Sports > Sports >

Moustapha Mohamad, le nouveau « Bulldozer » de l’Egypte

Mohamad Mosselhi, Mardi, 26 novembre 2019

Le joueur de Zamalek Moustapha Mohamad est le buteur de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) des moins de 23 ans, avec 4 buts inscrits. Cet attaquant prometteur s’avère capable de résoudre le problème offensif des Pharaons.

Moustapha Mohamad, le nouveau « Bulldozer » de l’Egypte
(Photo : Reuters)

Révélation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) des moins de 23 ans, l’at­taquant de Zamalek Moustapha Mohamad est en passe de devenir une star. Inconnu jusqu’au début de cette saison, les Egyptiens ont com­mencé à connaître son nom quand il a réalisé le but de la victoire de Zamalek contre Ittihad d’Alexandrie à l’occasion des demi-finales de la Coupe d’Egypte, septembre dernier.

Mohamad, qui était sur la touche, a fait la différence grâce à un bon coup de tête dans le temps additionnel menant son équipe vers la finale remportée ultérieurement par les Blancs.

La majorité des Egyptiens ne savaient pas que le jeune attaquant est l’une des produc­tions du secteur juniors du club et il est retourné au club après la fin de son prêt à Talae Al-Gueich.

Depuis cette rencontre, Mohamad a eu une place de titulaire dans l’attaque de Zamalek, ce qui a incité Chawqi Gharib à lui réserver la même place dans la sélection olympique. Et l’attaquant de Zamalek n’a pas déçu, récom­pensant son entraîneur avec 4 buts dans la compétition continentale. « Normalement, je n’aime pas parler de mes joueurs. Mais Moustapha Mohamad est un joueur différent. Il mérite d’être distingué. Il ne cesse de tra­vailler lors des entraînements et il cherche toujours à s’améliorer. Je le remercie pour ses efforts avec la sélection et j’attends de voir l’attaquant titulaire des Pharaons lors de la prochaine période », indique Chawqi Gharib, directeur technique de la sélection olympique.

Puissant physiquement, infatigable, domi­nant dans les airs (3 de ses 4 buts étaient sur coup de tête) et décisif, Mohamad est un atta­quant au vrai sens. Il impose une pression énorme sur les défenses adverses avec ses mouvements sur le terrain tout au long des 90 minutes de la rencontre.

Son style de jeu rassemble beaucoup à celui de l’ancienne star de Zamalek et de la sélec­tion Amr Zaki. Surnommé « Bulldozer » grâce à sa grande puissance physique, Zaki a joué un grand rôle dans la victoire de l’Egypte lors de la CAN 2006 et 2008. Et depuis sa retraite, l’Egypte souffre d’un grand manque au niveau de l’attaque. Malgré la succession des nom­breux joueurs à ce poste important, personne n’a réussi à convaincre et à combler le vide laissé par le départ de Zaki. Hossam Al-Badri a même dû placer l’ailier Mahmoud Abdel-Moneim, dit « Kahraba », au poste d’atta­quant lors de deux dernières rencontres des Pharaons contre le Kenya et l’Ile Comores à l’occasion des qualifications pour la CAN 2021, mais il n’a pas non plus convaincu. Pour de nombreux observateurs, Moustapha Mohamad est la meilleure solution pour mettre fin à l’impuissance offensive des Pharaons. « Moustapha Mohamad est un attaquant pro­metteur, il est capable d’être titulaire avec les Pharaons. Avec un peu d’expérience, il sera encore meilleur. A mon avis, il représente l’es­poir de l’Egypte à ce poste », déclare Ahmad Hossam, dit « Mido », directeur technique de Maqassa et ancien attaquant de la sélection nationale.

Les débuts de Mohamad avec le football étaient tout à fait classiques. Il a commencé à jouer au football dans les ruelles de son quar­tier à Guiza avant d’intégrer les rangs des équipes juniors à Zamalek, le club favori de son père, à l’âge de 13 ans. En 2016, Zamalek a décidé de lui prêter à Dakhliya, club avec lequel il a marqué 3 buts dans 16 rencontres avant de retourner la saison suivante aux Blancs. Mais il s’est absenté du club une autre fois pour Tanta sous forme de prêt. Cette sai­son était meilleure pour le jeune attaquant de 19 ans qui a marqué 6 buts dans 23 ren­contres.

La saison suivante n’était pas différente pour Moustapha Mohamad qui a quitté une nouvelle fois Zamalek, les larmes aux yeux, mais cette fois-ci pour Talae Al-Gueich. 12 buts avec l’équipe militaire la saison dernière ont été suffisants pour convaincre les respon­sables de Zamalek de le conserver au début de cette saison, où il a brillé.

« A chaque fois que j’ai quitté Zamalek, j’étais très triste, de sorte que j’ai pleuré à plusieurs reprises, mais j’étais convaincu que j’allais retourner une autre fois au club », indique l’attaquant de Zamalek, qui a réussi à réaliser son objectif.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique