Sports > Sports >

Mohamad Ihab : Ce qui me rend plus heureux c’est la joie des Egyptiens

Doaa Badr, Mardi, 05 décembre 2017

3 questions à l’haltérophile Mohamad Ihab, champion du monde de la catégorie 77 kg avec 3 médailles d’or.

Mohamad Ihab

Al-Ahram Hebdo : Quels sont vos sentiments après avoir réalisé une première dans l’histoire de l’haltérophilie afri­caine avec 3 médailles d’or aux Mondiaux ?

Mohamad Ihab : Je suis très heureux et très fier de réaliser une première dans l’histoire africaine en devenant le premier Egyptien et Africain à remporter 3 médailles d’or dans une seule édi­tion des Mondiaux. L’Egypte est une grande nation de l’haltérophilie. Le palmarès de l’Egypte aux Mondiaux d’haltérophi­lie est très prestigieux, puisque les Egyptiens avaient remporté, lors des éditions précédentes des Mondiaux, un total de 32 médailles dont 9 d'or, 11 d'argent et 12 de bronze. Ainsi, réaliser un exploit au milieu de ces légendes de l’haltérophilie est un grand honneur. Mais ce qui me rend plus heureux c’est la joie des Egyptiens.

— Comment était la concurrence lors de ces Mondiaux ?

— A l’arraché, la concurrence était très facile pour moi. Mes records sont beaucoup plus élevés par rapport à mes concur­rents, c’était comme si je dispute le match tout seul. En soulevant lors de mon premier essai un record de 160 kg, j’ai assuré la médaille d’or, puisque le médaillé d’ar­gent avait soulevé 158 kg. Puis, j’ai amélioré mes records pour m’as­surer de l’or du total, au 2e essai, j’ai soulevé un poids de 165 kg, mais j’ai échoué au 3e essai de soulever 168 kg. Mais à l’épaulé-jeté, la concurrence était plus difficile avec la présence des haltérophiles distin­gués dans cette épreuve. Bien que mes records soient les meilleurs, j’ai dirigé le match avec précaution, sans risque pour s’assurer de la médaille d’or à l’épaulé-jeté et au total en même temps. Au premier essai, j’ai essayé de soulever 191 kg, mais le poids était lourd. Puis j’ai soulevé au 2e essai 191 kg et j’ai inscrit 200 kg, et j’ai attendu 20 minutes pour voir les records de mes concurrents. Après que tous les concurrents eurent fini leurs essais, j’ai changé le poids et j’ai soulevé 196 kg au 3e essai, soit un record qui assure 2 médailles d’or à l’épaulé-jeté et au total et j’ai réalisé mon but.

— Aujourd’hui, vous êtes cham­pion du monde et le meilleur halté­rophile de la catégorie 77 kg. Comment voyez-vous l’avenir ?

— Je suis sûr que l’avenir sera meilleur. Je pourrai réaliser de nou­veaux exploits. En fait, l’Egypte pos­sède des haltérophiles d’un très haut niveau qui ont besoin d’un peu d’inté­rêt pour s’exploser sur la scène inter­nationale et olympique. Nous réali­sons ces exploits avec les moindres préparations. Mais cela doit changer, surtout avec le nouveau système de qualification olympique qui sera indi­viduelle et non pas par équipe. Donc, chaque haltérophile doit participer à un bon nombre de compétitions pour se qualifier aux JO. Mon objectif principal c’est le titre olympique aux JO de Tokyo 2020.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique