Sports > Sports >

Rawan et son marteau, toujours plus loin

Mirande Youssef, Mardi, 06 novembre 2018

La lanceuse de marteau Rawan Ayman, 17 ans, a remporté une médaille d’argent aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) 2018 le mois dernier à Buenos Aires, en Argentine. Elle a aussi battu son record personnel avec un lancer à 69,67 m.

Rawan et son marteau, toujours plus loin
Rawan a réalisé un exploit pour l'athléisme féminin aux JOJ.

La lanceuse de marteau Rawan Ayman a réalisé un exploit en remportant une médaille d'argent aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) pour la première fois dans l’histoire de l’athlétisme féminin égyptien. Elle a ainsi rejoint le groupe des meilleures lanceuses juniors, en pointant à la 2e place aux JOJ, qui se sont déroulés en octobre à Buenos Aires, en Argentine.

Avec un lancer de 69,76 m, Rawan a devancé la Cubaine Alegna Mayari, qui a remporté la médaille de bronze. La première place est revenue à l’Ukrainienne Valeriya Ivanenko, qui a été chercher l’or à 72,08 m.

« Avec ce lancer, j’ai battu mon record personnel et j’ai réalisé un exploit pour l’athlétisme féminin junior, car je suis la première Egyptienne à remporter une médaille dans l’histoire des JOJ », annonce Rawan avec fierté. La lanceuse de marteau a fait preuve d’une grande maturité et n’a cessé de confirmer son potentiel durant la compétition. « La concurrence était très forte contre l’Ukraine et Cuba, qui possèdent des lanceuses très talentueuses. La lanceuse ukrainienne, qui a remporté la médaille d’or, occupe la 1re place au classement mondial junior », explique Rawan.

Pour parvenir à ce niveau, la jeune athlète égyptienne a travaillé dur. « Je m’entraîne tous les jours avec mon père, qui est aussi mon entraîneur. Avant la compétition, j’ai effectué un stage fermé au Centre olympique ».

Son père, source de motivation

Cette jeune lanceuse a fait ses débuts à l’âge de 11 ans au club Ahli, lorsqu’elle accompagnait son père, entraîneur du lancer du marteau au club. Elle a été séduite par le côté complexe de cette discipline et la finesse technique à acquérir pour bien lancer. « J’ai beaucoup appris auprès de mon père, qui était pour moi une source de motivation. Il m’a aidée à posséder à la fois la force physique et la technique, car en marteau, on peut être techniquement parfait sans travailler sur la force physique. Mais moi, j’ai travaillé les deux, en faisant quotidiennement de la musculation », assure la jeune athlète.

Après 6 mois d’entraînement avec son père, Rawan dispute sa première compétition, le Championnat d’Egypte, où elle remporte la 1re place en réalisant un lancer de 46 m. « C’était une surprise pour tout le monde, car au bout de seulement 6 mois, j’ai confirmé mon potentiel en réalisant ce résultat. J’ai également dépassé mes collègues avec un grand écart », ajoute-t-elle. Depuis, les succès se sont enchaînés. Rawan a remporté la première place dans tous les Championnats nationaux et a battu le record d’Egypte 5 fois. « J’ai pu battre le record d’Egypte avec un lancer de 66,84 m, alors que le record égyptien était de 61 m », note Rawan.

L’année 2018 a été un tournant pour cette jeune lanceuse, car elle a réalisé son premier exploit africain en s’adjugeant le titre lors des Jeux Africains (JA) qui se sont déroulés en juillet dernier en Algérie et lors desquels elle a réalisé un lancer de 69,19 m.

Pleine d’enthousiasme et d’ambition, la jeune lanceuse a les yeux braqués sur son objectif, qui est de réaliser des exploits pour l’athlétisme féminin sur le plan mondial. « Je vais intégrer l’année prochaine la sélection dames. Mon but est d’acquérir plus d’expérience et d’améliorer ma technique, afin de faire mes premiers pas vers le professionnalisme. Mon rêve est d’être la première lanceuse égyptienne à réaliser des exploits pour l’athlétisme féminin », conclut Rawan.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique