Sports > Sports >

Déconfiture à Rio

Marianne Youssef, Lundi, 02 septembre 2013

Les Egyptiens sont rentrés bredouilles des Championnats du monde de judo qui ont pris fin le premier septembre à Rio de Janeiro.

Judo
Ramadan Darwich a échoué à rééditer ces exploits de 2007. (Photo : Reuters)

La chance n’a pas souri à l’Egypte lors de ces Championnats du monde de judo qui se sont achevés le premier septembre à Rio de Janeiro. Les Egyptiens sortent bredouilles de cette compétition. Le Japon a terminé sur la première marche du podium, suivi par la France et Cuba. 779 athlètes représentant 124 nations ont pris part à la compétition, l’Egypte a participé avec une petite délégation de 3 judokas, à savoir Ramadan Darwich (24 ans, -100 kg), Islam Al-Chahabi (30 ans, +100 kg) et Hatem Abdel-Akhar (20 ans, -90 kg).

Les trois judokas ont été éliminés dès le premier tour. Ramadan Darwich, la star de la sélection et l’athlète le plus en vue pour remporter une médaille, a perdu le seul match qu’il a disputé contre le Japonais Ono Takachi 0-1. Quant à Islam Al-Chahabi, le plus âgé et le plus expérimenté de la sélection, il a fait mieux que Darwich. Il a gagné un seul match contre le Kazakh Shynteyer Yerzhan 1-0. Puis il a été éliminé après avoir perdu face au Tunisien Faciel Jaballah. Idem pour Hatem Abdel-Akhar, qui a été éliminé dès le premier tour.

Suite à ce résultat négatif, les judokas égyptiens n’ont pas pu rééditer l’exploit des Mondiaux de 2007, 2009 et 2010. Ces exploits ont été réalisés par Hicham Mesbah et Ramadan Darwich qui avaient décroché chacun une médaille de bronze lors des Mondiaux 2007. Aux Mondiaux de 2009 et de 2010, Islam Al-Chahabi avait réédité l’exploit en remportant une médaille de bronze.

Ce résultat a déçu la sélection qui visait une médaille. Tous les espoirs étaient portés sur les deux judokas Ramadan Darwich et Islam Al-Chahabi. Tous les deux ont réalisé une très bonne saison. Darwich a remporté la seule médaille d’or égyptienne aux Championnats d’Afrique de Maputo en avril dernier et aux Jeux méditerranéens de Mersin, en Turquie, en juin dernier. Al-Chahabi avait lui aussi décroché deux médailles aux Championnats du monde de Maputo, une d’or (poids ouvert) et une de bronze (+100 kg).

Forte concurrence

« Ces deux judokas ont fait face à des judokas très forts qui détiennent un palmarès riche en médailles. Par exemple, Ramadan Darwich a fait partie de la poule A qui regroupait le Japonais OnoTakashi, 3e aux Championnats du monde 2011 et champion des Jeux asiatiques 2010. Il y avait aussi Mamadov Elkhan qui a remporté la médaille d’or à ces Championnats. Il est aussi médaillé de bronze aux Championnats du monde 2010 et aux Championnats d’Europe 2010 », explique Farid Mounir, directeur exécutif de la Fédération égyptienne de judo. Il ajoute que la compétition dans la catégorie d’Islam Al-Chahabi était d’un haut niveau. Il a fait partie d’une poule composée du Français Teddy Riner, n°1 mondial, qui a remporté la médaille d’or à ces Championnats.

Manque de stages

Cette mauvaise performance aux Mondiaux de Rio n’est pas une surprise puisque l’équipe y a participé sans stages de préparation à l’étranger. « Pour la première fois, la sélection dispute un tournoi si important sans stage à l’étranger. Le nouveau ministre du Sport, Taher Abou-Zeid, a annulé tous les stages à l’étranger à cause du manque de moyens financiers. La sélection a donc raté une bonne chance de disputer durant ces stages des matchs amicaux avec d’autres sélections. Elle n’a effectué qu’un seul stage au Centre olympique de Maadi », ajoute Mounir.

Pourtant, selon Sameh Moubacher, président de la Fédération, ce résultat est malgré tout satisfaisant pour la sélection qui vient de connaître cette saison la stabilité après deux années de conflit au sein de la Fédération. Selon lui, cette saison est la meilleure depuis l’année 2011 où la discipline a connu un grand recul à cause des conflits internes entre l’ex-président de la Fédération et le conseil d’administration. Ces conflits ont entraîné un changement du président de la Fédération à deux reprises. Sans compter aussi que les judokas étaient en désaccord avec la Fédération pour des raisons financières. « La moisson de la saison est satisfaisante malgré la mauvaise performance aux Mondiaux. Les judokas ont pu faire un bon come-back aux Championnats d’Afrique et aux JM de Mersin. Mais pour rééditer les années de gloire du judo égyptien, on a besoin de plus de temps pour bien préparer la nouvelle génération qui prendra la relève », conclut-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique