COP27 > COP27 >

L'Afrique que nous voulons voir

Sabah Sabet , Mercredi, 14 septembre 2022

L'art et la créativité seront au service d'une sensibilisation aux problèmes liés au changement climatique en Afrique lors de la COP27.

L'Afrique que nous voulons voir

L’Afrique du Sud, le Nigeria, l’Egypte et le Mozambique, quatrepays africains sélectionnés par Crtve, pour organiserune série d'événements culturels inspirés par le thème « L'Afrique que nous voulons voir ». Cela comprendra des expositions organisées et des installations créatives, utilisant l'art et la créativité comme un outil exprimant les demandes d'adaptation et d'atténuation des communautés les plus touchées par le changement climatique. L’organisation a tenu la semaine dernière au Kenya des ateliers de formationaux participants à l’initiative, pour leur fournir des conseils sur l'enseignement des politiques attachéesau climat, l’engagement social,ainsi que le développement des compétences médiatiques. « C’est une occasion pour les jeunes Africains en vue de s'exprimer, mener la conversation et partager leurs solutions à leurs problèmes de manière créative et rafraîchissante », explique Hayat Aljowaily, jeune réalisatrice et consultante de créativité à Crtve pour la MENA. Les spectacles varient d’un pays à un autre, selon les sujets climatiques de chacun.

La vitrine égyptienne, dirigée par Perform Arts, se concentrera sur la pollution de la mer d'Alexandrie et la disparition du littoral et consistera en une exposition de photographies dans la Citadelle de Qaïtbay à Alexandrie. La musique et le chant seront intégrés à la narration.La vitrine sud-africaine, dirigée par Dai Deng, mettra en lumière la bénédiction et la malédiction de l'eau, en utilisant l'art et la créativité. La vitrine présentera des sites en Afrique du Sud touchés par des inondations et des pénuries d'eau. Pour le Mozambique, Tamba Africa Social Circusorganise une tournée caravane pour mettre en lumière les dommages que les communautés marginalisées continuent de subir en raison du changement climatique. De manière significative, la caravane visitera les trois endroits au Zimbabwe, au Malawi et au Mozambique qui ont été durement touchés au cours des cinq dernières années.

Le Nigeria présentera deux vitrines, la première, dirigée par The Assembly, constituée de deux pop-ups présentant un scénario futuriste d'un Lagos climatiquement battu et hypermoderne en 2050. Un collectif de start-up, composé de cinq marques locales de mode patrimoniale et numérique, sera présenté à travers une vitrine itinérante « phy-gitale ». Le deuxième événement, dirigé par Footprints of David Arts Foundation, comprendra une exposition de photos, des performances communautaires dans des espaces publics à Lagos et des installations artistiques réutilisables.

« Si le projet pilote réussit, nous continuerons à organiser des événements culturels, des ateliers et des programmes de mentorat, à travers l'Afrique dans les années suivantes », assure Hayat Aljowaily. Et de conclure : « Le pouvoir de l'art réside dans son accessibilité et sa présence dans notre vie quotidienne. Notre objectif est donc de tirer parti de ce pouvoir et d'amener les problèmes liés aux changements climatiques directement aux jeunes par les voix qui leur parlent ».

Lien court: