Sports > Sports >

Football : 2018, l’année de tous les défis

Mohamed Mosselhi, Mardi, 02 janvier 2018

La sélection nationale de football espère investir son succès de 2017 au Mondial de Russie en 2018. Une mission difficile mais tout à fait possible.

Football : 2018, l’année de tous les défis
Les Pharaons ont réalisé un rêve tant attendu de se qualifier à la Coupe du monde pour la première fois depuis 1990.

La sélection nationale de football n’a certes pas remporté de titres en 2017, mais cette année a tout de même été remarquable. Les Pharaons sont arrivés en finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et se sont qualifiés pour le Mondial qui se tiendra en Russie, et ce, pour la première fois depuis 1990.

Après avoir raté trois éditions consécutives, les Pharaons sont finalement qualifiés pour la CAN après six ans d’absence. Vu leur bilan négatif lors des six dernières années, les Pharaons n’étaient pas favoris. Mais les hommes d’Hector Cuper ont réussi de retrouver leur place parmi l’élite du continent noir. Malgré un départ sans fanfare avec leur nul vierge contre le Mali, les Pharaons se sont qualifiés pour les quarts de finale en tant que tête du groupe, suite à 2 victoires successives sur un score identique de 1 à 0 contre l’Ouganda et le Ghana respectivement. En quarts de finale, l’Egypte était au rendez-vous avec une rencontre assez difficile contre une puissante sélection marocaine. C’est l’ailier Mahmoud Abdel-Moneim dit « Kahraba » qui a permis aux Pharaons d’accéder à la demi-finales avec son but dans le dernier souffle de la rencontre. Le vétéran gardien de la sélection Essam Al-Hadari a brillé lors de la demi-finales et précisément à la scène des tirs au but en bloquant deux penalties des joueurs burkinabés, offrant à son équipe nationale une victoire de 4 à 3 aux tirs au but suite à un nul de 1 à 1 dans le temps réglementaire. Malgré un début idéal lors de la finale, grâce à un but du milieu international d’Arsenal (D1, Ang) Mohamad Al-Nenni, la sélection nationale a raté la dernière marche en s’inclinant 2 à 1 face au Cameroun. Il est vrai que les Pharaons ont perdu le titre, mais ils ont confirmé qu’ils sont sur la bonne voie.

Le succès des Pharaons à la CAN a eu ses conséquences sur leur parcours dans les qualifications pour le Mondial. Confiants de leurs capacités, les hommes d’Hector Cuper ont réalisé un parcours presque sans faute lors de ces qualifications avant de sécuriser leur place au Mondial de Russie à une journée de la fin des qualifications, suite à leur victoire 2 à 1 contre le Congo dans une rencontre qui a témoigné une performance héroïque de la part de la star du Liverpool et de la sélection Mohamad Salah.

Si 2017 était exceptionnelle pour les Pharaons vu ces succès, 2018 sera différente, avec un défi de taille : la prochaine Coupe du monde à laquelle l’Egypte participe pour la première fois dans 28 ans. Placée dans le groupe A avec les hôtes, la Russie, l’Uruguay de Suarez et de Cavani et l’Arabie saoudite, l’Egypte aura une bonne occasion de s’exprimer lors de la compétition. Une place aux 8es finales est tout à fait possible pour les coéquipiers de Mohamad Salah. « Notre groupe au Mondial est assez homogène. Je n’ai pas l’habitude de faire des pronostics, mais je suis sûr qu’on va bien représenter le football égyptien lors de la Coupe du monde », a déclaré Cuper.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique