Sports > Sports >

Amira Kandil : Mon objectif principal est une médaille olympique à Paris 2024 

Propos recueillis par Doaa Badr, Mardi, 28 septembre 2021

Après avoir remporté l’or aux Championnats du monde juniors des moins de 19 ans qui se sont achevés la semaine dernière à Alexandrie, Amira Kandil est devenue

la nouvelle star du pentathlon égyptien. Entretien.

Amira Kandil
Photo : Mohamad Moustapha

Al-ahram hebdo : Que représente pour vous la médaille d’or réalisée aux Mondiaux juniors -19 ans ?

Amira Kandil: Cette médaille est cruciale pour moi. C’est la plus précieuse médaille dans toute ma carrière. Cette compétition est la plus importante de la saison, car c’est la compétition de ma catégorie d’âge et c’est ma dernière saison dans cette catégorie des moins de 19 ans. Il faut savoir que remporter le titre du champion du monde n’est pas une mission facile, nous sommes seulement 4 qui ont réalisé cela. Ainsi, j’ai rejoint les meilleurs pentathloniens égyptiens qui ont réalisé ce titre, dont Aya Medany, Ahmed Elgendy et Salma Ayman, qui a remporté le titre des Jeux olympiques de la jeunesse.

— Comment était la compétition ?

— En demi-finale, j’ai réalisé un bon parcours sauf le tir, ce qui m’a inquiétée un peu. En finale, j’ai bien commencé la journée, j’ai réalisé de bons résultats en natation et escrime. J’ai commencé l’épreuve combinée (tir et course à pied) à la deuxième place derrière la championne russe et avec une différence de 11 minutes. Mais j’ai réalisé un excellent parcours à l’épreuve combinée et j’ai pu arracher la médaille d’or avec une différence de 2 minutes. Comme j’étais beaucoup plus distinguée en tir et course à pied, ma mission n’était pas difficile. En effet, le fait de disputer la compétition à domicile représente un privilège, ma famille, mes amis, tous mes entraîneurs ont été près de moi et ils m’ont soutenue avec enthousiasme. Lors de ces Mondiaux j’ai remporté 3 médailles: une médaille d’or en individuel, une médaille d’or en relais par équipe avec Malak Ismaïl et une médaille de bronze en relais mixte avec mon coéquipier Mohamed Moutaz.

— Vous êtes la première Egyptienne à se qualifier pour les Jeux Olympiques (JO) à travers le classement mondial. Comment avez-vous réalisé cela ?

— C’est un grand honneur d’être la première femme égyptienne à avoir décroché son ticket olympique par le biais du classement mondial et non pas par les éliminatoires africaines. En 2019, j’ai raté la chance de décrocher le ticket olympique à travers les éliminatoires africaines à cause d’une blessure juste avant le tournoi. Après cet échec, je me suis concentrée sur les Mondiaux juniors. Ensuite, il y a eu la pandémie du Covid-19 et son impact sur l’ensemble des activités sportives. Après le retour des tournois internationaux comptant pour la qualification olympique, j’ai bien débuté le trajet.

En février 2021, j’ai réalisé un grand pas en me qualifiant pour la finale d’un tournoi international indoor, disputant ainsi ma première finale dans une compétition senior. Suite à cette performance, je me suis dirigée vers le président de la Fédération égyptienne, Sharif El-Eryan, pour lui demander de prêter attention davantage à ma qualification olympique, surtout après l’amélioration de mon niveau. Il m’a beaucoup aidée. Ainsi, j’ai disputé pour la première fois dans mon histoire une Coupe du monde senior, qui s’est tenue en Hongrie, et j’ai réalisé un exploit en me qualifiant pour la finale et terminant 11e de la finale. Grâce à mes bons résultats, je me suis qualifiée pour la finale de la Coupe du monde et après avoir terminé 10e, j’ai assuré mon ticket olympique à travers le classement mondial.

— Racontez-nous votre trajet olympique à Tokyo ...

— Disputer les JO très jeune est un grand honneur. Avant de partir pour Tokyo, Sharif El-Eryan m’a dit de jouir des Olympiades et d’acquérir l’expérience pour être prête à Paris 2024. Vraiment, l’atmosphère aux JO est totalement différente de n’importe quelle autre compétition. A Tokyo, j’ai effectué des fautes très bizarres, par exemple, le sticker de mon nom est tombé durant l’épreuve d’escrime et l’arbitre m’a condamnée avec 10 points; en tir, je n’ai pas touché la table pour perdre 10 autres points. En fait, le stress et la peur m’ont bouleversée. J’ai terminé les JO à la 27e place, ce qui n’est pas mauvais pour moi.

— Que visez-vous dans l’avenir ?

— Cette année représente mon début sur la scène internationale. Depuis mes débuts, je planifie mes buts, et après avoir réalisé un but, je commence à planifier un autre. Aujourd’hui, mon prochain objectif est de remporter une médaille aux Mondiaux juniors des moins de 21 ans, puis une médaille aux Mondiaux seniors. Mon objectif principal est une médaille olympique à Paris 2024, je suis capable de réaliser cela avec l’encadrement technique qui me conduit et la Fédération égyptienne présidée par Sharif El-Eryan l

Focus

Amira Kandil

Pentathlon moderne

Date de naissance : 21 février 2003.

Taille : 170 cm pour 61 kg.

Club : Institut militaire.

Palmarès

2021 : Médaille d’or en individuel aux Mondiaux juniors (-19 ans).

Médaille d’or en relais par équipe aux Mondiaux juniors (-19 ans).

Médaille de bronze en relais mixte aux Mondiaux juniors (-19 ans).

29e aux Jeux olympiques de Tokyo.

10e à la finale de la Coupe du monde en Hongrie.

11e à la Coupe du monde d’Hongrie.

2019 : Médaille d’argent aux Mondiaux juniors de laser-run.

Médaille de bronze aux Championnats d’Afrique.

2018 : Médaille de bronze aux Mondiaux juniors de Triathle.

2017 : Médaille d’argent aux Mondiaux de laser-run juniors.

2016 : Médaille de bronze aux Mondiaux juniors de Triathle.

2015 : Médaille d’or aux

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique