Sports > Sports >

Nada Moawad : Mes rêves n’ont pas de limites

Marianne Youssef , Mercredi, 23 février 2022

Après avoir terminé ses études universitaires à Park University aux Etats-Unis, la volleyeuse Nada Moawad a intégré le club suisse Volley Lugano. L’attaquante de 23 ans explique son choix et évoque ses ambitions. Entretien.

Nada Moawad : Mes r ves n ont pas de limites

Al-Ahram Hebdo : Vous avez signé un contrat pour une saison avec le club suisse Volley Lugano. Pouvez-vous nous expliquer les motifs de ce choix ?

Nada Moawad : Après avoir terminé mes études en business et management en mai 2021, j’ai reçu plusieurs offres de plusieurs clubs européens et américains. Mon rêve était d’intégrer la Ligue suisse, française ou allemande. J’ai pris mon temps pour choisir le club avec lequel je vais évoluer. Après des recherches qui ont duré trois mois, j’ai choisi le club suisse Volley Lugano, car j’ai eu des retours très positifs concernant le club. Il s’agit d’un club de première division. Il est très bien structuré, respecté et il a réalisé plusieurs exploits. Il est champion de Suisse en 2014 et 2016. Il a également remporté la Coupe de Suisse en 2013. En outre, cette offre représente une vraie tournure dans ma vie professionnelle, car je vais participer à la Ligue suisse qui groupe les meilleures volleyeuses au monde. En intégrant ce club, je suis la première volleyeuse égyptienne à évoluer en Europe. Mon objectif est d’acquérir de nouvelles techniques de jeu et des compétences afin de les amener à la sélection égyptienne.

─ Quels sont les objectifs que vous visez à réaliser dans le club suisse ?

Mes rêves n’ont pas de limites. Mon rêve va plus loin que le titre de meilleure joueuse, car j’ai été sacrée meilleure joueuse de la Ligue des universités américaines pour l’année 2021. Ce titre revient au record que j’ai battu en marquant 1 457 buts depuis 2017 jusqu’à 2021. J’ai réalisé 476 buts en l’année 2021. Je suis la première volleyeuse dans l’histoire de l’équipe de Park University à pouvoir marquer ce nombre de buts. A Lugano, mon coach me fait confiance. Il m’a clairement dit que j’allais avoir un rôle important dans l’équipe et qu’il comptait sur moi. J’ai commencé à réaliser mon premier exploit à Lugano, car j’ai remporté le titre de meilleure joueuse dans mon dernier match entre mon équipe Lugano et l’équipe suisse Neuchâtel.

─ Comment étaient vos débuts ?

Mes débuts étaient au club Al-Chams lorsque j’ai intégré l’équipe du volleyball alors que j’avais 5 ans. Je suis issue d’une famille qui pratiquait le volleyball. Mon oncle était le directeur technique de l’équipe dames de volleyball au club. J’ai beaucoup profité de son expérience. A 16 ans, j’ai rejoint la sélection seniors et j’avais participé à de nombreux tournois. En 2016, j’ai été qualifiée avec mon équipe en volleyball de plage pour les Jeux Olympiques (JO) de Rio en remportant les Championnats d’Afrique au Nigeria. Nous étions la première équipe égyptienne de l’histoire à participer aux JO.

─ Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

J’aspire à posséder une solide expérience au plus haut niveau et un profil techniquement très complet avec un énorme potentiel offensif. J’aimerais devenir un modèle à suivre pour les volleyeuses égyptiennes pour les encourager à évoluer à l’étranger. De ce fait, l’équipe égyptienne regroupera des volleyeuses expérimentées, puissantes et capables de conquérir des titres dans les compétitions africaines et internationales. Mon plus grand rêve est de participer avec la sélection égyptienne aux JO de Paris 2024.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique