Sports > Sports >

L’Afrique sort la tête de l’eau

Doaa Badr, Mercredi, 07 août 2013

Avec une 7e place en 50 m papillon, l’Egyptienne Farida Osman réalise un petit exploit aux Championnats du monde de natation, qui se sont achevés le 4 août à Barcelone. L’Afrique du Sud réalise une performance historique avec une 5e place au tableau des médailles.

« Adieu Barcelone ». Les 15es Championnats du monde de natation se sont achevés le 4 août. Comme d’habitude ce sont les Etat-Unis qui ont terminé en tête du tableau avec 33 médailles dont 15 d’or. La grande révélation de ces Mondiaux a été la jeune nageuse américaine de 18 ans, Missy Franklin, qui a remporté six titres (200 m, 100 m dos, 200 m dos, relais 4x100 m, relais 4x200 m, relais 4x100 m 4 nages) et a réalisé un record. La Californienne a confirmé son statut de « Michael Phelps féminine », après avoir déjà gagné quatre titres olympiques à Londres en 2012.

Avec une 5e place au tableau des médailles, l’Afrique du Sud obtient le meilleur bilan de son histoire. Le nageur Chad Le Clos a joué les héros pour l’Afrique du Sud. Ses victoires sur 100 m papillon et 200 m papillon et le sacre de Cameron van der Burgh sur 50 m brasse propulsent la nation arc-en-ciel au 5e rang mondial. Avec 5 médailles dont 3 d’or, l’Afrique du Sud obtient le meilleur bilan de son histoire en natation aux Championnats du monde en grand bassin. Le Clos, également champion olympique et champion du monde du 200 m papillon, succède au palmarès à l’Américain Michael Phelps, vainqueur des trois dernières éditions.

Une première égyptienne

L’Egyptienne Farida Osman a réalisé la meilleure performance égyptienne dans l’histoire des Mondiaux. C’est la première fois qu’une Egyptienne dispute la finale d’une épreuve. Avec un record de 26.17, Farida Osman termine 7e de la finale du 50 m papillon, précédée de la Danoise Jeanette Ottesen Gray (25.24), la Chinoise Ying Lu (25.42) et la Néo-Zélandaise Ranomi Kromowid Jojo. Pour arriver en finale, la jeune Egyptienne de 18 ans a réalisé un excellent parcours. Au premier tour, elle réalise 26.45, mais c’est en demi-finale qu’elle attire l’attention en battant le record africain de l’épreuve avec un nouveau temps personnel de 26.12. Cette jeune femme passe pour être la « légende de la natation égyptienne ». Elle intègre la sélection senior à 15 ans et a remporté la seule médaille d’or égyptienne aux Championnats d’Afrique seniors en 2010. Un an plus tard, elle commence son parcours international. Agée de 16 ans seulement, elle réalise un exploit en remportant la médaille d’or du 50 m papillon aux Championnats du monde juniors au Pérou en 2011 en battant le record du monde de l’épreuve. La même année, elle décroche la seule médaille d’or pour l’Egypte aux Jeux africains de Maputo. En 2012, la vedette de l’équipe égyptienne réalise un nouvel exploit en remportant 7 médailles d’or aux Jeux arabes du Qatar. Juste avant les Mondiaux de Barcelone, elle continue à éblouir les responsables égyptiens en décrochant la seule médaille de la natation égyptienne aux Jeux méditerranéens de Mersin en raflant l’or du 50 m papillon, sa distance privilégiée. La jeune pharaonne a réalisé de grands progrès grâce à un programme d’entraînement spécial mis en place avec son entraîneur ukrainien Vladimir fourni par son club Al-Guézira depuis 2011.

Avec de tels exploits, Farida Osman devrait bénéficier d’un plus grand intérêt de la part des responsables en Egypte.

Il faut rappeler que durant la première semaine de ces Mondiaux qui ont débuté le 19 juillet, le Tunisien Oussama Mellouli a réalisé un exploit pour son pays. Champion olympique sur 10 km, Mellouli s’est offert son premier titre mondial en eau libre sur 5 km, une course à laquelle il a participé pour la première fois, 3 août au port de Barcelone. Puis en 10 km en eau libre, il a décroché la médaille de bronze dans sa distance préférée, puisqu’il est le champion olympique de cette distance. Grâce à ce résultat, les Mondiaux de Barcelone ont vraiment souri au continent africain.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique