Sports > Sports >

Les jeunes Pharaons sur le toit du monde

Doaa Badr, Mardi, 29 octobre 2019

Avec 19 médailles, dont 7 d'or, l’Egypte s’est classée à la première place des Championnats du monde cadets, juniors et -21 ans de karaté, qui se sont achevés le 27 octobre à Santiago (Chili). Bilan.

Les jeunes Pharaons sur le toit du monde

Protestations, grèves, violence, état d’urgence, telle était la situation à Santiago au Chili, qui a été le théâtre de violents affrontements nés de protestations contre l’augmentation des prix des transports. Au milieu de cette situation d’instabilité se sont déroulés les Championnats du monde cadets, juniors et -21 ans de karaté, du 23 au 27 octobre. Malgré la tension politique, la 11e édition des Mondiaux a vu la présence de 1 456 athlètes représentant 86 pays. Le grand absent de cette édition est le géant du karaté, le Japon, qui a déclaré forfait à quelques jours de la compétition à cause de la situation politique au Chili.

Les Egyptiens ont réalisé une performance inattendue. L’Egypte a occupé la première place au tableau des médailles, avec 7 médailles d’or, 4 d’argent et 8 de bronze (19 au total). Elle a devancé la Turquie, son fort concurrent, qui s’est classée à la 2e place, avec 4 médailles d’or, 6 d’argent et 5 de bronze (15 au total). La France a terminé à la 3e place, avec 2 médailles d’or, 2 d’argent et 7 de bronze (12 au total). Le Maroc est considéré comme la révélation de ces Mondiaux. Les Marocains, conduits par l’Egyp­tien Mohamed Ibrahim Salem, se sont en effet classés à la 4e place, avec 3 médailles d’or, 2 d’argent et 5 de bronze (10 au total).

« Lors de la dernière journée des Mondiaux, la concurrence était féroce pour le titre avec la Turquie. Mais grâce aux 2 médailles d’or obte­nues par Feryal Ashraf (86 kg en -21 ans) et le kata par équipe hommes (juniors), l’Egypte a gagné la première place, réalisant un exploit », a déclaré Hany Keshta, entraîneur de l’équipe. Les médaillés d’or de l’Egypte sont Basmala Hassan (-54 kg cadet), Yasmin Elgewelly (-48 kg junior), Ahmed Ayman Lotfy (-61 kg junior), Hazem Ahmed (+76 kg junior), Taha Tarek (+84 kg -21 ans), Feryal Ashraf (86 kg en -21 ans) et kata par équipe hommes (juniors). « Nous avons réalisé cette performance dans une situation tendue à cause des protestations au Chili, qui nous ont obligés à changer l’hôtel. Pour moi, la médaille la plus précieuse est celle de la championne olympique junior Yasmine Elgewelly, car elle a prouvé son niveau. Notre équipe est très jeune et nous possédons des athlètes talentueux pour l’avenir », a souligné Mohamed Abdel-Regal Gouda, entraîneur de l’équipe. L’Egypte a participé à ces Mondiaux avec une délégation composée de 37 athlètes, qui ont été sélectionnés via plusieurs élimina­toires en Egypte avant les Mondiaux.

Discipline olympique

Les jeunes Pharaons sur le toit du monde
Feryal Ashraf, médaillée d'or deº -21 ans.

La performance égyptienne lors de ces Mondiaux est excellente par rapport aux der­nières éditions. Lors de la dernière édition des Mondiaux juniors, qui s’étaient déroulés en 2017 en Espagne, l’Egypte avait occupé la 2e place, derrière le Japon, avec 5 médailles d’or, 3 d’argent et 7 de bronze (17 au total). Aux Mondiaux 2015 en Indonésie, l’Egypte avait terminé à la 3e place, avec 6 médailles d’or, 8 d’argent et 7 de bronze (21 au total). L’Egypte avait remporté la première place de ces Mondiaux pour la dernière fois en 2013, avec 9 médailles d’or et 6 de bronze.

L’excellente performance de cette année vient compenser la déconvenue du karaté égyptien lors des Mondiaux seniors 2018 à Madrid (Espagne), puisque les Egyptiens y avaient été très loin des leaders du karaté, occupant la 17e place, avec 3 médailles de bronze. Et réalisant ainsi la plus mauvaise performance égyptienne depuis 2004. Lors de la dernière édition des Mondiaux, en 2016 à Linz (Autriche), l’Egypte avait pointé à la 4e place, avec 5 médailles, dont une d’or, 2 d’argent et 2 de bronze. Et aux Mondiaux 2014, l’Egypte avait terminé 2e au tableau final des médailles, avec un total de 6 médailles, dont 3 d’or, 2 d’argent et 1 de bronze. En 2012, l’Egypte avait réalisé sa meilleure performance, en terminant 2e, avec 6 médailles dont 3 d’or, 3 d’argent et une de bronze.

Notons que le karaté fera son entrée comme discipline olympique lors des Jeux de Tokyo 2020. Huit catégories seront représentées — 4 pour les hommes et 4 pour les femmes — et seuls 80 athlètes pourront participer aux épreuves. Les points remportés aux Championnats du monde et en Premier League et Series A compteront dans la « Tokyo 2020 Standing », le classement qui permettra aux 4 meilleurs karatékas de chaque catégorie olym­pique de se qualifier directement pour le Japon. Les 2 premiers de chaque continent se qualifieront également. Ensuite, il y aura des éliminatoires mondiales qualificatives pour les JO pour ceux qui ne sont pas encore qualifiés.

La concurrence entre les pays a ainsi nette­ment augmenté au cours des dernières années, ce qui a causé un léger recul chez les Egyptiens. Mais le résultat de l’Egypte à ces Mondiaux juniors confirme que le karaté reste une disci­pline phare de l’Egypte et que le pays possède de nouvelles générations capables de rééditer les anciens exploits.

Tableau des médailles

Les médaillés égyptiens

Or : Basmala Hassan (-54 kg cadet), Yasmin Elgewelly (-48 kg junior), Ahmed Ayman Lotfy (-61 kg junior), Hazem Ahmed (+76 kg junior), Taha Tarek (+84 kg -21 ans), Feryal Ashraf (86 kg en -21 ans) et kata par équipe hommes (juniors).

Argent : Mohamed Hussein (kata cadet), Fatma Sorour (-47 kg cadet), Hossam Mokhtar (-70 kg cadet) et kata par équipe filles juniors).

Bronze : Walid Karim (kata junior), Nour Ihab (+59 kg junior), Mahmoud Gaber (-76 kg junior), Youssef Emad (-84 kg -21 ans), Moemen Ahmed Said (-60 kg -21 ans), Abdullah Hesham (-67 kg -21 ans), Abdullah Mamdouh (-76 kg -21 ans) et Ahlam Youssef (-55 kg -21 ans).

L’encadrement technique de l’équipe

Ahmed Abdullah Ramadan, directeur technique kumité ; Hany Keshta, entraîneur kumité dames ; Mohamed Abdelrahman, entraîneur kumité hommes ; Saïd Shams, entraîneur kumité juniors garçons ; Mohamed Abdel-Regal Gouda, entraîneur kumité juniors filles ; Mohamed Fathi, entraîneur kumité cadets ; Sayed Salem, entraîneur kumité cadettes ; Hany Abdel-Baki, entraîneur kata filles ; Ahmed Al-Sheikh, entraîneur physique ; Ahmed Al-Sawy, médecin ; Hossam Agour, vice-pré­sident de la fédération ; Mohamed Al-Dahrawi, président de la Fédération égyptienne et de la délégation.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique