Sports > Sports >

Football : Le Championnat arabe fait son retour

Mohamed Mosselhi, Mercredi, 19 juillet 2017

L'Egypte organise, du 22 juillet au 5 août, le Championnat arabe des clubs avec la présence de 12 clubs. Malgré les réticences émises de la part de plusieurs équipes sur la date de la compétition, elle devrait être une bonne occasion aux autres pour préparer la nouvelle saison.

Football : Le Championnat arabe fait son retour
Ahli et Zamalek représenteront l'Egpte au Championnat arabe. (Photo : AFP)

Le championnat arabe des clubs revoit enfin le jour. Ce samedi 22 juillet, Ahli rencontrera la formation jordanienne d’Al-Fayssali lors du match d’ouverture au stade d’Al-Salam au Caire. La dernière édition de la compétition arabe remonte à 2012, mais cette fois-ci, elle revient en faisant peau neuve, aussi bien en ce qui concerne le système de la compétition que le montant alléchant des prix. Douze clubs des différentes nations ont confirmé leur participa­tion. Ces 12 clubs seront partagés en trois groupes de quatre équipes chacun. Les têtes de groupes se qualifieront avec l’équipe auteur de la meilleure performance des équipes qui ont terminé à la deuxième place dans les groupes respectifs, aux demi-finales. Le vainqueur de la compétition va enrichir ses caisses avec 2,5 millions de dollars, alors que le second va tou­cher 600 000 dollars.

La compétition aura lieu entre Le Caire, qui va accueillir les matchs du groupe A, et Alexandrie, où se tiendront les rencontres des deux autres groupes. Le tirage au sort, qui a eu lieu au Caire en mai dernier, a placé Ahli, repré­sentant de l’Egypte, dans le groupe A, avec Al-Fayssali (Jordanie), Nasr Hussein-Dey (Algérie) et le club émirati Al-Wehda. Alors que Zamalek, second représentant de l’Egypte dans la compétition, est tombé dans le groupe B avec FUS (Maroc), la formation saoudienne d’Al-Nasr et Al-Ahd (Liban). Le Groupe C, quant à lui, comprend Al-Merrikh (Soudan), Al-Hilal (Arabie saoudite), Al-Naft (Iraq) et la formation tunisienne de l’Espérance.

« Je suis optimiste quant au succès de la com­pétition techniquement, et je suis sûr que l’Egypte, avec ses grandes capacités et sa large expérience dans l’organisation des grands évé­nements sportifs, va garantir un grand succès à la compétition sur le plan de l’organisation », indique Saïd Gamaan, secrétaire général de la Fédération arabe de football.

Date inadéquate

Or, la date de la compétition a fait l’objet d’un grand débat. Plusieurs clubs, dont Ahli et Zamalek, ont exprimé leurs réticences quant à la date jugée inconvenable de la compétition, qui va priver leurs joueurs, fatigués de la succession des saisons, de se reposer à l’intersaison. Mais il est inacceptable pour les responsables du sport égyptien de voir une compétition qui se déroule en Egypte sans la présence des deux clubs phare du pays. Enfin, les cadres techniques des deux équipes ont dû céder aux pressions, déclarant leur participation, mais sans promesses concer­nant le titre de la compétition. « Cette compéti­tion tombe mal, mais Ahli est une grande équipe qui assume ses responsabilités », a déclaré Hossam Al-Badri, directeur technique des Rouges. « L’important, pour moi, c’est l’intérêt de l’équipe, et je vais prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger mes joueurs, sur­tout qu’on a un rendez-vous assez important en septembre prochain contre l’Espérance de Tunis à l’occasion des quarts de finale de la Ligue des champions d’Afrique. Je dois bien préparer mon équipe pour ce rendez-vous », a-t-il ajouté. De plus, des informations circulent autour de l’ab­sence du quatuor international de l’équipe : Ahmad Fathi, Abdallah Al-Saïd, Hossam Achour et Chérif Ekrami, avec le latéral interna­tional tunisien de l’équipe, Ali Maaloul, de la participation au Championnat arabe sous l’ordre du directeur technique de l’équipe. Ce dernier ne sera pas présent dans les matchs du premier tour de la compétition, laissant son adjoint aux com­mandes pour aller en vacances au Canada.

Zamalek espère une consolation

La situation est différente à Zamalek. Malgré les précédentes remarques sur la date de la com­pétition, le club estime que le titre arabe pourra être la meilleure consolation pour l’équipe après une saison pleine d’échecs avec une troisième place décevante sur la scène locale et une élimi­nation surprenante des 8es de finale de la Ligue des champions d’Afrique. C’est alors que le titre arabe pourra être une grande chance des Blancs pour sauver la saison. En effet, les joueurs des deux équipes souffrent d’une grosse fatigue à cause de la succession des saisons. Cette fatigue était à l’origine de la mauvaise performance des deux équipes dans la compétition africaine, de sorte qu’Ahli a beaucoup souffert dans son groupe avant de décrocher une qualification difficile pour les quarts de finale, alors que Zamalek a été éliminé du tour précédent. Et c’est clair que la compétition arabe sera un lourd far­deau pour les joueurs des deux équipes, surtout les internationaux qui vont commencer leur préparation pour la double confrontation contre l’Ouganda mi-août.

Ahli et Zamalek ne sont pas les seuls à faire des remarques concernant la date inadéquate de la compétition arabe. L’équipe saoudienne d’Al-Hilal a déclaré qu’elle allait disputer la compé­tition avec l’équipe B, alors que les titulaires vont suivre leur préparation en Europe. L’équipe émiratie d’Al-Wehda a déclaré qu’elle allait participer au Championnat arabe sans 14 joueurs titulaires.

Pourtant, d’autres équipes comme l’Espé­rance de Tunis voient que la participation au Championnat arabe est une bonne occasion pour essayer les nouveaux joueurs et se préparer pour la nouvelle saison. « Notre objectif est sans doute le titre. C’est clair que la concurrence sera assez chaude, mais c’est important pour nous de commencer notre saison avec un titre régional », explique Faouzi Benzerti, directeur technique de l’Espérance.

Un événement toutefois important

Malgré les remarques des équipes égyptiennes sur la date de la compétition arabe, les respon­sables du football égyptien, avec à leur tête le président de la Fédération égyptienne de foot­ball, Hani Abou-Reida, et le directeur exécutif de la fédération, Tharwat Swilam, estiment que l’organisation par l’Egypte de cette compétition aura des retombées positives, que ce soit sur la question du retour des supporters aux gradins ou sur le tourisme arabe en Egypte. « Le Championnat arabe aura un grand rôle à vivi­fier le tourisme arabe en Egypte. De même, il sera une bonne occasion pour tester le compor­tement des supporters, surtout avec les grands efforts fournis pour convaincre les responsables de la sécurité de permettre aux supporters de retourner aux gradins à partir de la nouvelle saison », indique Swilam. Les services de sécu­rité ont, en effet, donné leur accord pour que 10 000 supporters assistent aux matchs du Championnat arabe. Ainsi, si la participation au Championnat arabe n’est pas une priorité pour les équipes égyptiennes, la présence des suppor­ters et leur éventuel retour seront une très bonne nouvelle pour les deux équipes qui ont beau­coup souffert de l’absence de leurs fans.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique