Sports > Sports >

Et de trois !

Karim Farouk, Mardi, 06 décembre 2016

Zamalek a nommé Mohamad Helmi à la barre en tant que troisième entraîneur cette saison. Il succède à Moëmen Soliman et à Mohamad Salah.

Et de trois !
(Photo : Yasser Al-Ghoul)

Apeine neuf matchs en cham­pionnat, Zamalek a déjà embauché son troisième entraîneur depuis le début de la saison. Après Moëmen Soliman et Mohamad Salah, Mohamad Helmi revient à la barre pour une deuxième fois en 2016, pour remettre l’équipe sur les bons rails après avoir concédé 3 nuls en l’espace de 8 rencontres seulement. « Les qualités de Helmi n’ont jamais été mises en doute, mais son départ la première fois était en raison de différence de points de vue. Tout le conseil d’ad­ministration a voté pour son retour et on est sûr qu’il pourra vite redresser la barre de l’équipe en raison de sa connaissance du groupe », a déclaré le président du club, Mortada Mansour, qui a chan­gé six entraîneurs la saison passée.

L’ancienne gloire de Zamalek, 54 ans, n’est pas étrange au groupe vu qu’il était en charge de l’équipe pour plus de trois mois la saison passée, menant l’équipe à la 2e place du classement derrière le champion Ahli, mais a été remercié en août en raison du manque de résultats en Ligue d’Afrique. Soliman l’a succédé dans le grand fauteuil des Blancs, mais son aventure a été mitigée suite à la perte du titre de la Ligue d’Afrique et a quitté son poste en début de novembre après avoir disputé 5 rencontres en cham­pionnat. Son adjoint Salah a été promu à la barre technique, mais cela n’a duré que pour 3 ren­contres seulement, vu qu’il a été tenu en échec par Ismaïli (0-0) et Wadi Degla (1-1).

Helmi a eu un départ en fanfare en battant Dakhliya 3-0, samedi dernier, pour placer l’équipe à la 6e place du classement avec 21 points et 4 matchs de retard sur ses adver­saires du fait de sa participation à la Ligue d’Afrique. « Je suis très content d’être de retour à ma mai­son et je suis fier de la performance de mes joueurs qui ont montré un grand esprit aujourd’hui. Je ne peux pas dire que c’est le fruit de mon travail, car je n’ai eu que deux séances d’entraînement avec le groupe, mais on a un grand travail à faire, surtout que notre calendrier est surchargé jusqu’à la fin du mois », a dit Helmi lors de la confé­rence de presse qui a suivi le match.

En effet, ce mois de décembre aura une allure infernale pour Zamalek qui jouera 6 rencontres avec comme ultime test son rival et champion en titre Ahli. Un parcours qui pourra être décisif dans la course vers le titre et le futur de Helmi lui-même avec l’équipe.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique