Sports > Sports >

Radès porte bonheur aux Rouges

Karim Farouk, Mardi, 26 septembre 2017

Ahli a battu l’Espérance de Tunis 2-1 samedi 23 septembre à Radès et s’est ainsi qualifié pour la demi-finale de la Ligue d’Afrique. Une qualification qui a toutefois révélé quelques lacunes à corriger dans la quête du 9e titre

Radès porte bonheur aux Rouges

Les joueurs et supporters d’Ahli étaient motivés par leur victoire en 2012 face à l’Espérance 2-1 au Stade de Radès, lorsqu’ils avaient rem­porté le titre africain. Samedi der­nier, l’histoire s’est répétée, au détail près que les Rouges ont accé­dé cette fois-ci à la demi-finale de la compétition élite des clubs sur le continent.

Parti en Tunisie avec un nul frus­trant 2-2 concédé à domicile, le ténor cairote a, pour la énième fois, démontré ses qualités de champion. Malgré un début de rencontre diffi­cile, et menés par un penalty de Yassine Khenessi à la 40e minute, les hommes de Hossam Al-Badri ont pu renverser le jeu en deuxième mi-temps et décrocher la victoire grâce aux buts du latéral tunisien Ali Maaloul à la 50e minute et de l’attaquant nigérian Junior Ajayi à la 62e minute. « Dès le début, j’avais dit que la qualification ne serait tranchée qu’au sifflet final du match retour. Je savais qu’on avait une mission difficile, surtout après le résultat du match aller, mais j’avais une grande confiance en mes joueurs. J’avais conçu plu­sieurs scénarios pour ce match, notamment pour le cas où nous aurions été menés, et c’est pour cela que nous sommes restés calmes et avons pu remonter au score à la deuxième mi-temps. Je remercie tous les joueurs qui ont montré une grande détermination », a dit l’en­traîneur Hossam Al-Badri après le match.

Ironie du sort, la vedette de la rencontre a été le Tunisien Ali Maaloul. Coupable d’avoir causé l’erreur du penalty, l’international tunisien a su relever son niveau de jeu pour marquer le but de l’égalité avant d’offrir un excellent centre à Ajayi, qui a marqué le but de la qualification. « Outre sa qualité technique, Maaloul a montré une grande personnalité. Il s’est totale­ment transformé lors de la deu­xième mi-temps tout en gardant sa confiance pour devenir l’un des artisans de notre victoire », a dit l’entraîneur adjoint Ahmad Ayoub.

Des lacunes à combler

La qualification dramatique en quarts de finale n’a pas pu cacher certaines lacunes dans le jeu d’Ahli. Depuis le départ d’Ahmad Hégazi pour West Brom (Angleterre), la défense des Rouges, la plus solide du championnat la saison passée, semble bien vulnérable. Les filets du gardien Chérif Ekrami ont encaissé 4 buts en 3 rencontres (3 en Ligue d’Afrique et 1 en cham­pionnat face à Talaïe Al-Gueich 1-1) depuis le début de la saison. Malgré certaines erreurs indivi­duelles, le gardien Ekrami et devant lui le duo défensif Rami Rabia et Saad Samir ou Mohamad Naguib ne sont pas les seuls à blâmer, car c’est la prestation de l’ensemble de l’équipe qui laisse songeur. Le milieu de terrain ne se replie pas assez rapidement pour fournir le support nécessaire aux défenseurs, ce qui laisse souvent ceux-ci expo­sés avec de larges espaces à couvrir.

A l’autre bout du terrain, l’effica­cité des attaquants laisse à désirer. Ahli domine le jeu la grande majo­rité du temps, mais les joueurs n’ar­rivent pas à concrétiser les buts. Lors des deux parties de quarts de finale, les Rouges auraient pu mar­quer de nombreux buts sans les maladresses commises par leurs joueurs de pointe. Ajayi, embauché l’été dernier en provenance du Club sfaxien pour la somme de 2,5 mil­lions de dollars, n’a pas une cadence régulière, tandis que le jeune inter­national marocain Walid Azaro (22 ans), arrivé de Difaa Jadidi pour 1,4 million de dollars, ne s’est pas encore hissé au niveau de ses ambi­tions. Rapide et très énergétique, Azaro bouscule les défenseurs adverses, mais la dernière touche lui fait défaut. Alors qu’il aurait pu donner un avantage décisif à son équipe face à l’Espérance en se retrouvant seul devant le gardien Moez Ben Chérifia, il a étrange­ment manqué son tir.

« La page de l’Espérance est maintenant tournée. Nous n’avons pas le temps de fêter, car la demi-finale se jouera la semaine pro­chaine. Nous savons que nous avons des problèmes et nous allons essayer de les corriger dans les jours à venir. Nous avons beaucoup de travail à faire et rien n’est encore gagné », a déclaré Sayed Abdel-Hafiz, directeur de la section foot à Ahli. C’est la première fois que les Rouges, 8 fois champions d’Afrique, atteignent les demi-finales depuis leur dernier sacre en 2013. Al-Badri et toute la direction du club ont annoncé à plusieurs reprises que le titre africain était leur objectif principal, afin de se qualifier pour la Coupe du monde des clubs qui aura lieu en décembre prochain.

Les Rouges affronteront l’Etoile du Sahel tunisien, qui a battu Ahli Tripoli 2-0 sur l’ensemble des deux matchs, dimanche 1 octobre à Sousse. L’équipe a décidé de rester en Tunisie pour éviter la fatigue et bien préparer ce nouveau duel. Ils espèrent que cette terre tunisienne leur portera bonheur.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique