Culture > Livres >

Voyage dans les âmes profondes du désert

Amira Doss, Mardi, 17 mars 2020

Dans Naqet Salha (la chamelle de Salha), l’écrivain koweïtien, lauréat du Booker arabe, Saoud Al-Sanoussy, exalte la beauté du monde bédouin, ses valeurs, ses codes et ses histoires d’amour inaccessibles. Et ce, à travers le désert, paysage littéraire et source de fascination.

Voyage dans les âmes profondes du désert

Nostalgie, regret, mélancolie et trouble provoqués par l’éloignement de sa terre natale. Tels sont les thèmes préférés de Saoud Al-Sanoussy, écrivain koweïtien ayant obtenu en 2013 le prix du Booker arabe pour son oeuvre Saq Al-Bamboo (le tronc du bambou). Celle-ci racontait la vie difficile des travailleurs asiatiques dans les pays du Golfe, à travers le personnage de José, l’auteur courageux, en quête de liberté, qui ressemble à une branche de bambou qui pousse là où on la plante.

Dans son dernier roman en date, Naqet Salha (la chamelle de Salha), l’écrivain renoue avec ses thèmes de prédilection : les conflits culturels, le rapport avec l’autre, les attaches identitaires qui déterminent le sentiment d’appartenance ou de non-appartenance à une société.

Le personnage principal du roman est cette fois-ci une femme, Salha, qui part à la recherche de son amoureux, accompagnée de sa chamelle, en plein désert. Salha a été forcée d’obéir aux lois de sa tribu, lui imposant de sacrifier son amour, Dakhil, pour épouser son cousin Saleh. Elle apprend que son mari a été blessé dans un combat à la frontière koweïtienne et en profite alors pour partir à la recherche de Dakhil, son ancien amoureux qu’elle fut obligée de quitter.

Au-delà de l’histoire d’un amour malheureux, cette oeuvre vise à refléter la vie tribale, à cerner les mythes du monde bédouin, avec ses croyances, ses traditions et ses valeurs. Al-Sanoussy s’étale sur la vie des nomades, seigneurs du désert, qui possèdent l’art de la poésie et de la narration. Il s’adonne à la littérature du voyage, trace les schémas des habitants primitifs et évoque leur goût à la liberté. Nourri de nombreuses sources, de recherches historiques et de beaucoup d’observation, il s’attache à démontrer les contradictions de ces peuples nomades.

Il s’arme d’un style littéraire éloquent et d’un sens philosophique afin de présenter les divers aspects de la vie bédouine de ces voyageurs fugitifs, condamnés à l’errance, qui aiment à l’excès, tout en préservant les moeurs de leurs ancêtres.

Les tourments de l’amour

Al-Sanoussy a souvent recours aux propos du poète Cheikh Mohamad, la conscience vivante de la tribu. Ses vers racontent avec grandiloquence « les délices de l’amour et ses tourments les plus ardents ». Ces gens qui vivent dans la solitude du désert parviennent à mieux se connaître, à s’estimer mutuellement et à se servir de leur imagination contemplative afin de se libérer des contraintes sociales.

Ainsi, l’auteur dresse le portrait du bédouin, en retrait du monde pour mieux se décrire soi-même. Il met en scène le rapport des nomades aux sédentaires, en faisant appel à la poésie. Il aborde les moments difficiles de la tribu comme la guerre et les conflits d’honneur. Les paysages du désert sacralisent le silence, « un paysage qui s’étend à l’infini, avec rien que du sable à l’horizon. (…) Le retour à la terre natale est parfois plus difficile que le départ ».

Salha cherche refuge dans ce désert mythique, noue des liens profonds avec son entourage, fait le deuil de son bébé qui meurt sous le soleil aride. Le désert devient chez Al-Sanoussy un lieu propice à la naissance, à la mort, à l’amour, à la souffrance et au rêve. C’est comme si le désert pouvait transcender le sentiment d’éloignement en un désir de retour et en une nostalgie profonde.

Le voyage de Salha rime avec son parcours intérieur et son errance. Il ne consiste pas seulement à franchir un espace, mais à nous faire vivre ses différents états d’âme, allant de la rupture à la perte et au désir. En s’approchant de sa destination, Salha finit par découvrir deux mondes qui s’affrontent, entre le vide du désert et la passion des personnages qui l’animent, fiers de leurs parcours vers la liberté. A dos de chamelle, elle fait une traversée du désert, reconnaît la valeur de la solitude et vit des moments exceptionnels.

Naqat Salha (la chamelle de Salha), de Saoud Al-Sanoussy, 2019, aux éditions égyptiennes Tanmia, 173 pages.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique