Culture > Livres >

Flash-back sur la révolution

Rasha Hanafy, Dimanche, 14 août 2016

Dans son récent ouvrage intitulé Les Derniers propos … Un témoignage d’espoir sur la révolution d’Egypte, publié chez Al-Shorouk, le présentateur et journaliste, Yousri Fouda, revient sur les coulisses de son programme télévisé, arrêté en septembre 2014.

Flash-back sur la révolution

Etre un journaliste professionnel aujourd’hui, en Egypte, est plus difficile que d’être un journaliste courageux dans la plus dangereuse zone de guerre », écrivait le journaliste Yousri Fouda en janvier de 2012. En septembre 2014, il arrête son programme quotidien, Akher Kalam (les derniers propos), diffusé sur une chaîne satellitaire égyptienne, qui traitait audacieusement certains sujets. Aujourd’hui, il ne vit plus en Egypte. Les téléspectateurs ne le voient plus sur les écrans d’Egypte. Après cinq ans de travail rigoureux dans son programme télévisé, Yousra Fouda a préféré quitter son travail. Son objectif a toujours été l’objectivité complète et le travail journalistique professionnel. Il raconte les coulisses de son programme télévisé, qui a vu naître la révolution du 25 janvier 2011 et tous les événements qui l’ont suivie jusqu’en 2014, dans un livre qui porte le titre de son programme.

Paru aux éditions Al-Shorouk, le livre a pour titre : Akher Kalam … Chahadet Amal Fi Sawret Misr (les derniers propos … un témoignage d’espoir sur la révolution d’Egypte). « Ce livre ne vise pas à satisfaire quiconque et ne cherche pas de compromis. (…) C’est une expérience personnelle qu’on ne peut pas séparer de l’expérience vécue par les Egyptiens après la révolution du 25 janvier 2011. Ce livre est une vision personnelle sur une expérience difficile de journalisme de télévision », affirme Fouda dans l’introduction de son livre. Le lecteur peut considérer ce livre non seulement comme un témoignage, mais aussi comme une documentation qui se rapporte à une période critique de l’histoire moderne de l’Egypte.

Chronique des événements
Dans cet ouvrage de plus de 300 pages, avec des photos de l’équipe de travail de l’émission Akher Kalam, le lecteur peut lire des témoignages sur les premiers jours de la révolution, sur la chute de l’ancien président, Hosni Moubarak, sur les événements survenus sous le Conseil militaire, sur les abus de la police militaire place Tahrir, sur les Frères musulmans lors du référendum de mars 2011, ou bien au sein du parlement et lors des présidentielles, sur la mobilisation du 30 juin 2013, sur l’évacuation des deux sit-in des Frères musulmans, sur des médias qui sont loin d’être objectifs et sur la question des droits de l’homme, etc. On se rappelle encore quelques-unes des intros de son émission comme celle de la seconde moitié de 2013, dans laquelle il mentionne le Grand Imam d'Al-Azhar, cheikh Ahmad Al-Tayeb, qui a dénoncé la fusion du sang.

Les coulisses de l’émission du 11 avril 2011, soixante jours après que le Conseil militaire de Hussein Tantawi eut pris les rênes du pays, montrent à quel point « il est difficile de s’attacher aux principes professionnels du métier, quand un régime ignore ce que signifient journalisme et information ». Ce jour-là, Fouda devait recevoir sur le plateau de l’émission deux généraux. Selon le livre, dans la matinée du jour de l’émission, il est convoqué par le général Ismaïl Etman, à l’époque directeur des affaires morales au sein du Conseil militaire. Une série de clarifications lui est demandée sur le contenu de l’émission et sur les questions qu’il va poser à ses invités, notamment sur la question des fameux tests de virginité. Il répond : « Vous ne pouvez pas m’obliger à négliger un quelconque sujet. Je ne peux pas vous obliger à adopter une quelconque position. Je pose des questions sur les témoignages de torture, sur les jugements militaires des civils et sur d’autres sujets, c’est mon devoir, vous pouvez démentir ou refuser de commenter ». Finalement, l’émission en direct ne manquera pas de crispation.

Autre exemple, sous le titre « Pourquoi craignent-ils les gosses ? », Fouda dénonce la colère du Conseil militaire et de ses partisans, après la diffusion, en février 2012, d’une émission avec des enfants de 7 à 17 ans qui avaient participé à des manifestations d’élèves ! Durant les discussions, les enfants ont montré qu’ils savaient faire la différence entre le rôle national des forces armées et le rôle politique du Conseil militaire. A la fin de l’émission, chaque enfant a exprimé ses souhaits pour son pays au cours des cinq années suivantes. Les rêves de ces enfants étaient d’instaurer l’égalité sociale, de respecter les droits de l’homme et ceux des pauvres à avoir une vie digne, et de « réaliser les objectifs de la révolution sans créer un nouveau pharaon ».

Les Derniers propos … Un témoignage d’espoir sur la révolution d’Egypte a nécessité plus d’un an de documentation et de révision avant sa publication. Yousri Fouda était soucieux d’expliquer, dans deux articles publiés dans la presse électronique, les difficultés qu’il a rencontrées pour publier un tel ouvrage. « Il fallait que chaque mot soit précis, légal et respecte le climat politique et l’ambiance générale du pays ». Il y a eu de nombreuses remarques dans ce contexte, sur plusieurs coulisses racontées dans son livre. Parmi les plus importantes, citons à titre d’exemple le fait que Fouda a dû céder à une demande de ne pas publier une partie des appels téléphoniques, faits par des responsables du bureau du ministre de la Défense de l’époque et qui ont été mis sur les réseaux sociaux. Et ce, parce que les conseillers juridiques lui ont demandé d’ajouter le mot « présumés », afin d’éviter tout éventuel problème qu’aurait pu susciter la publication des coulisses de l’émission sur cette affaire critique. Selon lui, tout ce qui a suivi cette affaire prouve que ces appels ont réellement eu lieu, et le mot « présumé » n’était donc pas adéquat. C’est pour cela que toute la partie concernant cette affaire a été supprimée. La lecture du livre fait un flash-back de presque tous les événements des cinq dernières années. Un ouvrage-document avec pour mot d’ordre la précision et l’honnêteté.

Akher Kalam … Chahadet Amal Fi Sawret Misr (les derniers propos … un témoignage d’espoir sur la révolution d’Egypte), aux éditions Al-Shorouk, Le Caire 2016.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique