Sports > Sports >

Abdelmoneim Elhusseiny : L’Egypte possède toutes les capacités pour organiser des Mondiaux inoubliables

Doaa Badr, Mardi, 03 décembre 2019

Après l’organisation des Coupes du monde et du Grand Prix d’escrime, l’Egypte accueillera les Championnats du monde seniors 2021. Entretien avec Abdelmoneim Elhusseiny, président de la Fédération égyptienne d’escrime.

Abdelmoneim Elhusseiny

Al-Ahram Hebdo : Comment vous sentez-vous après le vote de la Fédération Internationale d’Es­crime (FIE) en faveur de l’Egypte pour l’organisation des Championnats du monde seniors 2021 ?

Abdelmoneim Elhusseiny : Je suis très heu­reux et très fier. Je félicite le ministère de la Jeunesse et du Sport et toute la famille d’es­crime égyptienne. C’est un grand honneur d’organiser l’événement le plus important de l’escrime mondiale. De plus, l’Egypte est la première nation qui organisera les Championnats du monde juniors et seniors la même année.

— Comment le vote s’est-il déroulé pour la candidature de l’Egypte ?

— L’Egypte a été choisie pour l’organisa­tion des Mondiaux 2021 lors du Congrès de la FIE qui a eu lieu samedi dernier à Lausanne (Suisse). Nous avons reçu 126 voix, 4 pays seulement ont voté contre et 3 pays ont été absents de la réunion. C’était le seul pays en lice pour l’organisation après le refus de la FIE des autres candidats. A Lausanne, le son­dage était donc d’approuver ou de refuser la candidature égyptienne.

— Cette année, pour la première fois, un Grand Prix et deux Coupes du monde ont été organisés en Egypte. Cela a-t-il ren­forcé son dossier de candidature ?

— Bien sûr. Cette année, les responsables de la FIE ont vu la capacité égyptienne d'or­ganiser de grands événements, alors que l’organisation du Grand Prix a dû se faire au dernier moment. Chaque année, la FIE orga­nise 9 Grands Prix. La FIE nous a demandé d’organiser le Grands Prix d’épée, du 22 au 24 février dernier, à la place du Mexique, à moins de deux mois de la compétition. Il faut savoir qu’organiser un GP est beaucoup plus difficile que l’organisation d’une Coupe du monde, car il existe un manuel de la FIE qu’il faut suivre à la lettre. De plus, l’Egypte orga­nise depuis des années la Coupe du monde hommes et cette année, elle a, en plus, orga­nisé la Coupe du monde dames.

— Quels bénéfices tire-t-on de ces orga­nisations ?

— A travers ces organisations, nous avons envoyé le message que le pays est sécurisé et qu’il est capable d’organiser les compétitions internationales avec grand succès. De plus, nous avons gagné beaucoup d’argent à tra­vers ces événements. Sur le plan technique, nos athlètes ont aussi beaucoup profité de l’organisation sur place de ces compétitions. Par exemple, Mohamed Amer a réalisé un exploit lors de la Coupe d’épée en terminant à la 6e place, une première dans l’histoire de l’escrime égyptienne dans cette épreuve.

Coupes du monde
Cette année, l'Egypte a organisé Coupes du monde et Grand prix avec succès.

— Quel est le sys­tème de qualification olympique en escrime ?

— L’escrime sera représentée aux Jeux Olympiques (JO) avec 12 épreuves, 6 chez les hommes et 6 chez les dames. Ce sont le fleu­ret, l’épée et le sabre en individuel et par équipes. En qualifica­tion par équipes, le pre­mier pays africain au classement officiel, qui se classe en même temps dans le top 16, décrochera son ticket pour les JO. Pour chaque arme, les 24 tireurs (3 tireurs dans chacune des 8 équipes) qualifiés par équipes accèderont directement à la compétition indi­viduelle dans l’arme correspondante.

— Quelle est la chance égyptienne pour la qualification olympique ?

— L’Egypte a confirmé sa qualification olympique pour l’équipe de fleuret hommes, épée hommes et sabre. Chez les dames, la situation est plus difficile, mais l’équipe de sabre dames a réalisé de grands progrès. Je crois que chez les dames, nous pourrons nous qualifier en individuel, mais pas par équipes. Les filles égyptiennes sont très jeunes, et nous les préparons plus pour les JO 2024. Chaque arme a joué 2 Coupes du monde et devra jouer 3 autres jusqu’en mars prochain. A partir de ces 5 compétitions, les 4 meilleurs résultats seront enregistrés. Le 2 avril pro­chain, la FIE va annoncer tous les athlètes qualifiés pour les JO de Tokyo 2020.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique