Sports > Sports >

Objectif CAN 2015

Mohamad Mosselhi, Mardi, 29 avril 2014

L’Egypte affrontera la Tunisie et le Sénégal lors des qualifications pour la prochaine CAN. Un groupe difficile pour les Pharaons qui espèrent revenir dans la compétition après leur absence des deux dernières éditions.

Can 2015
Hassan Chéhata lors du tirage du sort. (Photo : Moetaz Abdel-Haq)

Le tirage au sort des qualifi­cations pour la CAN 2015 a réservé aux Pharaons un groupe très difficile à côté du Sénégal, de la Tunisie et du vainqueur de la rencontre du tour préliminaire qui doit oppo­ser le Mozambique au Sud-Soudan. La mission des Pharaons ne sera pas difficile en principe car selon le système des qualifications, les deux pre­mières équipes des 7 groupes se qualifieront automatiquement au Maroc avec la meilleure troisième performance des dif­férents groupes.« Nous sommes prêts à relever le défi », a déclaré Chawqi Gharib, direc­teur technique des Pharaons, suite au tirage au sort. Les Pharaons vont donc commen­cer leur parcours des qualifica­tions en septembre prochain avec une rencontre au sommet à l’extérieur face à la puissante formation sénégalaise de Demba Ba, l’attaquant de Chelsea (GB), avant d’ac­cueillir la sélection tunisienne au Caire à la mi-septembre dans un derby nord-africain.

Ces deux rencontres auront d’importantes conséquences sur le reste du parcours des Pharaons dans les qualifica­tions. « Notre objectif est de se qualifier pour la CAN quel que soit le nom de l’adversaire, car ce sera une honte si les Pharaons ratent la CAN pour la troisième fois consécutive », ajoute Gharib. En effet, les Pharaons ont raté les deux dernières édi­tions de la CAN, alors que l’équipe possède le record afri­cain avec 7 titres. Les joueurs n’auront pas d’autre choix que de se qualifier pour défendre leur réputation. Ce sera le grand défi de Chawqi Gharib, qui était l’adjoint de Hassan Chéhata à l’âge d’or du football égyptien (2006-2010), quand la sélection égyptienne a remporté trois titres successifs. Gharib a insis­té sur le fait que la sélection doit bien se préparer pour ces qualifications afin de ne pas commettre les erreurs du passé qui ont coûté à l’Egypte sa qua­lification. A cause de l’instabi­lité politique du pays ces trois dernières années, les Pharaons ont dû disputer les qualifica­tions sans réelles préparations. Avec l’absence de compétition locale — à cause de la suspen­sion du championnat — l’échec de la sélection nationale n’a pas été si surprenant. « J’ai un pro­gramme de préparation pour les prochaines qualifications et je vais le présenter à la Fédération égyptienne de foot­ball le plus tôt possible. J’espère qu’elle l’acceptera car ce groupe difficile exige une pré­paration importante », conclut Gharib.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique