Sports > Sports >

L’exode des joueurs de football égyptiens vers le Golfe

Karim Farouk, Mardi, 30 janvier 2018

De nombreux joueurs de football égyptiens ont récemment rejoint les Championnats du Golfe, dont les clubs jouissent de moyens financiers importants. Enquête.

L’exode des joueurs de football égyptiens vers le Golfe

L’exode des joueurs de football égyptiens vers le Golfe
Essam Al-Hadari (Al-Taawoun).

L’Est semble être la nouvelle destination favorite des joueurs de football égyptiens. Les Championnats du Golfe, notamment celui d’Arabie saoudite, sont, en effet, devenus de plus en plus prisés au fil des derniers mercatos. Cet hiver, 5 joueurs de renom ont quitté le Championnat national pour accroître la légion égyptienne évoluant dans le Golfe à 11 joueurs, dont 10 au Championnat saoudien. L’ancien attaquant international et capitaine d’Ahli Emad Metaeb a signé pour Al-Taawoun, le latéral international d’Ahli Moemen Zakariya est parti à Ahli Jeddah, son coéquipier Ahmad Al-Cheikh, buteur du championnat la saison passée, à Al-Ettifaq et le défenseur de l’Ittihad Mohamad Atwa à Al-Raed. Quant à la révélation de cette saison, Hussein Al-Chahat, il a rejoint le Championnat émirati au sein de l’équipe Al-Ain.

Bien que les clubs égyptiens, notamment les ténors cairotes Ahli et Zamalek, bénéficient de moyens financiers importants, ceux-ci ne sont pas comparables aux clubs du Golfe, qui offrent une destination proche et facile pour les joueurs. Des joueurs comme Metaeb, Al-Cheikh, et, avant eux, Hossam Ghali (à Al-Nasr depuis l’été dernier) ont décidé de quitter le champion en titre Ahli pour avoir plus d’espace de jeu, vu qu’il y avait un surplus dans l’équipe. « Metaeb avait eu beaucoup de promesses qu’il aurait une chance avec l’équipe, mais rien ne s’est passé. Il voulait jouer et retrouver sa place, et donc il ne voulait plus rester sur la touche, car il est clair que l’entraîneur ne voulait pas de lui. C’est vrai que par manque de temps, nous n’avons pas pu lui trouver un grand club, mais l’essentiel pour lui, c’est de jouer et de retrouver sa forme », a dit l’agent de Metaeb, Nader Chawqi.

L’exode des joueurs de football égyptiens vers le Golfe
Moemen Zakariya (Ahli Jeddah).

D’autres cherchent à bâtir une fortune ailleurs en profitant du taux de change élevé depuis la dévaluation de la livre égyptienne en novembre 2016. Alors que les contrats dans les grands clubs, tels Ahli et Zamalek, varient entre 2 et 5 millions de L.E. par an, les joueurs se voient offrir des sommes de 200 000 à 400 000 dollars pour un prêt de six mois seulement (ndlr : le taux de change en Egypte se situe aux alentours de 1 dollar pour 17 livres égyptiennes), sans compter la somme offerte au club. « Je suis très content de tenter une nouvelle aventure dans ma carrière au sein d’un grand club comme Ahli Jeddah. J’ai parlé avec la direction de mon club et mon entraîneur, avant de prendre une telle décision. Tout le monde en profitera, moi et le club aussi », a dit Moemen Zakariya, qui touchera un salaire de 400 000 dollars dans les prochains six mois, tandis qu’Ahli touchera une somme similaire pour le prêt. Hossam Ghali est le joueur le plus rémunéré, après sa signature avec Al-Nasr d’un contrat d’un an pour un salaire de 850 000 dollars.

10 Egyptiens en Arabie saoudite

L’exode des joueurs de football égyptiens vers le Golfe
Mahmoud Abdel-Moneim Kahraba (Ittihad Jeddah).

L’attaquant de Maqqassa, Hussein Al-Chahat, qui était prisé tant par Ahli que par Zamalek, a finalement signé pour Al-Ain, aux Emirats, sous la forme d’un prêt pour les prochains six mois, pour une somme de 500 000 dollars versée à son club. « Aucun club égyptien ne peut rivaliser avec le pouvoir financier des clubs du Golfe, même s’ils ne sont ni les plus riches, ni les plus grands. Ils possèdent de larges ressources en comparaison aux nôtres et peuvent maintenant s’offrir de nombreux talents à des prix très raisonnables. Le marché égyptien est un très bon investissement pour les clubs du Golfe », explique Abdel-Rahman Magdi, agent de joueurs. Avec 10 joueurs, les Egyptiens constituent actuellement le deuxième plus grand nombre d’expatriés dans le Championnat saoudien, après les Brésiliens. Les prix bas ont permis à des clubs du milieu et de la fin de classement de s’offrir des talents égyptiens pour renforcer leurs effectifs. Le club Al-Taawoun par exemple, qui est à la 8e place du classement, compte dans ses rangs trois Egyptiens : le légendaire gardien des Pharaons Essam Al-Hadari, le latéral international Moustapha Fathi et, depuis peu, Emad Metaeb. Al-Raed et Al-Ettifaq, qui sont à la dernière et avant-dernière place du classement respectivement, ont pu s’offrir le latéral international Mahmoud Abdel-Razeq « Chikabala » et Ahmad Al-Cheikh. Seuls Zakariya (Ahli Jeddah), Ghali (Al-Nasr) et l’attaquant international des Pharaons Mahmoud Abdel-Moneim « Kahraba » évoluent dans des clubs de premier niveau qui rivalisent pour le titre de cette année.

L’exode des joueurs de football égyptiens vers le Golfe
Hossam Ghali (Al-Nasr).

« Nous sommes très heureux d’avoir pu recruter Al-Cheikh et espérons qu’il pourra aider l’équipe à sauver la saison. Nous avons fait une mauvaise première moitié, mais maintenant, nous essayons de renforcer notre équipe et nous allons nous améliorer dans la deuxième moitié », dit le président d’Al-Ettifaq, Khaled Abdallah Al-Dabl. Il ajoute : « Il y a plusieurs joueurs égyptiens actuellement en Arabie saoudite et cela confirme leur succès dans notre championnat. Il existe une similarité dans la culture et ils arrivent vite à s’adapter à la vie et à la concurrence en Arabie saoudite. Je pense que d’autres encore viendront dans le futur ».

En effet, l’exode des joueurs de football égyptiens vers le Royaume ne semble pas près de se terminer, surtout que des négociations sont en cours avec plusieurs joueurs, notamment le milieu international d’Ahli, Ahmad Fathi.

Liste des joueurs évoluant dans le Golfe

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique