Sports > Sports >

Farag et Cherbini au sommet

Chourouq Chimy, Mardi, 05 mars 2019

Les Egyptiens Ali Farag et Nour Al-Cherbini se sont adjugé respectivement les titres individuels hommes et dames aux Championnats du monde de squash à Chicago, aux Etats-Unis.

Farag et Cherbini au sommet

Les Egyptiens ont passé deux nuits extraordinaires. Samedi dernier, deux joueurs égyptiens — Nour Al-Cherbini et Ali Farag — ont accroché les titres de champions du monde hommes et dames indivi­duels. Vendredi, la veille de la finale, les Egyptiens ont vécu une nuit spé­ciale également après avoir rempor­té les deux titres à travers des finales purement égyptiennes. En fait, c’est la deuxième fois d’affilée que la finale du Championnat du monde soit un duel purement égyptien. Ali Farag, actuel no 1 mondial, en rem­portant le titre de champion du monde pour la première fois, démontrant un niveau exceptionnel dans les différentes phases de la compétition. En finale, Farag a battu son compatriote, Tareq Moëmen, tombeur de Mohamad Al-Chorbagui, tenant du titre. « C’est la plus grande victoire de ma vie. C’est un moment très fort pour moi, car j’ai pu sur­monter les défis et réaliser le rêve d’être champion du monde de squash, un titre qui sera inscrit pour toujours dans la mémoire du squash », note Ali Farag, 26 ans. Le parcours de Farag pour arriver en finale n’a pas été facile. Son niveau et sa technique ont nettement pro­gressé, lui permettant de prendre la tête du classement mondial du mois de mars et de rempoter le titre de champion du monde. « Ali Farag a travaillé dur pendant 3 ans pour atteindre ce niveau. Sa victoire n’est pas due au hasard. Cette perfor­mance lui garantira à mon avis de rester au sommet du classement mondial pendant longtemps », sou­ligne Ahmad Taher, ex-champion d’Egypte et expert en squash. Sur le plan technique, Ali Farag est un fort joueur qui réunit la tactique de jeu et une excellente condition physique. Selon les experts, Farag est le joueur le plus rapide du circuit masculin bien qu’il soit grand de taille. Il est très agile et son jeu est très puissant. « Connu pour sa personnalité très douce et très disciplinée, Farag doit être plus féroce en plein court pour pouvoir battre ses adversaires », ajoute Taher.

Match difficile

Sa compatriote expérimentée Nour Al-Cherbini a remporté le titre cette saison pour la 3e fois. Avec cette grande victoire, Al-Cherbini assure sa suprématie dans le circuit féminin de squash bien qu’elle ait perdu sa place au sommet du classe­ment mondial au cours des derniers mois. « C’était un match très diffi­cile. J’ai battu ma compatriote Nour Al-Tayeb, actuelle no 3 mondiale, mais elle était très proche de me battre tout au long du match. Pour éviter le stress, j’essayais de me focaliser sur chaque jeu », raconte Al-Cherbini. Et d’ajouter que durant cette édition, elle a dû faire face à beaucoup de problèmes en coulisses et même avant sa participation à la compétition. « Je suis vraiment satisfaite et heureuse ». En fait, Nour Al-Cherbini est une joueuse très talentueuse. Elle possède une technique de jeu très raffinée qui dépasse de loin sa force physique. Elle s’appuie essentiellement sur sa tactique de jeu et sa capacité à contrôler le jeu en fatiguant ses adversaires avec ses volleys à droite et à gauche du court pour enfin gagner les matchs. « Al-Cherbini joue et gagne les matchs rapide­ment, car elle ne peut pas rester longtemps en court », explique Ahmad Taher.

Bien que la victoire des joueurs égyptiens chez les hommes reste une grande joie, celle des dames a beau­coup plus de prestige. Car ces joueuses ont réalisé ces victoires en se basant sur leurs efforts et non sur une ancienne génération qui aurait pu leur transmettre leur expérience et leur conseil. Les Egyptiennes ont rejoint le monde du squash très récemment dans les années 1990. En revanche, l’histoire du squash égyp­tien hommes remonte aux années 1930 avec Abdel-Fattah Amr pacha et Mahmoud Abdel-Kérim.

Lors de cette édition qui a eu lieu aux Etats-Unis, à Chicago, le total des prix a beaucoup augmenté, atteignant 500 000 dollars, tandis que la plus grande dotation était de 325 000 lors de l’édition 2017. « Il ne s’agit pas seulement d’argent gagné par les joueurs, ces prix permettent aussi aux joueurs de gagner beaucoup plus de points. Un fait qui leur permettra de rester au sommet longtemps. Je suis très fier de nos pharaons qui continuent à s’imposer au niveau internatio­nal », conclut Assem Kahlifa, pré­sident de la Fédération Egyptienne de squash.

Le Palmarès des égyptiens aux Championnats du monde

Le Palmarès des égyptiens aux Championnats du monde

Hommes

2018-2019* : Ali Farag

2017 : Mohamad Al-Chorbagui

2016 : Karim Abdel-Gawad

2014 : Rami Achour

2012 : Rami Achour

2009 : Amr Chabana

2008 : Rami Achour

2007 : Amr Chabana

2005 : Amr Chabana

2003 : Amr Chabana

Dames

2018-2019* : Nour Al-Cherbini

2017 : Ranim Al-Welili

2016 : Nour Al-Cherbini

2015 : Nour Al-Cherbini

* A compter de 2018,

le titre de champion du monde est décerné par saison.

Nour Al-Cherbini

Nour Al-Cherbini

le 1er novembre 1995 à Alexandrie.

Taille : 1,75 m

Prise de raquette : droitière

Classement mondial : 2e.

Meilleur classement mondial : 1re entre 2016 et 2018.

Palmarès :

Championne du monde en 2015, 2016 et 2019.

Championne du monde juniors en 2009 et 2012.

Distinctions : Plus jeune joueuse de l’histoire à remporter le titre de cham­pionne du monde juniors à l’âge de 13 ans en 2009.

Plus jeune joueuse de l’histoire à intégrer le top 10 du classement mondial (numéro 7) en juin 2012 à l’âge de 16 ans.

Première joueuse égyptienne à remporter le British Open en 2016.

Statistiques : Matchs joués : 278, gagnés : 215, perdus : 63, forfait : 1.

Ali Farag

Ali Farag

le 22 avril 1992 au Caire.

Taille : 1,83 m.

Prise de raquette : droi­tier.

Classement mondial : 1er (depuis mars 2019)

Palmarès :

Champion du monde en 2019.

Champion du monde par équipe en 2017.

Statistiques : Matchs joués : 261, gagnés : 194, per­dus : 67.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique