Sports > Sports >

La difficile épreuve de Rio

Marianne Youssef, Lundi, 19 août 2013

L'Egypte prendra part du 26 août au 1er septembre aux Championnats du monde de judo, à Rio de Janeiro, au Brésil, avec l’objectif de décrocher une médaille. Un pari difficile.

Judo
La tâche de Ramadan Darwich sera difficile à Rio. (Photo : Reuters)

Le stade de Maracanazinho dans la capitale brésilienne, Rio de Janeiro, sera l’attraction du judo mondial du 26 août au 1er septembre. Il accueillera la 29e édition des Championnats du monde de cette discipline. Ce rendez-vous des judokas internationaux regroupe 800 athlètes représentant 90 nations, dont la Russie, n°1 mondiale, la France, le Japon, la Chine et les Etats-Unis. L’Egypte participe avec une petite délégation de 3 judokas, à savoir Ramadan Darwich (24 ans, -100 kg), Islam Al-Chahabi (30 ans, +100 kg) et Hatem Abdel-Akhar (20 ans, -90 kg). Ramadan Darwich a réalisé une excellente performance cette saison, en décrochant une médaille d’or aux Championnats d’Afrique en avril dernier à Maputo. Il était également le seul judoka de la sélection à remporter une médaille d’or aux Jeux Méditerranéens (JM) de Mersin, en Turquie en juin dernier. Islam Al-Chahabi est le judoka le plus expérimenté de la sélection. Agé de 30 ans, son expérience lui donne beaucoup d’assurance. Il a décroché 2 médailles aux Championnats d’Afrique à Maputo, une d’or (poids ouvert) et une de bronze (+100 kg).

Hatem Abdel-Akhar est, quant à lui, le judoka le plus jeune de la nouvelle génération. Ce judoka très talentueux a décroché une médaille d’or aux Championnats d’Afrique de Maputo.

Il s’agit pour l’Egypte du dernier tournoi de la saison, mais aussi le tournoi le plus difficile, après les Championnats d’Afrique à Maputo en avril et les JM de Mersin en juin.

Lors des Mondiaux 2007, Hicham Mesbah et Ramadan Darwich avaient décroché chacun une médaille de bronze. Et aux Mondiaux 2009 et 2010, Islam Al-Chahabi avait réédité l’exploit en remportant une médaille de bronze. « Mais depuis 2011, la sélection n’a remporté aucune médaille aux Mondiaux. En fait, la sélection a témoigné d’un vrai déclin, car la discipline a connu des difficultés à cause des conflits internes au sein de la Fédération, ce qui a affecté négativement le niveau des judokas. Mais aujourd’hui, avec la nouvelle Fédération élue en septembre 2012, les judokas ont repris leur esprit de combat et ont fait un come-back au cours de cette saison », explique Yousri Zaghloul, directeur technique de la sélection.

Judo
La tâche de Ramadan Darwich sera difficile à Rio. (Photo : Reuters)

Mais la mission des judokas égyptiens ne sera pas du tout facile en présence des grandes nations de la discipline comme la Russie, la France et le Japon.

« Nos judokas font face à des stars de la discipline. Par exemple, Islam Al-Chahabi affrontera des judokas très forts dans sa catégorie, tels que le champion olympique français Teddy Renier, n°1 mondial, et le Russe Alexander Mikhaylin. Ramadan Darwich, lui aussi, sera opposé à des concurrents puissants, tels que le Russe Sergei Samoilovich, et le Japonais Takamasa Anai. Ils sont tous des judokas à craindre, car ils ont un palmarès chargé de médailles mondiales et olympiques. Mais on garde l’espoir que l’un de nos judokas puisse atteindre le stade des quarts de finale », ajoute Zaghloul.

Une préparation modeste

Toutefois, la sélection affiche ses ambitions malgré l’annulation de deux grands stages à l’étranger. Elle a bien commencé la saison en effectuant deux stages, l’un en Tchèque et l’autre en Turquie en mars dernier, pour se préparer aux Championnats d’Afrique en avril et aux JM en juin. Mais pour la première fois, la sélection dispute les Mondiaux sans stage de préparation à l’étranger. « La sélection devait effectuer deux stages en juillet, l’un à Barcelone et l’autre en Russie. Mais le nouveau ministre des Sports, Taher Abou-Zeid, a annulé tous les stages à l’étranger à cause du manque de moyens financiers et des troubles politiques en Egypte. On a raté donc une bonne chance de disputer durant ces stages des matchs amicaux avec d’autres sélections pour évaluer notre niveau », explique le judoka Ramadan Darwich. Il ajoute que la sélection a organisé un stage d’un mois au Centre olympique de Maadi suite à cette annulation.

Malgré toutes ces difficultés, les judokas égyptiens espèrent obtenir de bons résultats.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique