Sports > Sports >

Mayar Sherif, en route vers les sommets

Marianne Youssef, Lundi, 16 août 2021

La tenniswoman Mayar Sherif est entrée dans l’histoire en devenant la première joueuse égyptienne à intégrer le top 100 mondial (97e place WTA). Retour sur le parcours exceptionnel de cette joueuse talentueuse.

Mayar Sherif, en route vers les sommets
(Photo : AP)

Après être entrée dans l’histoire en devenant la première joueuse de tennis égyptienne à être parvenue aux tours principaux de Roland Garros, l’un des tournois majeurs du Grand Chelem en 2020, Mayar Sherif a fait un exploit historique la semaine dernière en devenant la première tenniswoman égyptienne à atteindre la finale du Winners Open 2021 à Cologne, en Roumanie. Grâce à cet exploit, la star de tennis de 24 ans a rejoint la liste des 100 meilleures joueuses de tennis au monde en se classant à la 97e place sur le circuit WTA. Il s’agit du meilleur classement jamais atteint par une tenniswoman égyptienne.

Mayar a fait un excellent parcours en dominant les matchs jusqu’en finale. Au premier tour, elle a battu la Française Alizé Cornet, 59e WTA, sur le score de 2 à 0. En quarts de finale, elle bat la Slovaque Kristina Kucova, 118e WTA, sur le score de 2 à 0. En demi-finale, elle bat la Roumaine Mihaela Buzarnesci, 169e WTA, sur le score de 2 à 0. En finale, elle est battue par l’Allemande Andrea Petkovic, 91e WTA, sur le score de 0 à 2. « Je suis fière de la performance que j’ai réalisée dans ce prestigieux tournoi qui rassemble les grandes stars du tennis. A chaque match, j’ai joué avec toutes mes forces physiques et mentales pour lire vite les points faibles de mes adversaires. J’ai pu gagner contre la Française Alizé Cornet, 59e WTA, qui est mieux classée que moi. En finale, j’avais du mal à lire le jeu de mon adversaire allemande. J’ai appris des choses de ma défaite en finale. Je vais apprendre de mes pertes et continuer à avancer », déclare Mayar.

Le tennis égyptien a pu composter pour la première fois de son histoire son billet pour les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo grâce à Mayar Sherif et son compatriote Mohamad Safwat. Cependant, Mayar n’a pas réussi à progresser dans le tournoi, puisqu’elle a été éliminée dès le premier tour.

Mayar est arrivée à la maturité après un long chemin et un travail très dur. Cette jeune tenniswoman a fait ses débuts en pratiquant le tennis et le badminton pour imiter sa soeur aînée. Mais elle s’est plus passionnée pour le tennis à tel point qu’elle a décidé de se concentrer sur cette discipline exclusivement. A l’âge de 15 ans, elle commence à réaliser des résultats en junior dans son club Ahli. Et pour développer son jeu, elle passait l’été en Espagne pour s’entraîner avec son entraîneur actuel, l’Espagnol Justo Gonzalez Martinez. Après l’obtention de son bac, elle étudie la médecine sportive à l’Université de Pepperdine à Malibu, en Californie, aux Etats-Unis. Et durant ses années d’études, elle a réalisé de très bonnes performances aux Championnats universitaires des Etats-Unis lors desquels elle a atteint le stade des demi-finales. Ce n’est qu’en 2018 et précisément après avoir terminé ses études universitaires qu’elle a commencé sa carrière professionnelle. « Au début de l’année 2019, j’étais classée 500e WTA, mais c’était également l’année où j’ai commencé à briller en remportant la médaille d’or en simple lors des Jeux africains au Maroc qui sont qualificatifs pour les JO de Tokyo. J’étais aussi la première Egyptienne à participer aux tours qualificatifs de l’Open d’Australie. J’ai également remporté tous les matchs au Fed Cup et j’ai participé largement à la promotion de l’Egypte dans le groupe II l’année suivante », dit-elle.

Cette jeune tenniswoman dynamique a gravi rapidement les échelons du classement mondial WTA en seulement deux ans. « Au début de l’année 2019, j’étais classée 500e WTA et j’ai pu, grâce à mes bonnes performances, améliorer mon classement pour atteindre la 194e place WTA en décembre 2019 », assure Mayar. En janvier 2020, elle avait participé à des tournois qui l’ont aidée à remonter le classement de la 200e à la 100e place, comme l’Open d’Australie et Roland Garros lors duquel elle a atteint les tours principaux pour devenir ainsi la première tenniswoman égyptienne à atteindre les tours principaux d’un tournoi du Grand Chelem.

En janvier 2021, elle continue ses exploits en se qualifiant pour les tours principaux de l’Open d’Australie. Grâce à ces exploits, elle est passée de la 194e à la 128e place WTA en janvier 2021. A chaque étape passée, Mayar regarde la suivante et se fixe un nouvel objectif. « Depuis le début de la saison 2021, j’ai disputé 13 grands tournois, tels l’Open d’Australie, Roland Garros, Wimbledon et le Winners Open en Roumanie. Je comptais intégrer le top 100 en 2022, mais j’ai pu atteindre mon objectif cette année. Ce succès me rappelle que l’objectif final est encore lointain et combien il faut encore travailler pour atteindre le top 50 », conclut Mayar.

Le parcours de Mayar WTA

Janvier 2019 : 500e WTA

Décembre 2019 : 194e WTA

Octobre 2020 : 163e WTA

Décembre 2020 : 128e WTA

Février 2021 : 114e WTA

Août 2021 : 97e WTA

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique