Sports > Sports >

Haltérophilie : Une qualification olympique visée

Doaa Badr, Lundi, 16 novembre 2015

L’Egypte participe du 20 au 28 novembre, à Houston aux Etats-Unis, aux Championnats du monde d'haltérophilie qualificatifs pour les Jeux olympiques 2016.

Haltérophilie
La championne du monde juniors, Sara Samir, sera l'atout de l'équipe égyptienne dames. (Photo : www.iwf.net)

Le George R. Brown Convention aux Etats-Unis accueille du 20 au 28 novembre les Championnats du monde d’haltérophilie. En tant qu’événement qualificatif pour les Jeux Olympiques (JO) 2016, ces Mondiaux représen­tent une étape très importante du chemin vers Rio de Janeiro.

La qualification olympique en haltérophilie se fait par nation : les pays récoltent des points selon les classements de leurs haltérophiles réa­lisés durant les deux éditions des Mondiaux 2014 et 2015. Ainsi, le classement général des pays est d’autant plus important qu’il compte pour la qualification olympique qui se fait à tra­vers les deux Mondiaux 2014 et 2015. Les 6 premiers pays au classement final des deux Mondiaux seront représentés aux JO 2016 avec une équipe complète de 6 haltérophiles hommes et de 4 dames. Les pays qui seront classés entre les 7e et 12e places y participeront avec 5 hommes et 3 dames ... et ainsi de suite, jusqu’à la 21e place.

Vu l’importance de cette édition, la compéti­tion s’annonce acharnée avec la présence de 745 athlètes représentant 105 pays qui seront pré­sents aux Etats-Unis pour la 82e édition des Mondiaux hommes et la 25e édition des Mondiaux dames. En plus, pour la première fois, de nouvelles nations figurent sur la liste des participants telles que l’Afghanistan, l’Estonie, Guam, Kiribati, le Kosovo, l’île Marshall, Palau, la Nouvelle Guinée, la Sierra-Leone, le Liban, le Nicaragua, etc.

La présence de 5 champions olympiques et de 10 champions du monde haussera le niveau de ces championnats. Ils ont annoncé leur participa­tion afin d’augmenter la chance de leurs pays pour la qualification olympique, en sachant qu’ils appartiennent aux meilleures nations de la discipline telles que la Chine, la Corée du Sud, le Kazakhstan et la Russie.

Délégation forte et jeune

Parmi cette élite privilégiée, l’Egypte sera représentée par une délégation forte et jeune composée de 8 hommes et de 6 dames. Les Egyptiens visent une performance similaire, voire meilleure que celle réalisée aux Mondiaux d’Almaty 2014. Lors de cette édition, l’équipe hommes s’est classée à la 10e place au classe­ment général après avoir remporté 4 médailles dont 2 d’argent et 2 de bronze. La vedette de l’équipe égyptienne était Mohamad Ihab (69 kg). Ce jeune était à la hauteur de la compétition et a décroché deux médailles d’argent à l’épaulé-jeté avec 182 kg, et au total avec 334 kg, et une médaille de bronze à l’arraché avec un lever de 152 kg. La 4e médaille égyptienne a été obtenue par l’haltérophile le plus expérimenté de la sélection nationale, Mohamad Ehsan Attiya, en +105 kg. En réalisant un total de 436 kg, Ehsan a terminé 3e. A noter qu’Ehsan avait déjà décro­ché une médaille de bronze aux Mondiaux 2006.

Ainsi, l’équipe égyptienne compte sur ces deux haltérophiles et leurs coéquipiers pour poursuive leur succès aux Etats-Unis. En plus, l’équipe hommes renferme plusieurs haltéro­philes d’un très haut niveau et qui ont décroché des médailles africaines et mondiales juniors, à l’instar de Tareq Yéhia (85 kg), Ragab Abdel-Hay (94 kg) et Gaber Farhan (105 kg).

Les dames, qui n’avaient obtenu aucune médaille, étaient classées à la 17e place. Leur meilleure performance était une 6e place réali­sée par Chaïmaa Khalaf dans la catégorie +75 kg. Mais cette année, l’équipe est renforcée par la présence de la championne du monde juniors, championne olympique juniors et championne d’Afrique, la jeune star de l’haltérophilie égyp­tienne et la nouvelle vedette de l’équipe, Sara Samir qui, malgré son jeune âge, a fait preuve d’un talent extraordinaire en très peu de temps.

Les observateurs sont unanimes sur le fait qu’elle sera la star montante de l’Egypte dans les prochaines années. « Il faut savoir que l’équipe égyptienne est composée de très jeunes athlètes, surtout chez les dames, dont la plupart ont moins de 21 ans puisque nous avions reconstruit une nouvelle équipe. Ces jeunes ont besoin d’un peu de temps pour acquérir de l’expérience et concurrencer les meilleurs du monde », déclare Khaled Qorani, entraîneur de la sélection égyptienne.

Ils se concentrent à fond

Ces jeunes athlètes ont bien préparé la compé­tition. Actuellement, ils se trouvent en stage aux Etats-Unis pour s’habituer au climat de la com­pétition et du pays. Ils se concentrent à fond sur la préparation loin des pressions. « Nous avons bien préparé ces Mondiaux avec plusieurs stages : l’un en Hongrie, un deuxième aux Etats-Unis et un grand nombre de compétitions telles que les Mondiaux juniors et les Jeux africains », ajoute Qorani.

Vu la performance de l’Egypte aux Mondiaux 2014, les Egyptiens disputeront cette édition des Mondiaux avec une grande confiance afin de ne pas perdre ce qu’ils avaient réalisé l’année der­nière.

Les hommes se trouvent en bonne position car, s’ils conservent leur classement à ces Mondiaux, ils pourront se qualifier avec 6 athlètes. Mais pour les dames, la mission est beaucoup plus difficile. Elles ont besoin de fournir plus d’ef­forts afin d’améliorer leur classement et d'ac­croître le nombre d’athlètes qualifiés pour les prochains JO. « Nous visons la qualification olympique avec la participation de 6 haltéro­philes chez les hommes et l'amélioration du classement des dames », conclut Khaled Qorani.

La délégation égyptienne

Hommes

Directeur technique : Khaled Qorani

Ahmad Saïd (62 kg)

Mohamad Ihab (77 kg)

Tareq Yéhia (85 kg)

Emara Hassan (85 kg)

Ragab Abdel-Hay (94 kg)

Gaber Farhan (105 kg)

Mohamad Ehsan (+105 kg)

Mohamad Abdel-Aziz (+105 kg)

Dames

Directeur technique :

Mohamad Osman

Nasma Emad (53 kg)

Wafaa Al-Sayed (63 kg)

Sara Samir (69 kg)

Dina Barakat (75 kg)

Halima Abdel-Azim (+75 kg)

Chaïmaa Khalaf (+75 kg)

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique