussi. Ce qui l’empêche de participer à la phase finale qui va commencer samedi avec une rencontre opposant Ahli à son rival éternel Zamalek. Malgré tout, Ahli reste favori pour le titre. « Mon équipe est prête pour la phase finale. On ne craint aucun concurrent, car nous sommes une équipe cham­pionne », confie Fathi Mabrouk, directeur technique d’Ahli.

Petrojet

Le titre3
Smouha

Leader du groupe B avec 35 points, Petrojet a réalisé une performance exceptionnelle, notamment lors des matchs allers du premier tour. Sous la direction du directeur technique expérimenté Mokhtar Mokhtar, l’équipe pétrolière a beaucoup séduit cette saison avec son jeu collectif et moderne. Mais son niveau a baissé lors des matchs retours. Elle a perdu sa place à la tête du groupe et a failli rater la finale à quatre, mais le nul positif de 1-1 réa­lisé contre Ismaïli lors de la dernière journée lui a permis de réserver une place à la phase finale, après avoir collecté 35 points comme Zamalek et Ittihad Al-Chorta. Le bilan de l’équipe est assez satisfaisant avec 9 victoires, 8 matchs nuls et 3 défaites. La large victoire de l’équipe contre Zamalek (4-2) est un révélateur de sa puissance. Cette rencontre a confirmé que l’équipe est prête à jouer contre les grands et ne craint pas leur rencontre. Elle possède une attaque puissante avec le trio Marouane Mohsen, Mohamad Ragab et le rapide James Owoboskini. Mais l’équipe souffre de la fragilité de sa défense et de la per­formance mitigée de son gardien de but Mohamad Al-Chennawi. Le manque d’expérience de la majorité des joueurs est une autre lacune de Petrojet, car les rencontres décisives comme celles de cette phase finale exigent une grande expérience sur le terrain. « Nous nous sommes bien préparés pour la finale à quatre. Les joueurs sont en pleine forme. Je suis sûr qu’ils vont être à la hauteur de leur mission », explique Mokhtar Mokhtar, direc­teur technique de Petrojet.

Smouha

Le titre4
Zamalek

Cette équipe, qui a fait sa première apparition en première division lors de la saison 2010-2011, a réussi à se faire rapidement une place dans la cour des grandes équipes égyp­tiennes, en se qualifiant pour la phase finale du championnat, en s’installant à la 2e place du groupe A derrière Ahli, avec 35 points. Hamada Sedqi, directeur technique, a pu construire une puissante équipe composée de joueurs expérimentés dans le championnat égyptien, à l’image d’Ernest Papa Arko, le défenseur international Ahmad Saïd, Abdallah Al-Chahat et Moatassem Salem. Cette bande de joueurs vient épauler le trio international composé de Tareq Hamed, Ibrahim Abdel-Khaleq et la star de l’équipe Ahmad Hammoudi, récemment convoqués pour faire partie des Pharaons. Ce mélange a fait de Smouha une équipe puissante qui pose beau­coup de problèmes à ses adver­saires. Mais le niveau non régu­lier des joueurs constitue un inconvénient pour cette équipe. Leur performance est en dents de scie. L’attaque de l’équipe n’est pas assez puissante, avec 24 buts marqués en 20 rencontres, un bilan assez décevant pour une équipe qui est à l’affût des vic­toires. La situation n’est pas mieux en défense, qui a encaissé 20 buts en 20 rencontres, soit un but dans chaque rencontre. Hamada Sedqi devra remédier à ces faiblesses avant le coup d’en­voi de la phase finale qui com­mencera avec une rencontre diffi­cile contre Petrojet. « A mon avis, les 4 équipes possèdent les mêmes chances. Si Ahli et Zamalek se distinguent un peu, c’est grâce à l’expérience de leurs joueurs et non pas à une supériorité technique », explique Hamada Sedqi.

Zamalek

Au niveau des talents, Zamalek est la meilleure des 4 équipes qualifiées pour la phase finale. Hazem Imam, Mohamad Ibrahim, Omar Gaber et Moëmen Zakariya sont capables de faire une belle victoire. Même les remplaçants, à l’instar de Youssef Ibrahim et Moustapha Fathi sont à même de faire la différence, comme ils l’ont fait pendant la rencontre cruciale de l’équipe contre Ittihad Al-Chorta. Cette rencontre a confirmé la qualification de l’équipe pour la phase finale suite à la victoire des Blancs 4-3. Il faut dire que le parcours de Zamalek était assez dramatique. Les Blancs ont affronté, à plusieurs reprises, le spectre de l’élimination du premier tour, mais ils arrivent à conserver leurs chances de justesse. Plusieurs rencontres ont témoigné d’une victoire à la dernière minute ou du but d’égalisation, avant que l’équipe ne confirme sa qualification lors de la dernière journée. La puissance de l’équipe réside dans sa puissance offensive, meilleure attaque dans la compétition avec 35 buts. La bonne condition physique des joueurs est un autre atout de l’équipe, qui conserve sa fraîcheur jusqu’à la dernière minute de la rencontre. Mais les erreurs des défenseurs et du gardien constituent la grande lacune de l’équipe. La majo­rité des défaites de l’équipe n’étaient pas dues à la puissance des adver­saires, mais aux erreurs des joueurs qui ont offert beaucoup de buts aux adversaires. Théoriquement, Zamalek est l’équipe la plus puissante des 4 qualifiées, mais personne ne peut faire de pronostics en ce qui concerne les résultats de cette imprévisible équipe. « Je suis certain de la capacité de mon équipe à remporter le titre du championnat. Nous sommes les meilleurs et les joueurs sont détermi­nés à confirmer leur supériorité », déclare le directeur technique de Zamalek.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique