Sports > Sports >

Mohamad Gad : heureusement que certaines institutions ont été généreuses.

Doaa Badr, Mardi, 25 février 2014

La première édition de l’Open de Louqsor de taekwondo a remporté un franc succès malgré quelques difficultés. Entretien avec Mohamad Gad, directeur de la compétition et membre du conseil d’administration de la Fédération égyptienne.

Mohamed Gad
Mohamed Gad

Al-Ahram Hebdo : Quelle est votre évaluation de la première édition de l’Open de Louqsor qui s’est achevée le 17 février ?

Mohamad Gad : L’Egypte a remporté 9 médailles, dont 2 d'or. C’est une première pour l’Egypte dans un tournoi de ce niveau. La compétition s’est achevée avec un très grand succès, et ce, malgré les problèmes que nous avons rencontrés, notamment le décès de l’athlète turc, Seyithan Akbalik, durant son match et l’instabilité politique qui secoue l’Egypte. Au moment de l’explosion du bus transportant des touristes coréens à Taba, les taekwondoïstes visitaient le temple de Karnak. L’Open de Louqsor a réalisé un grand succès à tous les niveaux : touristique, sportif et économique.

— La mort de l’athlète turc était un problème grave qui menaçait le succès de la compétition. Comment avez-vous remédié à cela ?

— Ce problème était le plus grave de tout l’Open. Il fallait convaincre les autres taekwondoïstes de poursuivre la compétition après avoir vu la mort de l’un d’entre eux. Après cet incident, tous les athlètes étaient pris d’hystérie, refusant de continuer la journée. C’est une autre athlète turque qui a sauvé la situation et la compétition. Tokapra, une amie du défunt, a insisté pour continuer la compétition. Elle m’a dit : « Je joue en hommage à Seyithan Akbalik. Je veux lui dédier cette médaille ». Et elle a remporté la médaille d’or grâce aux encouragements des fans égyptiens qui l’ont soutenue même en demi-finale contre l’Egyptienne Radwa Réda. L’athlète est mort à la suite d’une attaque cardiaque. Nous avons fait le nécessaire afin d’envoyer le plus tôt possible son cercueil en Turquie.

— Qu’en est-il de l’organisation ?

— L’organisation était excellente. Tout le monde a contribué afin que le tournoi réalise un grand succès. Le gouverneur et le directeur du département de la jeunesse et des sports à Louqsor nous ont beaucoup aidés. Tareq Saadeddine, gouverneur de Louqsor, a résolu tous les problèmes qui pouvaient surgir. Khaled Abdel-Aziz, ministre de la Jeunesse, nous a facilité beaucoup de choses, notamment le transport et l’hébergement de certains athlètes. Le ministère du Tourisme a hébergé les athlètes des premiers 14 pays qui ont annoncé leur participation. En dernier, l’armée nous a offert la nouvelle salle couverte de Louqsor. L’organisation de ce tournoi n’était pas une mission facile avec le ministère du Sport, qui n’a annoncé sa minime contribution financière que quelques semaines avant la compétition. Heureusement que certaines institutions ont été généreuses comme le gouvernorat de Louqsor, le ministère du Tourisme, le ministère de la Jeunesse et l’armée. Mohamad Ali Abou-Zeid, membre du conseil d’administration de la Fédération égyptienne et homme d’affaires, a déboursé la plus forte somme.

— Que pensez-vous du niveau de la compétition en général et des Egyptiens ?

— L’Open de Louqsor était d’un très haut niveau. C’est un tournoi de G2 qui offre au médaillé d’or 20 points dans le classement mondial comptant pour la qualification olympique. Même si l’US Open a eu lieu à la même date, un grand nombre de pays ont préféré participer à l’Open de Louqsor. L’instabilité politique que traverse l’Egypte n’a pas empêché les meilleurs athlètes internationaux de participer à l’Open de Louqsor et de profiter de l’atmosphère agréable de cette ville. 320 athlètes représentant 27 pays ont disputé le tournoi. Les meilleures nations du monde étaient présentes telles que la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France et l’Espagne. 55 athlètes médaillés olympiques ou internationaux ont disputé l’Open de Louqsor. Les Egyptiens ont décroché 9 médailles (2 d'or, 2 d'argent et 5 de bronze). Mohamad Ayman (+87 kg) et Hedaya Malak (57 kg) ont honoré l’Egypte avec leurs médailles d'or. Malak est une athlète d’un très haut niveau (médaillée de bronze aux Jeux méditerranéens et 5e aux Mondiaux), elle a réalisé un excellent parcours en battant la championne du monde. Pour Ayman, il était la grande surprise de la compétition. Encore jeune (22 ans), son palmarès ne comporte qu’une médaille d’or aux Championnats d’Afrique, Ayman a surpris tout le monde en battant le champion du monde. Ces deux taekwondoïstes ont fait un grand pas dans leur qualification olympique.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique