Panorama africain > >

Vallée du Nil : Renforcer le dialogue

Nada Al-Hagrassy , Mercredi, 02 mars 2022

La 4e édition de l’initiative « Unité de la Vallée du Nil », organisée par le ministère de la Jeunesse et du Sport, s’est tenue cette semaine. 150 jeunes d’Egypte, du Soudan et du Soudan du Sud se sont rencontrés autour d’activités multiples : ateliers, tables rondes et jeux de sensibilisation.

Vall e du Nil : Renforcer le dialogue

« Le dialogue interculturel est une force ». C’est le slogan de la quatrième édition de l’initiative « Unité de la Vallée du Nil, perspectives d’avenir » qui vient de clôturer ses activités au Caire. Tenue cette année sous le titre « Ambassadeurs de dialogue de la Vallée du Nil », cette initiative regroupe des jeunes provenant des pays de la Vallée du Nil, qui se rencontrent autour d’activités multiples : ateliers, tables rondes et jeux de sensibilisation. Lancé par le ministère de la Jeunesse et du Sport en coordination avec la plateforme Afromédia, l’événement s’est déroulé du 17 au 21 février à Dar Al-Hayä Al-Handassiya au Caire avec la participation de 150 jeunes âgés de 14 à 17 ans, venus de trois pays, à savoir l’Egypte, le Soudan et le Soudan du Sud. « Cette initiative, qui a débuté en 2017, s’inscrit dans le cadre de la diplomatie populaire égyptienne qui vise, à travers une série d’activités, à préparer les jeunes Africains à devenir les dirigeants de demain et les ambassadeurs d’un dialogue interculturel basé sur le respect de l’autre, la coexistence pacifique et la nécessité de changer le regard que nous portons sur nous-mêmes, sur l’autre, l’Afrique et le monde », explique Hassan Al-Ghazali, responsable de la plateforme Afromédia. Et d’ajouter : « Cette initiative tente de créer un espace d’interaction entre les différentes cultures de la Vallée du Nil, à travers des conférences dédiées aux jeunes, notamment ceux âgés entre 14 et 17 ans ». « Le nom de l’initiative Unité de la Vallée du Nil, perspectives d’avenir exprime l’objectif poursuivi par les pays et les peuples de la Vallée du Nil », ajoute, pour sa part, Nader Mohamad Ali, directeur du département de l’avant-garde au ministère de la Jeunesse et du Sport. Trois thèmes ont été au centre des discussions entre les jeunes et les responsables : les objectifs de l’Agenda Afrique 2063, l’impact des réseaux sociaux sur les jeunes et les droits de l’homme dans un monde qui change.

L’Agenda Afrique 2063

Les jeunes participants étaient divisés en quatre groupes pour échanger sur leurs cultures et leurs traditions. « Les discussions visaient à encourager ces jeunes à exprimer leurs visions sur les objectifs de l’Agenda Afrique 2063 », a souligné Dr Achraf Sobhi, ministre de la Jeunesse et du sport, qui a participé à la séance d’ouverture. Et d’ajouter : « Le ministère de la Jeunesse accorde une attention particulière à cette catégorie d’âge pour enraciner les valeurs de l’unité chez les enfants de la Vallée du Nil ». Avis partagé par le numéro 2 de l’ambassade du Soudan, Al-Sadeq Omar Abdallah, qui a exprimé sa joie de participer au nom du Soudan au programme « les ambassadeurs de la Vallée du Nil », soulignant que la prise de conscience commence à se former à partir de cet âge.

Le problème des réseaux sociaux

Le deuxième jour a été consacré à la sensibilisation des jeunes aux « risques des réseaux sociaux ». Cette séance de conversation était dirigée par Dr Sayed Rached, professeur de swahili à la faculté des études africaines de l’Université du Caire.

Lors de son intervention, Dr Sayed Rached a abordé l’impact des réseaux sociaux sur le moral des jeunes, mettant en garde contre l’imitation. En effet, les réseaux sociaux peuvent être instrumentalisés à la fois positivement ou négativement. « Ils jouent un rôle positif dans le business, l’enseignement et la recherche. Mais les aspects positifs n’annulent pas les aspects négatifs. Il faut se méfier des rumeurs qui circulent sans fondement sur la toile devenue un lieu où se forgent les identités et où l’on découvre le monde », a affirmé le chercheur Tekwaj Peter du Centre d’amitié de la Vallée du Nil.

Les droits de l’homme dans un monde qui change

« Les droits de l’homme dans un monde qui change » était le troisième thème de discussion. Cette session était animée par les ambassadeurs Mohamad Al-Orabi, ancien ministre des Affaires étrangères, et Mouchira Khattab, présidente du Conseil national des droits de l’homme. « Le respect des droits de l’homme est indispensable pour le développement durable inscrit dans l’Agenda Afrique 2063. Les pays développés convoitent nos richesses. C’est pourquoi notre défi majeur consiste à comprendre le monde dans lequel nous vivons et à nous comprendre nous-mêmes », a souligné l’ambassadrice Mouchira Khattab. Et d’ajouter : « Il est important que nous adoptions une position forte et unie, puisque le monde est en perpétuel changement et que les intérêts vitaux des pays évoluent. Celui qui trouvera la solution la plus adéquate c’est celui qui prendra en considération les différents points de vue ». Elle a donné ensuite l’exemple de Nelson Mandela qui a réussi à construire l’unité nationale en Afrique du Sud par le sport, la culture et la créativité, et non par la violence et la haine.

Des recommandations ont été formulées à la fin de l’événement après avoir écouté les commentaires des jeunes participants. Il fut convenu de permettre aux jeunes Soudanais et Sud-Soudanais de rejoindre les activités organisées par les centres de jeunesse en Egypte. De même, un forum et un championnat sportif et culturel annuels sont organisés pour renforcer la culture du dialogue entre les pays de la Vallée du Nil.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique