COP27 > COP27 >

Somalie : chaque minute, un enfant est admis pour un traitement contre la malnutrition

Mercredi, 19 octobre 2022

Somalie : chaque minute, un enfant est admis pour un traitement contre la malnutrition

Chaque minute, un enfant est admis pour un traitement médical contre la malnutrition en Somalie, alors que la grave sécheresse menace de provoquer « un nombre sans précédent de décès d’enfants », a alerté mardi le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef).

Selon l’Unicef, la situation en Somalie semble déjà pire aujourd’hui qu’en 2011 lorsque la famine avait tué plus de 260 000 personnes dans ce pays de la Corne de l’Afrique.

« Sans une action et des investissements plus importants, nous sommes confrontés à la mort d’enfants à une échelle jamais vue depuis un demi-siècle », a déclaré James Elder, porte-parole de l’Unicef.

Les derniers taux d’admission dans les établissements de santé du mois d’août montrent que 44 000 enfants ont été admis pour malnutrition aiguë sévère. « Cela représente un enfant par minute », a insisté le porte-parole de l’Unicef.

Or, les enfants souffrant de malnutrition sévère ont jusqu’à 11 fois plus de risques de mourir de diarrhée ou de rougeole que les enfants bien nourris. Avec de tels taux, la Somalie est au bord d’une tragédie d’une ampleur jamais vue depuis des décennies, a mis en garde le porte-parole.

« Lorsque les gens parlent de la crise à laquelle la Somalie est confrontée aujourd’hui, il est devenu courant d’établir des comparaisons effrayantes avec la famine de 2011, qui a fait 260 000 morts », a-t-il ajouté. Cependant, tout ce qu’il entend ces derniers jours sur le terrain lors de sa mission dans ce pays — des nutritionnistes aux éleveurs — est que les choses semblent en fait « pires aujourd’hui ».

« En 2011, après trois pluies ratées, la population touchée était la moitié de ce qu’elle est maintenant, et les conditions générales — pluies et récoltes — étaient en voie de guérison. Aujourd’hui, cela fait quatre pluies manquées ; les prévisions pour les cinquièmes pluies s’annoncent plutôt sombres, et la population affectée est deux fois plus importante qu’en 2011 », a détaillé M. Elder.

En réponse à cette crise humanitaire préoccupante, l’Unicef a déployé des équipes mobiles pour « trouver et traiter » les enfants souffrant de malnutrition, cherchant ainsi à atteindre les enfants dans des endroits difficiles d’accès. L’agence onusienne a ainsi traité plus de 300 000 enfants cette année pour malnutrition aiguë sévère.

De son côté, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu (OCHA) estime que 7,8 millions de personnes sont touchées par la sécheresse, dont plus de 1,1 million de personnes déplacées.

Mais les difficultés de financement demeurent. L’appel humanitaire de l’Onu et de ses partenaires est maintenant de 2,26 milliards de dollars. Plus de 80 % de cet appel est destiné à la réponse pour la sécheresse dans ce pays de la Corne de l’Afrique. L’appel est financé à environ 45 %.

Lien court:

 

Les plus lus
En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique