Sports > Sports >

Les Pharaons toujours plus offensifs

Mohamad Mosselhi, Dimanche, 18 novembre 2018

La sélection nationale a battu la Tunisie 3-2, vendredi 16 novembre à Alexandrie, dans le cadre des qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. Déjà qualifiés, les Pharaons ont confir­mé qu’ils sont sur la bonne voie, sous la direction de leur nouvel entraîneur, Javier Aguirre.

Salah a été décisif dans la victoire des Pharaons contre la Tunisie, vendredi.
Salah a été décisif dans la victoire des Pharaons contre la Tunisie, vendredi. (Photo: Essam Choukri)

Le talent fait toujours la dif­férence. Une réalité connue dans le monde du football. Et c’est le milieu talen­tueux de Liverpool Mohamad Salah qui a confirmé cette réalité, vendredi 16 novembre, en menant les Pharaons vers une victoire impor­tante de 3 à 2 contre la sélection tunisienne. Un match de qualifica­tion pour la CAN 2019 qui aura lieu l’été prochain au Cameroun. Alors que tous les spectateurs dans le stade de Borg Al-Arab attendaient le coup de sifflet final de l’arbitre Victor Gomes, Salah a offert la vic­toire à son équipe par un but somp­tueux. Les Pharaons enregistrent ainsi leur première victoire contre la Tunisie dans une rencontre offi­cielle depuis 2002.

Suite à une double passe avec l’attaquant d’Ahli Salah Mohsen, le milieu de Liverpool a driblé le défenseur tunisien dans une surface assez étroite, avant de lancer le ballon au-dessus du gardien tuni­sien Farouk Ben Moustapha. Ce but est le 39e dans la carrière de Salah avec la sélection égyptienne. Il devient ainsi le troisième meilleur buteur égyptien de l’histoire, der­rière l’actuel entraîneur de Pyramids, Hossam Hassan, avec 69 buts en sélection, et Hassan Al-Chazli, ancienne star de Tersana, avec 42 buts. « Salah est un joueur exceptionnel. J’espère que tous les joueurs de l’équipe présenteront la même performance et joueront de la même manière que lui », a décla­ré l’entraîneur, Aguirre, lors de la conférence de presse qui a suivi la rencontre.

Des propos que les joueurs égyp­tiens semblaient déjà avoir enten­dus. Car Salah n’est pas le seul qui a séduit contre la Tunisie. Mahmoud Hassan, dit « Trezeguet », a joué un beau match en égalisant le score, alors que les Tunisiens menaient 1-0 grâce à leur milieu Naim Siliti. « Trezeguet » a été remarquable avec ses efforts déployés sur le ter­rain, surtout au niveau offensif, et il a beaucoup épaulé Salah dans ses conquêtes contre les Tunisiens.

Le défenseur d’Ismaïli Baher Al-Mohammadi a fait lui aussi par­tie des stars des Pharaons lors de cette rencontre. Bien qu’il ait été l’un des responsables du premier but de la Tunisie, à cause de son mauvais positionnement, Al-Mohammadi s’est illustré en marquant le second but des Pharaons. Le jeune défenseur de 22 ans est l’une des grandes révéla­tions d’Aguirre. Il figure parmi les joueurs prometteurs en Egypte et a toute la confiance de l’entraîneur.

Stratégie payante pour Aguirre

La rencontre de vendredi était un vrai test pour Aguirre. Depuis sa nomination à la tête du cadre tech­nique de la sélection, en août der­nier, il était clair que l’entraîneur mexicain adopterait une stratégie offensive, différente de celle de son prédécesseur Hector Cuper et plutôt prudente. Avant la rencontre de la Tunisie, l’Egypte avait disputé trois rencontres (deux contre eSwatini et une contre le Niger), durant les­quelles les Pharaons avaient mar­qué 12 buts. Un score peu surpre­nant au vu de la grande différence de niveau entre l’Egypte et ses concur­rents. Mais ce n’était pas le cas contre la Tunisie, équipe puissante du continent africain. En marquant trois buts contre la Tunisie, les Pharaons confirment qu’ils ont regagné leur rythme offensif et que les précédentes victoires n’étaient pas dues seulement au niveau modeste de l’adversaire. La tactique offensive de Javier Aguirre, qui a beaucoup travaillé sur ce point, a fonctionné.

Il faut cependant préciser que la défense égyptienne a encaissé deux buts vendredi, et ce, face à une sélection tunisienne qui n’est pas remarquable en attaque. C’est une grande lacune qui exige un travail important de la part d’Aguirre et de son cadre technique avant la CAN. Les Pharaons auront à affronter de grandes équipes offensives, à l’ins­tar du Nigeria, du Cameroun et du Sénégal. Pour le moment, l’expé­rience d’Aguirre avec les Pharaons est assez satisfaisante. L’Egypte avait sécurisé sa place à la CAN dès la précédente journée, soit à deux journées de la fin des qualifications. La performance offensive de la sélection s’est beaucoup améliorée depuis son arrivée. Reste à donner un peu plus d’équilibre sur le plan défensif. « Je suis très satisfait de la performance de l’équipe contre la Tunisie. Il est vrai que l’on a pris deux buts, mais ils sont dus à des erreurs personnelles des défenseurs et non pas à l’organisation défen­sive de l’équipe. On va travailler pour éviter ce genre d’erreurs », a conclu Hani Ramzi, l’entraîneur adjoint.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique