Sports > Sports >

Aliou Badji : Je suis les conseils de Sadio Mané

Propos recueillis par Amr Moheb, Lundi, 22 juin 2020

Aliou Badji, attaquant sénégalais d’Ahli, se dit grandement satisfait de jouer avec les Rouges et parle de ses ambitions avec le club et avec l’équipe nationale sénégalaise.

Aliou Badji

Al-Ahram Hebdo : Vous évoluiez en Europe avant de venir en Egypte, pourquoi avezvous décidé de quitter l’Europe et de rejoindre Ahli ?

Aliou Badji : Tout d’abord, je suis Sénégalais, c’est-à-dire Africain. J’ai débutéma carrière de joueur en Afrique, àl’Académie de football du club Casa Sports au Sénégal avant de me rendre en janvier 2017 àDjurgarden en Suède, puis un an après, je suis parti en Autriche pour évoluer sous les couleurs du club Rapid Vienne. Au début de cette année, j’ai signépour Ahli. Avant de signer, j’avais des propositions d’autres clubs européens, en Russie, en Croatie, en France et en Turquie. Franchement, je voulais rester en Europe et j’étais sur le point de signer pour le club russe. Mais lorsque j’ai reçu la proposition d’Ahli, j’ai senti qu’elle était plus sérieuse que les propositions des autres clubs. J’ai senti que les négociations menées par l’administration d’Ahli était très professionnelle. Le club russe a mis presque deux mois pour négocier les détails de mon contrat, ce qui m’a fait sentir qu’il n’était pas très sérieux.

J’ai donc commencéàétudier la proposition d’Ahli. Mon agent m’a expliquéque le fait de jouer pour Ahli serait une étape très importante pour ma carrière. Je savais déjàqu’Ahli était l’un des plus grands clubs d’Afrique. Aussi je me suis renseignésur le club àtravers des joueurs sénégalais qui avaient déjàjouéen Egypte. Ils m’ont assuréqu’Ahli était le meilleur club d’Afrique et un modèle àsuivre pour tous les clubs africains.

Alors, j’ai décidéde signer pour les Rouges. Depuis mon arrivée en Egypte, je n’ai jamais regretté, ne serait-ce qu’une seconde, le fait d’avoir signépour Ahli. Je sens que j’ai fait le bon choix. En effet, je suis ravi de porter les couleurs d’Ahli, c’est un grand club connu partout en Afrique et je suis ravi aussi d’être le premier Sénégalais àjouer pour le club.

J’ai déjàjouéavec plusieurs équipes nationales sénégalaises, juniors et jeunes, et j’étais leur meilleur buteur, mais je n’ai jamais jouéavec l’équipe nationale sénégalaise senior. Mon rêve maintenant avec Ahli est de faire de grands matchs pour rejoindre les Lions de la Teranga et épauler la grande star de Liverpool Sadio Mané. J’espère aussi que je pourrai marquer un grand nombre de buts avec Ahli que ce soit au Championnat national ou aux compétitions africaines, pour remporter de nouveaux titres et faire plaisir aux supporters des Rouges. Je savais avant mon arrivée en Egypte que les supporters d’Ahli étaient nombreux, mais je ne savais pas qu’ils étaient aussi nombreux. Ils constituent un élément essentiel de la réussite de l’équipe.

— Un mois après votre arrivée, Ahli a perdu le titre de la Supercoupe égyptienne après sa défaite aux tirs au but face à Zamalek. Certains supporters du club pensent que vous étiez l’une des causes de cette défaite car vous avez raté un pénalty lors de la séance de tirs au but. Qu’en pensez-vous ?

—Je comprends la déception des fans, mais c’était malgrémoi. Avant le match, lorsque je m’entraînais aux tirs au but avec mes coéquipiers, j’ai tout marquéet je n’ai ratéaucun tir. Durant le match, juste avant la séance de tirs au but, j’ai décidéde mettre le ballon dans une autre direction que celle adoptée durant les entraînements, car j’ai senti que ce serait plus difficile pour le gardien de Zamalek, mais j’avais tort et il l’a arrêté.

C’était une grande déception pour moi. Après le match, j’étais très triste et déçu, mais mes coéquipiers et les membres du staff technique sont venus me parler àl’hôtel après le match pour me consoler, me dire que cela arrive au football et que je dois tourner la page de ce match pour penser àla Ligue des champions d’Afrique et au Championnat national. Aussi, les fans de l’équipe m’ont reprochéd’avoir ratéune occasion facile de marquer contre le club sud-africain de Mamelodi Sun Downs FC au match retour en quarts de finale de la Ligue des champions d’Afrique. J’ai reçu le ballon devant le but et j’avais un défenseur devant moi, je devais tirer tout de suite mais j’ai voulu passer derrière le défenseur avant de tirer. J’ai mal contrôléle ballon et j’ai ratél’occasion. J’ai pris une mauvaise décision et cela arrive en football.

— Votre toute première participation avec l’équipe après votre arrivée en Egypte était dans un match de qualification pour la finale de la Ligue des champions d’Afrique contre le club tunisien de l’Etoile du Sahel au Caire …

—Oui, c’était un match très important pour moi car c’était mon premier avec l’équipe. Je devais faire bonne impression car les supporters comptaient beaucoup sur moi pour faire la différence dans l’attaque des Rouges. J’étais remplaçant et j’ai participéàla rencontre àla deuxième mi-temps. Avant de descendre sur terrain, le coach RenéWeiler m’a dit que je devais aider mes coéquipiers àgagner ce match, je devais être généreux et ne pas lésiner sur les efforts.

Il m’a demandéde jouer vite et de monter avec l’équipe et de mettre le ballon dans la surface de réparation en essayant de marquer si c’est possible. Lorsque l’adversaire a le ballon, je devais essayer de le récupérer le plus vite possible et reculer en défense en cas de besoin. Je pense que j’ai fait un bon match, j’ai contribuéàla victoire de l’équipe 1-0 et les fans de l’équipe ont appréciéma performance.

—Les médias sportifs en Egypte ont beaucoup parlé de votre bagarre avec Ramadan Sobhi avant la fin d’un entraînement ...

—Oui, c’était àcause du stress. Ramadan est un ami, je l’aime et je le respecte beaucoup. C’est un joueur prometteur et talentueux, l’un des meilleurs de l’équipe. C’est quelqu’un qui ne parle pas beaucoup. Je le rencontre souvent après les entraînements dans la salle de musculation oùl’on s’entraîne souvent ensemble. Comme vous le savez, on jouait un match presque tous les trois jours et nous devions gagner tous nos matchs, que ce soit au Championnat national ou en Ligue des champions d’Afrique. Alors, les joueurs étaient sous pression, et ce qui s’est passéentre moi et Sobhi était àcause de la tension et du stress, mais ce n’était pas un problème personnel. Quelques minutes après, nous nous sommes rencontrés dans les vestiaires, nous avons parléet nous avons oubliéce qui s’est passé.

— Quels sont vos objectifs en ce moment ?

—Je suis très concentréavec Ahli, je veux remporter de nouveaux titres avec le club. Je sais que les supporters veulent la Ligue des champions d’Afrique qu’Ahli a déjàremportée 8 fois, dont la dernière était en 2013. L’équipe a étéfinaliste àdeux reprise en 2017 et 2018, mais elle a perdu les deux finales. Cette saison, nous sommes qualifiés pour les quarts de finale avec Zamalek et les 2 clubs marocains du Wydad de Casablanca et du Raja. Nous jouerons la demifinale contre le Wydad, je pense que nous avons une grande chance de remporter cette édition. Je rêve de remporter la Ligue des champions pour faire plaisir aux supporters du club. Mon objectif aussi, comme je vous l’ai dit, est de rejoindre l’équipe nationale sénégalaise et d’épauler la grande star de Liverpool Sadio Mané.

— Vous connaissiez déjà personnellement Sadio Mané au Sénégal ?

—Oui, il habitait pas loin de chez moi au Sénégal. Nous avons beaucoup d’amis communs. Je l’ai rencontréplusieurs fois et nous sommes amis sur les réseaux sociaux. Je suis les conseils de Sadio Mané. Il me donne souvent des conseils sur le plan personnel et professionnel. C’est une personne très gentille et serviable. Par exemple, il m’a conseilléd’avoir pour objectif de jouer un jour pour un grand club en Angleterre et m’a dit que je devais faire des efforts avec toutes les équipes dont je porte le maillot, et profiter de toutes les occasions pour essayer de marquer. Il m’a dit aussi que je devais travailler pour améliorer mon niveau. Manéest un exemple àsuivre pour les jeunes joueurs. Il s’entraîne sérieusement et travaille tout le temps pour s’améliorer.

Je pense qu’il a jouéun rôle important dans les bons résultats de Liverpool ces dernières années. Il a jouéaussi un grand rôle dans le couronnement de Liverpool l’année dernière àla Ligue des champions d’Europe et la Supercoupe d’Europe. Grâce àses efforts et àceux de ses coéquipiers, Liverpool est le grand favori cette saison pour remporter le Premier League. Ce que fait Sadio Manéest une grande fiertépour le Sénégal. Aussi, il a menél’équipe nationale du Sénégal en finale de la Coupe d’Afrique des nations en 2019 et il a reçu le ballon d’or africain.

— En parlant de l’équipe nationale sénégalaise et du football sénégalais, pourquoi, selon vous, le Sénégal n’a pas remporté la Coupe d’Afrique des nations ne serait-ce qu’une fois durant son histoire ?

—C’est vraiment dommage. Nous avons au Sénégal Sadio Manéet nous avons aussi beaucoup d’autres joueurs talentueux. Et pourtant, nous n’avons jamais remportéla Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Nous avons étésacrés vicechampions lors de la dernière CAN en Egypte l’année dernière après les Algériens qui ont remportéla coupe. Je pense que le problème du football sénégalais est purement administratif. Il est triste de voir que le Sénégal regroupe aujourd’hui de très bons joueurs qui évoluent dans de grands clubs européens, et il n’arrive pas àremporter la CAN. J’espère que durant les prochaines années, nous pourrons nous imposer sur le plan africain.

— Enfin, quel est votre message aux supporters égyptiens ?

—Tout d’abord, je veux remercier les supporters d’Ahli pour leur accueil et pour leur grand soutien àl’équipe. Je souhaite remporter beaucoup de titres avec mes coéquipiers et les offrir àces supporters fidèles. Autre chose, je demande aux supporters et aux citoyens de respecter les mesures de prévention contre le Covid-19. Nous devons tous porter les masques et les gants, bien nous laver les mains, nous éloigner les uns des autres pour nous protéger et protéger nos familles, nos enfants et nos amis du coronavirus .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique