Sports > Sports >

Farida Osman confirme et signe

Doaa Badr, Mardi, 30 juillet 2019

Pour la deuxième fois de sa carrière, Farida Osman remporte une médaille historique aux Championnats du monde de natation qui se sont achevés le 28 juillet à Gwangju, en Corée du Sud.

Farida Osman confirme et signe
(Photo : AFP)

Les Championnats du monde de la FINA (Fédération internationale de natation) ont pris fin dimanche 28 juillet à Gwangju, en Corée du Sud, après 2 semaines de compétition d’un très haut niveau dans les 6 disciplines de la natation (natation, plongeon, plongeon de haut, natation artistique, eau libre et water polo). C’est la Chine qui a occupé la première place du tableau de médailles avec un total de 30 médailles (16 d’or, 11 d’argent et 3 de bronze), les Etats-Unis viennent à la 2e place avec 36 médailles (15 d’or, 11 d’argent et 10 de bronze). La Russie s’est classée 3e avec 30 médailles (12 d’or, 11 d’argent et 7 de bronze).

Pour la 2e fois consécutive, l’Egypte figure au tableau des médailles grâce à la star égyptienne Farida Osman qui a remporté la médaille de bronze du 50 m papillon. Deux ans après sa pre­mière médaille de bronze du 50 m papillon aux Mondiaux de Budapest, qui était la première médaille égyp­tienne aux Mondiaux, Farida vient de rééditer son exploit en décrochant sa 2e médaille aux Mondiaux sur la même course.

En réalisant un temps de 25.47, Farida s’est adjugée la médaille de bronze derrière Sarah Sjostrom (Suède), championne du monde de la distance pour la 3e fois consécutive avec un chrono de 25.02, et Ranomi Kromozidjojo (Pays-Bas), 2e avec 25.35. Les 3 médaillées ont réédité ainsi le podium des Mondiaux 2017. « Je suis très heureuse de cette médaille. Je suis fière de réaliser un tel exploit pour l’Egypte et rendre les fans égyptiens heureux », a déclaré la jeune nageuse de 24 ans. Cette finale est la 4e consécutive en 50 m papillon aux Mondiaux, elle a terminé 7e aux Mondiaux 2013, 5e en 2015, médaillée de bronze en 2017 et 2019.

En Corée du Sud, la jeune Egyptienne a battu le record d’Egypte du 100 m libre en réalisant un temps de 54,93 aux éliminatoires, terminant 28e de l’épreuve. Elle a renoncé à l’épreuve des 50 m libre dont les éli­minatoires ont eu lieu le jour de la finale du 50 m papillon. « La veille de la course, j’étais malade. L’encadrement technique de la sélec­tion a décidé de me retirer de la course des 50 m libre », confie le papillon égyptien.

Un travail dur

Avec cette médaille de bronze, Farida confirme son niveau et montre que ses performances ne sont pas le fruit du hasard, mais d’un travail dur. En fait, Farida a réalisé les meilleures performances égyptiennes en nata­tion.

Farida Osman continue son ascen­sion. En remportant la médaille de bronze du 50 m papillon aux Mondiaux de Budapest, elle avait offert à l’Egypte la première médaille mondiale en natation. La jeune de 22 ans a battu le record d’Afrique du 50 m papillon 3 fois lors des Mondiaux de Budapest, en réalisant un record de 25.39.

Née le 18 janvier 1995 à Indianapolis aux Etats-Unis, Farida Osman com­mence à pratiquer la natation au club égyptien Al-Guézira à l’âge de 5 ans, suivant les pas de son frère aîné Ahmad. A l’âge de 12 ans, elle intègre la sélection égyptienne et devient sa plus jeune membre. Elle commence alors ses premiers pas sur la scène internationale. Sa première compéti­tion internationale était les Jeux Africains (JA) d’Algérie en 2007, où elle a battu le record d’Egypte du 50 m papillon. L’année 2011 constitue un tournant. Elle devient nageuse profes­sionnelle. Elle réalise alors une pre­mière dans l’histoire de la natation égyptienne en décrochant la médaille d’or du 50 m papillon aux Championnats du monde juniors. En 2012, à 17 ans seulement, elle parti­cipe aux Jeux Olympiques (JO) de Londres sur les 50 m libre et elle ter­mine 41e, puisqu’elle n’était pas prête pour la compétition et figurait sur la liste d’attente jusqu’à la dernière minute. Un an plus tard, lors des Mondiaux 2013, elle réalise une pre­mière pour l’Egypte en disputant la finale de 50 m papillon, son épreuve préférée où elle arrive toujours en finale des Mondiaux.

En 2013, Farida Osman commence une nouvelle étape de sa vie. Après avoir obtenu son bac d’une école américaine en Egypte, elle intègre l’Université Berkeley en Californie. Après avoir terminé ses études, elle a continué à s’entraîner aux Etats-Unis, elle fait partie de l’équipe de Californie Golden Bears au NCAA (Championnats nationaux américains collégiaux).

Il faut savoir que le 50 m papillon est une épreuve non olympique. Donc, à un an des JO de Tokyo 2020, la prodige égyptienne doit se concen­trer sur les épreuves olympiques afin de se qualifier pour les JO et être prête à monter sur le podium olym­pique.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique